Romaric

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Romaric

Message par Romaric le Lun 26 Nov 2007 - 21:27

L'histoire de mon enfance n'est pas ordinaire...


Je suis né... Sur un radeau. Mon peuple, à présent nommé le Peuple des Eaux, vivait autrefois sur la terre ferme, nous vivions heureux, grâce au profit de la pèche et du commerce. Mais un jour, les dieux nous ont envoyé leurs guerriers... Toute une armée de soldats, à l'armure aussi grise que la pierre sur laquelle coula le sang de nos ancètres, était venue nous attaquer... Celle-ci causa de lourdes pertes dans mon peuple pacifique... Notre conseil, à moitié décimé par la bataille, se réunissa alors afin de décider de la suite des évènements... Après de longues heures de débat, il fut décidé que l'on construirait de longs et grands radeaux, tous reliés entre eux, afin de vivre dessus. De cette manière, nous n'auriont plus jamais de problème avec la guerre, ni même avec les dieux... Le seul jour où l'on pensait à eux était le jour macabre de notre défaite, nous faisions une offrande au dieu Poséidon, afin de calmer la mer qui pouvait se déchainer à tout moment... Cette légende se raconte désormais de générations en générations, les nuits de pleine lune, afin de montrer l'affrocitée que pouvait avoir les dieux lorsqu'ils le voulaient...

Quant à moi, je suis né exactement 400 ans après cette attaque... Peut-être un signe du destin... Car contrairement aux autres personnes de ma tribu, je voulais connaitre la terre... Je voulais également me venger des dieux, ceux-là même qui avait fait qu'on ne pouvait pas vivre comme les autres... Seulement, pour battre ces guerriers qui pouvaient "contrôler les éléments", comme le disait l'histoire de mes ancètres, il fallait soi-même détenir une force hors du commun... Je me rendais donc régulierement au radeau du Gardien des Objets, c'était l'homme qui conservait tous ce qui venait de la terre, ou de ce que nos pècheurs récupéraient des profondeurs de la mer. Il y avait également chez lui les restes de la bibliothèque de notre temple. Des ouvrages vieux de plus de milles ans parfois... Sur la plupart d'entre eux, il y avait écrit l'histoire de notre peuple, les dangers que notre mer pouvait nous envoyer, et aussi quelques mouvements de combat... Les traditionnels et les plus simples à apprendre... C'est sur ces derniers bouquins que je m'interressais le plus, afin d'avoir une chance le jour où je partirai... Au bout de quelques semaines, je connaissais les coups de base par coeur, et ce me fut bien utile... Le fils de Wal, l'homme qui conduisait nos radeaux de côte en côte avec les courants, appelé Haléïak était un peu l'enfant rebelle de la tribu. Il était grand, musclé, et avait beaucoup de personnes autour de lui... Plus par peur que par respect d'ailleur... Moi, j'étais petit pour mon âge, ce qui ne me permettais pas de me défendre comme je le voulais... J'étais également tout maigre, et plutot timide... Cela devait jouer sur le fait que j'étais un peu son souffre-douleur...


- Tiens, tiens, tiens... Le p'tit Romaric... Ça fait longtemps que je t'ai pas donné une p'tite leçon à toi...
- Barre toi Hal...
- Allez, cette fois, j'vais te laisser une chance... Vous deux, allez chercher nos... Armes... fit-il au deux autres tas de muscles à coté de lui. Son dernier mot étant accentué par un regard envers moi... Ses deux amis revinrent avec deux bâtons, un pour lui, et un pour moi...

On commença tout d'abord par tourner l'un autour de l'autre, jusqu'à ce que mon adversaire attaque le premier. Je réussi à parer le coup, et riposta immédiatement, mais Haléïak fit de meme. Je recula, sentant la sueur qui commençait à perler sur mon front... Soudain, il fit une feinte, et réussi à me porter un coup en plein estomac. Je tomba au sol, le soufle coupé, et il s'avança doucement vers moi, sûr de sa victoire... A ce moment, au lieu de me relever, je me jetta au sol, fit une roulade et faucha Haléïak, puis j'abbatis mon arme de toute ma force sur lui... Apres un hurlement de douleur, je vis soudain ses deux amis arriver vers moi... Cette fois-ci, j'allai avoir plus de mal à gagner... Heureusement pour moi, Pachéïak, le chef de la tribu, arriva à ce moment là... Il était à quelques mètres de nous depuis le début du combat, et nous surveillait silencieusement... Voyant que le combat devenait totalement inégal, il s'était décidé à y mettre fin...


- Stop ! Rentrez chez vous, tous ! Sauf toi Romaric, viens par ici... fit-il l'air énervé.

Nous nous rendirent dans la batisse posée sur le radeau principal, celui du chef lui-même.


- Je t'ai vu te battre... Tout comme j'ai vu le courage que tu as utilisé pour battre Haléïak... Je crois bien que c'est la premiere fois qu'il perd d'ailleur... Mais ce n'est pas pour ça que je t'ai ammené ici. Toutes les personnes qui sont ici savent qu'il est totalement interdit de se battre... Les histoires que l'ont vous racontent devraient sufir à vous faire comprendre l'horreur de la guerre... Respiration profonde... Tes parents m'ont parlé de ton désir d'aller sur terre... Tu ne leur parles plus que de ça... Et ton envie de te battre... J'ai peur que tu ne créais quelques probleme ici...
- Mais... C'est Haléïak qui est venu...
- Laisse moi finir, fit-il en me stoppant de sa main. Je ne sais pas où tu as appris à manier ainsi le baton, mais c'est une arme que tu maitrises exceptionnellement bien... Aussi, je pense que ton souhait pourrait être exaucé... Tu as eu 16 ans il y a quelques temps... Si c'est réellement ton envie que de partir visiter le monde, alors je pense que tu peux... Evidemment, je ne te dirai pas ça si tes parents n'étaient pas d'accord... Ce soir, c'est la pleine lune, la derniere journée où tu entendras l'histoire de tes ancètres, de ta famille... Va préparer tes affaires, maintenant. Tu partiras dès le lever du soleil...

Je me dirigea directement vers mon radeau, afin de préparer mes affaires. Je pris ce qui me servait habituellement de sacoche, et mis quelques fruits et poissons à l'interieur. Ce soir là, j'écoutais d'une oreille distraite le récit de Pachéïak, réfléchissant plus à ce que j'allais découvrir dans les heures qui arrivaient. Je rèvais déjà à de grandes aventures, des combats contre des monstres plus horribles les uns que les autres, des personnes m'aclamant, après des triomphes impressionants... Au moment des adieux, mon père me prit à part une petite minute, et me remit un médaillon, celui ci appartenait au spectre de la famille, il y a 400 ans... C'était à moi que celui-ci revenais, et c'était une façon de ne pas oublier d'où je venais... Je serra une dernière fois ma mère dans mes bras, et pris un petit bateau, qui me servirait à atteindre la côte. Hélas, ma première heure à l'exterieur fut semée d'embuches... Je marchais depuis quelques kilomètres, et une désagréable impression d'être observé n'arrètait pas de me suivre. C'est alors que j'arrivais prêt d'une vaste clairière, des restes de bois calcinés ainsi que les ruines d'une maisonnette indiquaient que les personnes qui habitaient l'endroit étaient parti depuis un moment déjà. Après avoir fais quelques pas vers la batisse, mon intuition me cria de prendre garde. Je devenais tout pâle. Quelle erreur ! Il fallait que je regagne la forêt, et vite ! Si c'était un animal qui me suivait depuis tout à l'heure, pourquoi ne m'avait-il pas attaqué ? Surement à cause des arbres auquel j'aurai pu grimper pour me protéger... Je me mis à courir en sens inverse, afin de regagner ma protection éventuelle, mais c'était déjà trop tard... Surgissant de la lisière, un animal d'une taille impressionante se précipita dans ma direction, l'horrible créature ayant une tête de chien sur un corp de sanglier... Quatres autres créatures de la même espèce le suivait... Je fis demi tour en criant, et je courru vers la seule protection que je pouvais avoir : la maison. Dans ma course, je réussi à rammasser un baton, et je me hissa sur les quelques poutres qui formaient le reste du toit. Quelques instants plus tard, la bâtisse était déjà encerclée par les bètes qui grognaient, aboyaient et montraient leurs crocs...

- Allez vous en ! Couché ! fis-je d'une voix tremblante, tout en donnant des coups de bâton dans le vide...

Je ravala les frissons et les quelques larmes qui tombaient, et essaya de me calmer... A quoi bon se lamenter ? Seul comptait désormais la défense de ma propre vie...


- Allez les toutous ! Venez voir de quoi j'suis capable ! m'écriai-je alors. C'est à ce moment là que le chef de la meute réussi à grimper sur les premières poutres, et, d'un saut impressionant, se trouva à un petit mètre de moi. Je lui flanqua un gros coup de baton dans la gueule, ce qui eut pour effet de le faire tomber dans les décombres.

- Et d'un ! Au suivant ! La meute hurlaient. Dans les secondes qui suivraient, elles s'élanceraient à l'assaut de la maison. Mais je n'avais pas peur... J'étais seulement excité... Comme lors de mon combat contre Haléïak, j'étais impatient d'en finir... Me battre jusqu'au bout, jusqu'à mes dernières forces... Soudain, un son de corne retentit, et des hommes firent irruption dans la clairière. Les bètes manisfestèrent leur mécontentement de voir leur proie leur échapper, hésitèrent puis finalement détalèrent.

Ils étaient une dizaine et étaient revétus d'une armure de métal léger, aux reflets violets. Ils portaient un épieu de chasse en bandoulière et une épée au coté. Celui qui devait être le chef s'approcha, et ôta son casque. Il m'aida à descendre, et m'invita à les suivre, chose que je ne pouvais refuser à mes sauveurs.... Sur la route, il lança la discussion :


- Tu ne m'as pas dit comment tu t'appelais... me fit-il avec un sourire.
- Je... Je m'appelle Romaric... Je... Je n'ai pas eu le temps de vous remercier, monsieur... Donc merci. Merci de m'avoir sauvé la vie de ces monstres...
- Mmh... De rien. me fit-il, ses paroles étant accompagnées d'un clin d'oeil. Sais-tu qui nous sommes ? Et que faisais-tu dans cette clairière ?
- Je... J'ai quitté ma famille, mon peuple... Afin de vivre l'aventure... Mais ça a mal commencé... Quant-à qui vous ètes, j'avoue que j'en ai aucune idée... Et...Pouvez-vous me dire ou nous allons, s'il vous plait ?
- Vivre l'aventure... Alors que tu avais une vie apparemment si paisible... Enfin, c'est ton choix. Mais je pense que tu vas vite regretter ta petite vie paisible. Nous, nous sommes des spectres, servants fidèles de sa majesté Hadès, et nous nous rendons en ce moment même au camp avancé du Mont Olympe. Nous sommes en traité la bas, avec des guerriers servant Zeus. Nous devons faire un rapport a notre superieur, et aussi trouver ce que nous allons faire de toi... Car te laisser une nouvelle fois seul te remettrais certainement en danger...
*Encore les dieux... Comme lors de l'histoire de mes ancètres... Mais ceux-la mon sauvé la vie... On verra bien ce qui va m'arriver...*
- Très bien... Je vous suis...


C'est ainsi que nous arrivèrent au Mont Olympe, une montagne qui abritait une petite cité. Je me souvenais des écris de la bibliothèque de mon peuple, et un d'eux disait que le Mont Olympe était un des rares endroits ou l'on pouvait rejoindre la demeure des dieux, voir même le seul. Ca devait être une des raisons pour quoi ce territoire était ainsi défendue. En effet, les spectres, et les "Anges de Zeus" défendaient les terres contre des guerriers, des soldats possèdant une "armure aussi grise que la pierre", comme dans l'histoire de nos ancètres.

- Qui sont ces guerriers, ceux à l'armure grise ?
- Eux, ce sont les chevaliers d'Athéna... Ces soldats attaquent n'importe qui et n'importe où... Ce sont des adversaires redoutables, mais ils ne nous arrivent pas à la cheville ,me fit-il accompagné d'un sourire moqueur... Pourquoi ? Tu les connais ?
- Non... Ce sont eux qui ont détruit mon peuple... Et je me suis juré de le venger... A ce moment, je prit mon medailloin dans ma main, et le serra du plus fort que je pouvais... Une larme se mit a couler le long de ma joue, ma famille me manquait, et je me sentais vraiment seul à présent...
- Mmh... Ce médaillon... Je crois reconnaitre le symbole dessus... Il ressemble étrangement a une ancienne légion de notre armée... A qui appartenait-il ?
- Heu... A quelqu'un de ma famille... Il y a plus de 400 ans...
- Interressant... Désolé, mais je vais devoir te laisser quelques temps, je dois faire mon rapport, et je parlerai de toi, de ton envie de vengeance aupres des chevaliers. Qui sait, peut-être pourras-tu nous rejoindre, si c'est vraiment important pour toi, et si tu en a envie.

Pendant les quelques minutes où je fus seul, je réfléchis à l'occasion qui se présentait à moi. Rejoindre une armée... J'aurai le moyen de faire changer les idées sur mon peuple... Mais pourquoi eux ? Ils m'avaient sauvé la vie, mais qu'avait-il fait d'autre ? Je pensa aux soldats à l'armure bleu... Pourquoi pas eux, après tout ? A ce moment, je repensa a l'amulette... Elle appartenait a ma famille... Au clan des spectres, c'était une raison pour les rejoindre... Et puis, lorsque j'étudiais a la bibliotheque, il y avait une sorte de fresque sur un des parchemins. Il representait une bataille de mon peuple contre des soldats... Et nous possedions des alliés... Des hommes habillés de violets, les spectres... 400 ans apres la défaite de mes ancetres, et la disparition de nos derniers soldats, il y avait une possibilité de reformer une union entre mon peuple et nos anciens alliés. Et puis, ils avaient proteger mon peuple, pourquoi ne pourraient-ils pas me défendre moi ? Oui... C'était une occasion qui ne se representerai pas tout de suite, et rejoindre des hommes aussi puissant m'aiderai surement a me sentir mieux... Quelque part, c'était les personnes les plus proche de mon peuple ici... Mes dernieres pensées furent accompagnées d'un petit toussotement, le spectre revenait, et il me dit que, si je le voulais, je pouvais rejoindre l'armée des spectres... Mon rêve allait se réaliser, et venger mon peuple serait la prochaine étape...

Romaric
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1537
Age : 25
Localisation : picardie
Date d'inscription : 06/10/2007

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum