Sieg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sieg

Message par Sieg le Lun 26 Nov 2007 - 17:44

J’étais un ange de Zeus depuis quelque temps déjà. Fidèle et dévoué à mon Dieu, j’ai pourtant été, un jour, touché en plein cœur par l’ennemis…
C’est une sorte de virus qui a fait muter peu à peu mon âme vers un côté plus sombre. Certains appellent ça : " Amour "
J’ai toujours résisté à cette tentation, conciliant mon énergie Angélique avec cette puissance Spectrale dont je ne pouvais et ne voulais me débarrasser.



…/…


Voici les grandes lignes de mon histoire

Tout a commencé à Athène il y a 1 an…
J’étais à cette époque responsable de la garde d’Olympie; un avantage certain, pour sortir tranquillement de la cité. Je voulais me rendre à Athène pour faire quelques repérages... Ma mère était enfermée injustement dans une prison de la capitale Grecque, pour des raisons trop longues à expliquer.
[hrp]BG Zeus[/hrp]
Depuis que je suis devenu Ange de Zeus, je me suis entraîné sans relâche dans l’unique but d’acquérir assez de force pour espérer pouvoir la sortir de son calvaire.
Ce jour J que j’avais pensé et repensé durant des nuits entières, n’allait pourtant pas se dérouler comme prévu...


J’arrivais à Athène, couvert d’un chaperon de mendiant en guise de camouflage. La ville était quasi déserte mais grouillante de guêpes. Des conflits éclataient dans quelques coins de rue entre chevaliers et autres guerriers. Les premiers accusaient les seconds d’avoir évoqués une quelconque magie démoniaque ayant amené à l’invasion des insectes.
Essayant de passer inaperçu pour entreprendre ma mission, je tombai par hasard sur un groupuscule composé de rebelles d’une jeune spectre et d’une Angelotte. Les choses tournaient mal pour eux : Un chevalier menaçant et très puissant du nom d’Alucard les prenait à partit. Voyant les jeunes gens terrifiés et à bout de force, je décidai de m’interposer tant bien que mal. Après quelques paroles et quelques coups nous nous en sommes sortis avec de légères blessures.
Sortit d’Athène l’Angelotte du groupe se mit à devenir de plus en plus faible. Un des rebelles me raconta qu’Alucard l’avait mortellement empoisonnée. Son corps noircissait doucement sous l’effet du poison et sa vie lui échappait au fur et a mesure de notre retour. Je ne pouvais retourner à Athène et les abandonner dans cette situation. J’allais devoir compromettre ma mission…
Au abord d’un village des prêtres la prirent en charge et essayèrent plusieurs incantations, mais rien n’était efficace.
Je demandai l’autorisation aux guérisseurs d’essayer à mon tour, puisque l’on ne pouvait visiblement plus rien pour elle.

Après plusieurs heures d’acharnement, je réussis miraculeusement à la sauver grâce à des techniques de médecine nordique.
Son amis la jeune Spectre Sylphide m’en fut très reconnaissante. Cette jeune fille n’était pas de mon clan, mais son visage si doux ne me laissait pas de glace. C’était aussi la première fois que je voyais une amitié AngéoSpectrale entre deux être si différent.

Suite à un bon repas et quelques liens tissés, je repartis vers Olympie, méditer sur une nouvelle façon d’accéder à la prison. Je m’assis à côté d’un grand frêne pour commencer ma relaxation… Mais les choses se compliquèrent rapidement.
Le fait d’être sortit vivant du conflit avec Alucard ne résultait pas du hasard : Sylphide avait déclenché une puissante attaque pour faire diversion et permettre notre fuite, mais celle-ci fut plus violente que je ne l’aurais imaginée.
En effet j’en avais quelques séquelles mais rien de très grave, jusqu’au moment où une atroce douleur se fit ressentir dans mon intérieur. Mes organes se déchiraient.
Mon corps tomba au sol et mon âme semblait me quitter doucement, j‘étais en train de mourir, seul comme une bête grièvement blessée par un chasseur.
Vivre est une maladie, dont le sommeil nous soulage toutes les seize heures; c'est un palliatif : la mort est le remède...

Mais ce n’était visiblement pas mon heure, le destin en avait décidé autrement. A ma grande surprise, je repris connaissance dans les bras de Sylphide, qui était venue me rejoindre. La pauvre ne trouva qu‘un corps à l‘agonie. Elle reconnu immédiatement les effets de sa propre attaque.


- Sieg, tu nous as aidé à Athéne, tu as sauvé mon amie, je ne peux pas te laisser mourir par ma faute.

Elle me donna, durant des heures, toute son énergie cosmique pour me sauver. J’entendais ses mots si doux me caresser l’oreille. Et à chaque fois qu’elle me parlait je ressentais de plus en plus d’énergie me bercer.
Ce que je ne savais pas par contre, c’est que ce cosmos violacé qui refaisait brûler ma vie était le début de la fin.



…/…


Quelques temps après mon rétablissement, je constatais quelques changement chez moi. Au début je trouvais ça anodin mais au fur et à mesure des mois qui passaient, à chacun de mes combats, je sentais que ma puissante venait de plus en plus de cette énergie spectrale qui habitait maintenant mon corps.
Inquiet l’Oracle Zephyr qui avait tout découvert, essaya même de m’envoûter et d’effacer de ma mémoire le visage de Sylphide qui devenait ma source de vie. Il échoua.
Notre amour grandissant, je ne pouvais plus contrôler cette nouvelle partie de moi. Seul mon engagement envers les anges et mes amis me permettait de ne pas basculer entièrement vers le Dieu des enfers.



…/…


Je me suis retiré dans la forêt au Nord-Est du Cap Tenare afin de construire une vie simple basée sur la méditation. Je n’avais plus d’obligations envers Olympie, j’étais devenu un Ange solitaire incapable de servir proprement Zeus.
Le conflit qui régnait en moi était délicat à gérer, je ne voulais pas mettre mes amis en danger face à une chose que je ne contrôlais pas. Le seul soulagement aurait été de m’imprégner de la chaleur des terres du Nekyomanteion, mais la trahison envers mon clan était trop dur à encaisser.


Un jour je reçus la visite de l’ange Yanis, qui m’apprit la disparition de mon maître Bud.


*** Bud… cet homme qui m’a tout appris. J’étais apprenti Ange, il m’a prit sous son aile, je suis devenu son fier disciple. ***

- Bonjour Sieg ! Alors tu reviens nous voir à Olympie ??

Je lui fis un sourire amical l’invitant du regard à s’asseoir boire une choppe de cervoise.

- Salut Yanis, non je préfère rester isolé encore un moment. Parles moi de Bud s’il te plait.

Yanis baissa les yeux, d’un air gêné il commença :

- Et bien… j’ai entendu dire que la garde l’aurait aperçu s’enfuire avec un objet qu’il aurait dérobé au temple, mais je n’ai pas réussis à savoir de quoi il s’agissait, les Oracles ne veulent pas trop en dire. Quoi qu’il en soit Bud est considéré comme un traître et est recherché..

- Impossible ! Ont-ils vu son visages ?? !!

Yanis toujours aussi gêné me fit un signe positif de la tête.

- Ecoute Sieg, j’ai mené ma petite enquête, elle m’a conduite jusqu’à Asgard. Là-bas j’ai entendu parlé d’un Ange prisonnier et d’un certain Lucifer. Par contre au moment du vol à Olympie, Bud était déjà retenu par ce Lucifer. J’avoue ne rien comprendre.

Une minute de silence s’installa, quand la réponse me sauta aux yeux.

- Et moi je pense avoir tout compris…

En Bretagne, des créatures que l’on appelait des "Lyriel" avaient la faculté de prendre l’apparence de leurs victimes… Et aux dernières nouvelles, elles étaient au service de Lucifer en gage de sa protection. Il avait certainement kidnappé Bud pour permettre à ses Lyriel de prendre l'apparence de l’ange et ensuite aller voler cet objet à Olympie. Par contre pourquoi à Asgard ?
C’était peut-être du au point commun que j’avais avec mon maître à savoir d’être natif de cette terre du Nord. On lui avait certainement tendu un piège là bas en mettant en cause sa famille par exemple…

Il me fallait aller à Olympie parler de tout ça aux oracles.



…/…


J’arrivais aux portes d’Olympie tenues comme à leurs habitudes par quatre gardes. Les choses avaient changer en six mois de temps, de nouveaux visages avaient fait leur apparition. Je m’arrêtais au poste de garde afin de pourvoir entrer dans la cité.

- Vous avez un laisser passer ?? Me dit un des gardes.

C’est la première fois que j’entendais ça.

- Non, je vais juste au temple, je dois parler à un Oracle.

- Sans laisser passer vous n’entrerez pas !

- Allons cessons ces plaisanteries, je suis l’ange Sieg.

Les gardes se mirent à sourire…

- Ahhhhh Siiiiegg ! S’écrit leur chef. Le disciple du traître… je te laisse 10 secondes pour dégager d’ici, après quoi je te lâche mes chiens de gardes !

Ils n’avaient pas l’air de plaisanter, les trois gardes et leur Capitaine se mirent en position de combat, prêt à me bondir dessus.

- Écoutez, Bud n’est pas un traître, ni un voleur, je peux tout vous expliquer ! C’est un Lyriel qui a prit son apparence vous vous trompez ! Laissez-moi passer, je dois avertir les oracles !

Le Capitaine donna l’ordre à ses gardes de m’exécuter sur place . Je ne pus faire face à une telle violence et fus projeté en arrière, retombant dans la poussière.

- Vous êtes devenu fou !

- Il est encore vivant ! Abattez-le moi !!

Mes trois bourreaux se précipitèrent sur moi, tel des loups affamés… Une multitudes de coups me firent à nouveau chavirés, jusqu’à ce qu’une aura violacé m’entoure pour atténuer les frappes.
Les gardes stoppèrent leurs attaques et s’écrièrent :


- Capitaine c’est UN SPECTRE !!

Je regardais mes mains, avec stupeur. Je n’avais pas combattu depuis 6 mois, et je ne contrôlais plus très bien mon énergie. Celle que j’avais toujours mis en retrait venait de prendre le dessus. Mon âme avait complètement changé, je sentais cette agréable énergie m’envelopper. Cette aura spectrale me rappelait les bras de Sylphide. Mes yeux se mirent à briller rien que de repenser à elle… Les Anges avaient rejetés mon maître innocent, je n’étais plus moi-même le bienvenu ici, et le fait d’avoir montré mon secret aux gardes allait ameuter toute Olympie. Je devais fuir sous peine d’être châtier puis tué pour trahison.

- Il prend la fuite Capitaine !

- Laissez-le partir, il finira bien par revenir et cette fois je ferais le boulot moi-même bande d’incapables !


…/…


De retour à Ténare, je pus me ressourcer. Je n’étais arrivé à rien, rejeté d’Olympie comme un pouilleux, je savais que rien ne pourrait plus changer maintenant. Je devais retrouver mon maître pour le sauver de sa macabre destinée. Seulement avec ces longs mois de méditation, j’étais devenu un faible, il fallait reprendre mon entraînement.

- Je pense que cette fois, le point de non retour à été dépassé. Je dois me rendre à l’évidence et accepter la vérité : Je suis un ange avec une âme de spectre.

Je ne pouvais vivre comme tel. Que sert à l'homme de gagner tout le monde, s'il perd son âme ? J’étais complètement anéantis.
Je passai la nuit entière à penser… La plus longue nuit de mon existence… Des voix résonnaient dans ma tête, des souvenirs, des moments de joies et de peines me revenaient en mémoire. Je voulais que tout s’arrête pour stopper mes souffrances.
J’avais vu des guerriers mal en point se diriger vers une grotte appelée "grotte sacrificielle". On dit de ces grottes, qu’elles sont les seuls moyen de trouver la paix intérieure.

Suite à cette longue nuit de réflexion, je pris ma décision :


- Je suis un spectre, je ne dois donc plus servir Zeus qui m’a abandonné. J’ai besoin de la chaleur des terres du Nekyo, pour développer ma puissance qui me sera nécessaire pour rechercher Bud.
Peut-être que Sylphide est là-bas… Peut-être que les spectres me reconnaîtront comme un membre de leur clan.
Je n’ai plus rien à perdre et tout à gagner.


Je pris la direction de cette inquiétante grotte.
Quelques heures plus tard je me retrouvai face à elle. Mon cœur battait très fort, je savais que c’était le seul choix possible.


- Entre Sieg, et accomplis ta destinée dit une voix sourde au fond de la grotte

Effrayé j’avançai, je ne savais quoi répondre à cette voix inconnue.

- Ne cherches pas de réponses à me donner Sieg.

Je constatais avec stupeur qu’elle lisait mes pensées…

- Tu veux devenir spectre Sieg… mais tu l‘es déjà regarde-toi. La seule chose que je peux faire est d‘effacer ce sentiment de culpabilité qui règne en toi. Hadès est un Dieu au même titre que Zeus alors fais la paix avec toi-même.

La voix devint de plus en plus sourde, et prononça une dernière phrase.

- QUE TON CORPS ET TON AME NE FASSENT QU’UN ! REJOINT HADES !

Je m’écroulai au sol…


…/…


Sieg se réveilla quelque temps après, avec une légère migraine. Il n’avait rien oublié de son passé, sa mutation était achevée. Il prit le chemin vers le Nekyo sans se poser de question et avec l’esprit tranquille.
La voix de la grotte murmurait encore quelques mots au nouveau Spectre.


- Va petit spectre, va et accomplis ton destin…

Une seconde voix se laissa entendre :

- Tu as trahis Zeus, ton crime ne restera pas impuni

Le premiers mots qui sortirent de la bouche de Sieg furent ceux qu’il avait sur le cœur.

- Le seul moyen de se débarrasser d'une tentation, c'est d'y céder ! J'ai déjà purgé ma peine ! Sylphide, Bud, j’arrive très bientôt…

…/…

Sieg
Spectre inférieur
Spectre inférieur

Nombre de messages : 517
Age : 38
Localisation : Sous la robe d'Astrélia Oo !
Date d'inscription : 06/10/2007

Feuille de personnage
Niveau: 7

http://rasa.shootboard.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sieg

Message par Sieg le Sam 1 Mar 2008 - 19:30

[Ancienne Bg pour le Clan Zeus. (du 22 aout 2006 au 2 octobre 2007)]


.....


Un jour d’été, la petite source coulait abondement, les glaciers fondaient sous les rayons du soleil. Il fallait profiter de ces trois mois de l’année ou les températures faisaient bon vivre à Asgard. Couper le maximum de bois garantissait la chaleur dans les foyers au moment de la saison des glaces. En moitié de temps qu’il n’en fallait, Eldric, mon père achevait sa tâche pour offrir la chaleur d’une cheminée flamboyante à ma mère. Il était forgeron agricole de métier. Tout le village, et bientôt toute la communauté était déjà équipé du matériel que mon père leur avait vendu. Les temps devenaient difficiles pour son commerce car ses ventes diminuaient. Dans un même temps la misère s’installait à cause de ces Barbares venus d’Europe, qui pillaient les paysans et violaient les femmes. Parfois même celles-ci étaient emmenées sans jamais que l’on ne les revois.

Un soir, alors que mon père forge un lot de dix bêches dans son atelier, il entend ma pauvre mère alors enceinte de deux mois, pousser un cri de terreur dans l’écurie. Accourant sans perdre un instant, il entre et voit trois immondes personnages en train de la persécuter. La peur au ventre il s’empare de la hache nordique posée sur la paille à l’entrée de l’écurie. Malgré tout son courage et sa forte, les trois Barbares ont raison de lui en quelques minutes, laissant son corps presque sans vie au sol. Ils s’emparent de ma mère Polaris évanouie ainsi que du peu de fortune et disparaissent dans le brouillard de la nuit, poussant des cris de satisfaction sous les yeux de mon père qui allait bientôt rejoindre Odin dans son royaume.


.....


Quelques mois plus tard ma mère est vendue comme esclave à Athène ou elle met au monde un enfant qu’elle prénomme Sieg. Elle travaille alors pour de riches Athéniens et vie avec d’autres esclaves dans l’aménagement d’une cave.
Malgré notre pauvreté je passe une enfance douce et chaleureuse dans ses bras jusqu’à l’âge de huit ans…

C’est ce jour maudit qui met fin à cette vie d’amour que ma mère me donne, ce jour ou tout bascule, ce jour ou je suis passé du paradis à l’enfer :
La faim me déchire l’estomac, et l’odeur qui règne dans les cuisines, rend cela insupportable. Sur la table se trouvent de si belles pommes, il y en a beaucoup, une de moins ne se verra pas… Rapide comme le vent, je dérobe ce fruit qui va changer ma vie et le met dans ma poche. Malheureusement un des gardes me surprend :

- Vide tes poches !!! hurle-t-il

- Mais, mais pourquoi seigneur ? un frisson glacial me traverse le corps et me fait perdre tout raison.

Alors il me prend par les cheveux et dit :

- Je t’ai vu voler cette pomme dans les cuisines, tu vas subir une correction exemplaire pour ça !!! Sale esclave !!!

Il m’emmène dehors et commence à me lacérer le dos avec le fouet qu’il porte toujours à la ceinture.
Je ne peux résister à cette souffrance, je n’ai que huit ans, mes cris alerte ma mère, qui voyant la scène, s’empare d’un vase et le fend sur la tête du bourreau. Commettre un tel acte pour un esclave est la mort assurée.
Le gardien assommé , elle en profite pour me dire les derniers mots que j’ai pu entendre d’elle :

- Sieg va-t-en, vite ! Enfuit toi me dit-elle en sanglot, et excuse moi, mon fils ajoute-t-elle.

Elle savait qu’elle avait commis l’irréparable. Courant à toute allure je ne comprend pas très bien pourquoi elle pleur, mais en me retournant tout devient clair. Trois gardes s’emparent d’elle, la frappe et la traîne jusqu’au portail de la propriété. Puis plus rien… juste le son de sa voix qui s’éloigne de moi petit à petit.

J’ai cherché ma mère durant des semaines dans la ville, vivant de la nourriture que je volais. Un jour j’ai compris que je ne la reverrai plus. Je ne pouvais plus rester à Athène car certaines personnes m’auraient reconnu et arrêté.

J’ai donc marché vers le nord des mois et des mois, vivant comme je le pouvais. Un peu de fruits, un peu de pêche, un peu de chasse. Je me laissais guider par une étoile qui brillait plus que les autres. J’ai appris pendant ce voyage qu’il s’agissait de " Duhbe " une étoile de la Grande Ourse. Je savais qu’il fallait la suivre, je ne sais pas pourquoi mais je savais qu’elle m’amènerait en lieu sûr.


.....


Deux années se sont écoulée, j’ai faillit mourir plusieurs fois, de faim ou de blessures et maintenant je suis face à la mer du nord. Je suis devenu un bon chasseur, par contre je vis comme un sauvage, je n’ai pas eu de contact humain depuis longtemps. Devant cette étendue d'eau je ne peut rien faire, pourtant je dois continuer tout droit en direction de l'étoile de Duhbe. Rien à faire il faut une solution. Je continu donc à marché en longeant la mer.
Après quatorze jours de marche j’arrive enfin à une ville portuaire.
Ici le peuple me ressemble un peu plus qu’à Athène. Je me fond dans la masse, à tel point que je réussi à embarquer à la place d’un autre à bord d’un drakkar commercial en direction de l’extrême nord .


.....


Deux mois de voyage, sans difficulté, j’ai vite eu le pied marin et appris les tâches des matelots.
Enfin voilà la terre. Mettre le pied sur cette surface dur me paralyse. Le sol y est gelé comme nulle part en Europe. L’étoile de Duhbe ne brille plus autant. Je dois être arrivé.

- Bienvenu au royaume d’Asgard ! crie l’aubergiste à l’équipage.

- C’est ma tournée, dit le capitaine du drakkar, ensuite nous déchargerons la cargaison

Je suis heureux d’être au sein de mon peuple, mais pourtant ma mère me manque. Je suis sûr qu’elle est en vie, je crois percevoir sa souffrance dans les aurores boréales. Mais je dois rester ici pour puiser ma force à la source de mes racines.


.....


Cinq ans que je suis à Asgard, maintenant. Je ne vis pas sainement, je n’ai pas de travail honorable… Mes seuls revenus sont des primes de combat clandestin mais j’arrive à vivre aisément. Au début tout est normal, les combats se déroulent traditionnellement, j’ai trouvé un guide, il s’appelle Lardokied, c’était un brillant combattant qui m’a repéré lors d’un combat. Il me prend sous son aile et m’apprend quelques techniques.

Mais un jour il y a eu quelque chose. J’ai senti une énergie de souffrance envelopper mon corps. Lardokied m’avait parlé que les grands guerriers d’Asgard développaient une énergie venant de l‘intérieur. Je n’étais pas un grand guerrier ça ne pouvait être que la souffrance de ma mère, si grande qu‘elle en traversait les terres et les mers. J’ai eu quelques hallucinations, je l’entendais, enfin je crois que c’était elle.

Alors que je m’entraîne contre un arbre avec mes gants de coton, je ressent encore cette énergie qui s’empare de moi.

* Mais que m’arrive-t-il ?!!! *

Je ne dois pas être seul dans la forêt, il y a une présence quelque part. Encore cette souffrance, celle de ma mère mais plus intense cette fois comme si elle était accompagnée par quelque chose d’autre.
Ce n’était pas la force glacial d’Odin notre dieu, mais une source chaleureuse, comme celle que les Oracles de Zeus décrivaient lorsqu’ils communiquaient avec leur idole.
En effet durant les huit années de mon enfance passée à Athène, j’ai souvent entendu parlé de cette forme d’interaction entres Oracles et Zeus.

Cela ne peut plus faire de doute, il faut que je reparte pour Athène, ma mère est vivante, elle doit prier et l’une de ses prières m’est parvenue.

Mais retourner à Athène est une tâche difficile je n’ai que quinze ans, le voyage va durer au moins un ans.
Peut importe, j’y vais !


.....


Celui-ci m’aura coûté deux ans de ma vie. J’ai maintenant 17 ans et toute ma force. Me voilà Juste débarqué à Athène. Je dois me perfectionner encore au combat pour pouvoir trouver et libérer ma mère.
C’est alors que je fais connaissance avec Empleum un garçon de 17 ans comme moi, qui est depuis peu au service d’Athéna. Il me dit qu’il apprend à se battre et à maîtriser son cosmo énergie pour la gloire de sa Déesse.

* Sans doute cette énergie dont Lardokied m’avait parlé. *

- Tu devrais nous rejoindre au sanctuaire, Sieg, tu te bats bien.

* hum mm, cette proposition est plus qu’intéressante... *

- Oui tu as raison Empleum, c’est une bonne idée.

Le lendemain Empeum m’amène avec lui pour que je puisse y montrer mes motivations.
A peine la porte du sanctuaire franchie, j’entend :

- Tu commences les tests demain dit une forte voix au fond de la salle.

Mais pourtant nulle présence, nulle ombre en ces lieux ! Mais comment cette personne peut-elle connaître mes intentions ? Impressionné et hébété je tourne les talons, sans chercher à en comprendre plus, et sort du bâtiment.
J'allai commencer mes trois jours de test , sous la chaleur du soleil d‘Athène.

Soudain durant la nuit, j’ai encore cette même sensation qu’à Asgard, toujours cette souffrance qui m’appelle à l’aide.

- Bon sang, mais pourquoi cela recommence-t-il ?

* Je me souvient d’il y a deux ans, lors d’un des mes entraînements contre un arbre de la forêt…
Pourtant durant toute la durée de mon voyage, ça ne s’est pas reproduit, j’allais sans doute dans la bonne direction pour rejoindre ma destinée, et là, ça se réitère comme pour me prévenir d’un mauvais choix, d‘un mauvais chemin, d’une erreur dans mon parcours. *


Mais de quel mauvais choix pouvait-il s’agire ?
J’ai réfléchi longuement, nulle solution ne se présentait, puis la fatigue me pris et m’emmena vers un profond sommeil…

- Oh non ! du mauvais choix de servitude d’un dieux ! Criais-je en me réveillant brusquement

Je comprend tout maintenant, ce n’est pas vers le sanctuaire d’Athéna qu’il faut me tourner, mais vers le temple de Zeus !
C’est sans doute lui qui m’a permis d’entendre tous les messages de ma mère.
Tout est clair dans mon esprit, je ne retourne pas dans le clan Athéna demain, il faut que j’aille voir à Olympie.
La-bas je vais pouvoir m'entraîner, avoir de solides bases et un toit. Un toit vers lequel elle à su me guider par ses prières.
Elle ne savait sans doute pas vers quel dieu se tourner, alors elle s'est agenouillé sans les citer, et seul Zeus l’a entendu. C’est pour cette raison que je lui dois maintenant mon entier dévouement.

Trahir Athéna allait peut être me coûter cher mais pas si cher que la vie de ma mère.
Je part vers ma destiné, vers Olympie, vers Zeus pour pouvoir m’entraîner et le remercier d’avoir guidé les prières de celle qui me donna la vie.


.....


Depuis je prête allégeance à Zeus, je lui dédie ma pauvre existence en guise de remerciement et j'espère un jour devenir un ange fort et rendre la liberté à celle que j’aime.
Mon histoire, mon entraînement, tout débute maintenant, pour cette nouvelle vie...


.....

Sieg
Spectre inférieur
Spectre inférieur

Nombre de messages : 517
Age : 38
Localisation : Sous la robe d'Astrélia Oo !
Date d'inscription : 06/10/2007

Feuille de personnage
Niveau: 7

http://rasa.shootboard.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum