La mort à nos portes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La mort à nos portes

Message par Figurant le Ven 17 Sep 2010 - 0:08

La vie s'écoulait paisiblement dans le village de Nekyochorio. Contrairement à nombres de cités de l'Epire, celle-ci avait la chance de toujours être protégée par les Spectres de sa majesté Hadès. Par moment, une escouade d'ennemis parvenait à atteindre les palissades de Nekyochorio, mais rarement la violence éclaboussait ses habitants. De même, quelques guerriers isolés tentaient parfois de troubler le calme de la cité, mais ils étaient vite maté par la garde ou par la protection spectrale dont pouvait jouir Nekyochorio. Les quartiers privés, les maisons de pratiquement tous les Spectres du sombre monarque étaient ici, autant dire que la protection était à son maximum jours et nuits.

Mais se qui allait venir était tout autre. Un mal mystérieux allait troubler la quiétude des rues de Nekyochorio. Les gardes étaient toujours sur le qui vive, en alerte permanente pour défendre leur patrie d'une attaque ennemi. Mais là ... ils allaient être dépassés et décontenancés parce que ce qu'ils allaient voir.

Aux portes de la cité se présentaient cinq guerriers ... morts ! Cinq squelettes armées marchant en direction de la palissade. Du haut d'une tour de garde, la vigie n'en croyait pas ses yeux.


- Je pensais pas avoir bu autant de vin résiné hier soir à la taverne, se dit le jeune garde. Il faut que j'alerte immédiatement le chef.

Le garde prit le cor d’ivoire qu’il portait à sa ceinture, et, l’approchant de ses lèvres, il en tira trois sons puissants et prolongés. Rapidement, le chef de la garde, Eraste, accourait et monta à l'échelle de la tour.

- Que se passe t-il petit ?

- Regardez chef, dit le garde en désignant la porte.

Eraste n'en croyait pas ses yeux à son tour. Comment des morts pouvait bouger et même tenter de défoncer la porte au lieu de reposer six pieds sous terre ? Aussitôt, il redescendit de la tour et se hâta pour rassembler ses hommes. Une fois fait, quelques minutes plus tard, il leur ordonna de renforcer la porte afin d'empêcher ces créatures de pénétrer dans la cité. Il détacha un de ses hommes pour en faire un messager et lui dit :


- Va alerter immédiatement les Oracles de ce qui se passe ici. Je ne connais pas la force ni la façon de procéder de ces "hommes" mais je ne sais pas si nous pourrons tenir la porte longtemps avant qu'ils n'entrent dans la cité.

Le messager partit immédiatement prévenir les Oracles en usant d'une sortie secrète dont seuls les gardes de la cité étaient au courant.


Dernière édition par Figurant le Dim 19 Sep 2010 - 23:28, édité 1 fois

Figurant
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 24/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Figurant le Dim 19 Sep 2010 - 23:26

Plusieurs minutes déjà que les squelettes tentaient de passer la grand porte. Cette cité que bien des spectres et des habitants de l'Epire nommaient encore "village" de Nekyochorio alors qu'elle était aussi grande que pourrait l'être des villes comme Delphes. Mais que vouliez vous ? Sa croissance fulgurante ne tenaient qu'à quelques années en arrière quand les spectres de sa majesté Hadès firent revivre de plus belle l'aura de leur maître au Nekyomantéion, voisin de la cité.

Alors que les femmes et les enfants avaient été sommé de s'enfermer dans leurs maisons, les gardes se préparaient chacun à leur façon. Les courageux n'attendaient qu'une chose, que les portes tombent pour que les combats commencent. Certains, les plus frileux parmi les hommes de Eraste, tremblaient en tenant leur épée, leur lance ou leur arc. Et enfin, il y avait ceux qui étaient près à mourir pour défendre leur honneur et la vie de leurs proches. Ceux là semblaient impassible et concentrés sur la bataille à venir.

Et c'était là qu'un grand fracas se fit entendre. La porte céda aux assauts répétés des squelettes. Ils avaient franchit l'obstacle, mais se tenaient maintenant figé devant l'entrée du village. Tous les soldats de la garde n'attendaient qu'un mot de Eraste pour charger, mais ce dernier ne se décidait pas. Il avait positionné tout le monde pour se battre, sur les quatre cents guerriers habituellement sous ses ordres, seuls une vaingtaine étaient présent. Mais chacun avaient une tâche bien précise à accomplir. Les archers étaient prêt à décocher leurs flèches, trois hoplites tenaient bien leurs lances et les autres attendaient le signal du départ pour combattre.


- Attendons encore un peu, j'ose espérer que les Oracles nous enverrons des spectres pour lutter contre ce fléau.

Figurant
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 24/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Arlequin le Lun 20 Sep 2010 - 8:43

:arow: Palais des Oracles, Et tu retourneras à la poussière

D'un pas gauche, l'Arlequin se dirigeait vers les portes du Nekyochorio. Dans ses mains, quelques bouts de parchemins salis par la poussière et la terre ainsi qu'une plume. Il fallait réunir. Il avait été nommé pour mener cette mission mais seul, il ne parviendrait probablement pas à remplir les objectifs attendus. L'Oracle lui avait laissé filtrer le nom de quelques Spectres, ceux là même qui combattraient pour envoyer ce fanatique des corps pourris six pieds sous terre.
Il écrivit ainsi cinq missives identiques.

Spectre de Sa Majesté,

Par ordre de l'Oracle Nikiolas, retrouvez moi aux portes du Nekyochorio.
Plus d'informations sur place.

Arlequin, Bouffon de Sa Majesté.


A peine eut-il quitté l'enceinte sacrée du Nekyomanteion qu'il remit ces messages à un jeune et fougueux soldat dédié à ce rôle puis c'est sans plus attendre que le Spectre prit lui même la direction du champ de bataille.


Une partie de Dés s'entamait à mesure qu'il approchait de l'objectif. Lui face à cet inconnu qu'il avait pu côtoyer de près. Il possédait toutefois une arme que son adversaire serait incapable d'user : le Savoir.
Au loin, on entendait les hurlements du chef de la garde qui ordonnait à ses soldats de tenir fièrement la ligne. Arlequin esquissa un sourire. Sans grand fracas, il arriva au pied de l'épaisse muraille. Une vingtaine de gardes se tenaient derrière les portes, lances ou épées levés. Certains tremblaient, d'autres exultaient. A l'heure côtés, Eraste, un combattant émérite auprès duquel Arlequin avait eut l'occasion, plusieurs années auparavant, de croiser le fer. Il était de ceux qui se battaient sans vergogne et sans pitié, transformant par sa bravoure une troupe d'agneaux apeurés en une meute de lions affamés.


"Capitaine Eraste, m'voici, Arlequin, Bouffon d'Sa Majesté. lâcha le Spectre d'une voix sans ton. On m'a chargé d'mener la bataille contre ces "trucs". J'ai pu les voir sortir d'terre, j'pense bien pouvoir les y faire r'tourner. L'cas contraire, on risque d'être dans un beau merdier héhé."

L'Arlequin parcouru du regard les troupes d'Eraste qui, au son de sa voix, s'étaient retournés dans sa direction.

"Hum... Les Spectres sont en ch'min, tout'fois... Y faudrait qu'cinq d'entre vous m'ramènent des chaudrons d'miel, l'plus collant qui soit. Vous y pos'rez ça d'vant l'entrée et en enduirez vos armes. Am'nez aussi des torches et d'l'huile. Chaque mort, compagnon d'arme ou non, d'vra être brûlé vif dans la minute. D'ses os n'doivent rien rester.
Pour l'reste..."


Avec souplesse et vivacité, le fou attrapa une pierre et gravit la muraille. Arrivé au sommet, il lança la pierre en direction d'un des squelettes puis observa le résultat d'un air amusé.

"Ouai, bah pour l'reste, on avis'ra hin hin."

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Hypnos le Lun 20 Sep 2010 - 17:48

Alors que mon combat sur le territoire des anges faisais rage depuis 10jours maintenant, je pus me cacher juste 5minutes et lire l'hèrmes reçu.

Spectre de Sa Majesté,

Par ordre de l'Oracle Nikiolas, retrouvez moi aux portes du Nekyochorio.
Plus d'informations sur place.

Arlequin, Bouffon de Sa Majesté.


"Oula, on dirai qu'il se passe quelque chose d'anormal chez nous ! Je dois au plus vite terminer se combat."


Je pris à mon tour un vieux papier chiffonner au fond de ma poche et écrit :


Arlequin,

Je tente de faire se que je pourrai pour vous rejoindre à temps, mon combat risque de durer encore un peux.

Merci de ta compréhension.

Hypnos.

*Plus de temps à perdre, quitte à en mourir j'ai de chose plus sérieuse à faire que de trainé avec se chevalier*

Le temps de reprendre mon souffle et je repartis au combat.


Dernière édition par Hypnos le Lun 20 Sep 2010 - 19:52, édité 1 fois

Hypnos
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1349
Age : 25
Localisation : France/Nantes
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Niveau: 10

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Akitos le Lun 20 Sep 2010 - 18:45

Je me trouvais sur le toit de la batîsse dans laquelle j'aivais élu domicile. Le temps était magnifique, le soleil était bien levé maintenant et un légère brise se levait de temps à autre, juste assez de temps pour que je puisse sentir mes courts cheveux bouger dans le sens du courrant d'air. Cette journée allait être paisible, enfin au premier abord car je ne tardais pas à voir arriver un messager au loin...

*Faite que ce ne soit pas pour moi. Faite que ce ne soit pas pour moi !* Me dis-je à voix basse dans la tête.

Au fur et à mesure que le messager s'approchait. Le genre de messager qui ne sont demander que dans de rare occasion telles les guerres, les attentats ou les missives urgentes des Oracles. Je pouvais voir sur le mot dans sa main des caractères orthographiques. D'abord un A puis un K et ensuite un O. Il ne me falut pas longtemps pour deviner que toutes les lettres formaient mon nom: AKITOS.

- Bon quand le devoir l'appelle, tout chevalier de Sa Majesté se doit de répondre présent.

Je pris mon chapeau qui était posé près de moi et je partis en direction de l'échelle posée non loin de là. Une fois en bas, je la rangea et me mis en quête des deux, trois affaires dont j'aurais réellement besoin. Je sortis, je fermas la porte et c'est à cet instant que le messager m'apporta la missive.

- 'Sieur Akitos, j'ai un message pour vous de la part de Arlequin, le Bouffon de Sa Majesté.

- Je me doutais bien que c'était important pour qu'on envoye un messager aussi rapide que toi. Très bien, je te remercie. Tu peux disposé, je m'y rendrais au plus vite.

Je pris une torche qui trainait pas loin et mis le papier au dessus des flammes.

*Comme cela, la population ne sera pas paniquée si jamais on aurait trouver ce mot.*

Je partis donc en direction des portes du village du Nekyochorio. Il ne me faudrait surement pas longtemps pour l'atteindre étant donné que j'étais presque au centre du village.

Alors que je partais avec mes affaires sur le dos, je pouvais encore voir sur le mot qui se consumait ceci:


Spectre de Sa Majesté,

Par ordre de l'Oracle Nikiolas, retrouvez moi aux portes du Nekyochorio.
Plus d'informations sur place.

Arlequin, Bouffon de Sa Majesté.

Akitos
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 283
Age : 24
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Figurant le Jeu 23 Sep 2010 - 23:41

Eraste observais les faits et geste de Arlequin. Il se demandait également si les Oracles n'avaient envoyé que le bouffon de Hadès en renfort ou si d'autres allaient venir. Toujours était il que pour le moment, il était seul à caillasser un squelette qui semblait ne même pas ressentir la pierre qu'il venait de recevoir sur le haut du crâne.

Les soldats avaient également suivit les recommandations du spectre. Ils avaient enduit leurs armes du miel collant" commandé" par le bouffon. Certains se demandaient pourquoi une telle chose, tandis que les autres avaient comprit le stratagème. Mais une question restait vivace dans l'esprit de tous : comment tuer des guerriers déjà mort ?

Eraste attendait avec impatience que d'autres viennent, ou que Arlequin revienne à ses côtés pour combattre et lui en dire plus sur ces créatures. Il semblerait d'après ses dire qu'il les avait vu prendre vie, peut-être saura t-il comment les tuer. Le chef de la garde leva le bras comme pour faire signe à Arlequin et cria :


- Au lieu de leur faire des bosses, il serait bien de nous dire comment les combattre !

Figurant
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 24/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Akitos le Ven 24 Sep 2010 - 19:50

Après plusieurs minutes de marche rapide, je voyais enfin les pourtours de la ville se présenter à l'horizon. Les gardes étaient en position d'attaque et un bouffon se trouvait sur les remparts. Je mis mon chapeau qui était encore sous mon bras et attacha mon épée à ma ceinture.

*Me voilà fin prêt si jamais on doit en venir aux armes.*

Plus j'avançais et plus je voyais les expressions sur les visages des gardes: de la terreur chez certain alors que d'autres avaient l'air excité voir même pressé de pouvoir faire parler leurs armes.

Les portes étaient maintenant entièrement visibles, elles étaient gigantesques, je crois que c'est la première fois que j'en vois d'aussi grandes. Les gardes étaient postés à quelques pieds de ces dernières avec l'arme à la main. Leur chef avait l'air d'être particulièrement doué sur tout ce qui concerne les batailles. Je m'approcha de lui et lui dis ces quelques mots:


- Salutation, je me nomme Akitos. Je viens voir un dénommé Arlequin...

Je n'eu pas besoin de réponse, je n'ai eu besoin que de suivre son regard. Il regardait le bouffon sur les remparts. Je montas les quelques marches qu'il y avait et m'arrêtas à côté de ce pitre.

- Je suppose que vous devez être Arlequin. Je me présente, je me nomme Akitos, pourrais-je avoir plus d'informations sur la mission qui nous est destinée?

Puis je regardas dans la même direction de l'amuseur royal.

- Par Hadès ! Quel est ce maléfice ? Comment est-ce possible que des morts marchent à nos portes ?

En face de moi ce trouvait une armée de squelette et de personnes avec encore la peau sur les os mais dépourvus d'âme. Une vraie malédiction, rien ne pouvait être pire surtout lorsqu'on connaissait l'histoire du marais non loin d'ici...

Akitos
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 283
Age : 24
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Hypnos le Dim 26 Sep 2010 - 11:08

Voila déjà plusieurs jours que mon combat sur le territoire d'Athéna avait été fini, le combat rude et intense m'avait tellement affaibli que je me réveilla dans un endroit familier. J'ouvris les yeux durement et une douleur au torse me pris.

"O...Ou...Ou suis-je ?" avec la vue brouiller j'entrevoyais une ombre ce déplacer autour de moi.

"Ne bouger pas trop monsieur, vos blessures ne sont pas encore guérie, d'ici quelques jours vous pourrez sortir"

Après avoir entendu vaguement la voix féminine, mes yeux se referma et m'endormis.


Quelques jours plus tard, mon réveil était nettement mieux, je me redressa doucement et vu mon armure et ma trousse de secoure sur le coté. Après m'être équiper et manger un morceau, je sortis de l'infirmerie et me dirigea vers le lieux de rendez-vous "Les portes du Nekyochorio".
A peine arrivé sur le lieux, j'entre vu notre chers Arlequin sur les remparts, je me présenta vite :


"Arlequin, je suis Hypnos spectre d'Hadès vous m'avez appelé et je suis la, que puis-je pour vous aidez ?"

Juste le temps de dire ça et j'entrepris un combat contre ces infâmes squelettes pour tenter de les retenir un maximum de temps.


Hypnos
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1349
Age : 25
Localisation : France/Nantes
Date d'inscription : 30/06/2008

Feuille de personnage
Niveau: 10

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Arlequin le Dim 26 Sep 2010 - 19:37

L'heure de la bataille approchait, Arlequin le savait. Jamais il n'avait eut à gérer ce type de situation. habituellement, il maniait les pions, les dés, pour remporter paris et duels intellectuels. Cette ci fois toutefois, il s'agissait de vies, de Spectres, de Soldats. Mais un défi ne se refusait pas, d'autant plus lorsqu'il s'agit en face d'un as de la tromperie, d'un homme se croyait capable de faire face aux Dieux et à la Mort.

D'un saut léger, il dévala la palissade et se retrouva nez à nez avec les soldats et leur chef. Il ne tint pas compte de la remarque de ce dernier, il patientait. Ses pions arrivaient petit à petit, ils approchaient, désireux de combattre pour cet Empereur qui représentait la Vérité et s'engageait à la propager.
Quelques minutes plus tard, comme prévu, deux spectres arrivèrent. Arlequin nota leur noms puis les observa avec attention. Il s'amusa à tâter leur muscles, tel un artiste auscultant sa création.

Pas mal...", lâcha t'il après avoir estimé ses troupes.

Il jeta alors un bref regard vers vers les portes, tremblantes puis fit les cents pas d'un air déséquilibré, presque alcoolisé.


"Bien ! Compagnons...Compagnons !
Comme vous l'savez p't'être... ou p't'être pas, derrière ses portes s'trouvent une troupe d'soldats, mais pas n'importe quels soldats : des tas d'oss'ments sans vie, animés d'une force qu'nul n'saurait expliquer, alors me d'mandez pas d'le faire. Bref ces machins sont dirigés par notre Gibier, notre proie, notre objectif. Son pouvoir ou plutôt, sa tromp'rie, consiste à r'donner une soit disant vie à ceux qui ont r'joint les limbes. Y n'fabrique pas d'corps, il les dote d'une vie nouvelle, une vie sans âme, sans rien.
Voilà donc c'que nous allons d'voir affronter : des bouts d'humains périt d'puis des lustres, sans conscience aucune. Alors vous m'direz : comment buter c'qui l'a d'jà été une fois? la réponse est simple : on n'va pas les tuer. Ce s'rait une insulte aux corps des braves qui furent tombés autr'fois.

Eh machin, amènes moi l'chaudron d'miel !
, hurla le Bouffon à l'un des soldats. Vous utilis'rez c'miel, bien collant et gluant, pour paralyser les squelettes, les rendre aussi lent qu'une larve asthmatique. Car si l'fait d'être fait d'os et uniqu'ment d'os est leur force, c'est aussi leur faiblesse. Bouchez leur articulations et transformez les en sac à viande...enfin sans viande. C'la fait, lâchez vos épées, car c'est plus d'précision quvous aurez b'soin, mais d'force pure et dure."

Le regard d'Arlequin s'illumina, son sourire s'élargit. Il s'arrêta dans sa folle course désaxée puis fixa ses interlocuteurs.

"Nous allons les broyer comme jamais. Au départ, ils n'étaient qu'des os solitaires, nous les ramèn'ront vers c't'état primaire. Usez d'vos poings, d'marteaux ou d'massues ! Fracassez, pilez ! L'miel ayant ralenti leur mouv'ments, ça d'vrait être comme d'casser du roc qu'd'les démembrer."

Lorsque le Bouffon se tut, on entendit à nouveau le fracas des os sur le bois des portes.

"On a d'jà perdu trop d'temps... Aux armes ! gavez votre besace d'miel, car c'est c'qui vous tiendra en vie face à ces hordes d’impies ! Spectres ! Soldats ! Qu'importe c'que vous soyez ! Battez vous jusqu'au dernier car què'qu'soit votre titre, vous oeuvrez pour la gloire d'Sa Majesté !"

Subitement, l'aura perturbante du parieur fou s’empara du lieu. Le sourire aux lèvres, ses Dés à la main, il plonge sa besace dans le chaudron et se jeta vers les portes. Ces dernières ne tarderaient pas à lâcher. Après quoi, ce serait l'heure de l'affrontement.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Figurant le Jeu 30 Sep 2010 - 12:35

Alors que les soldats de Nekyochorio étaient aidés de quelques spectres, les combats allaient pouvoir battre leur plein. L'un des guerriers de Hadès eut une idée intéressante qui était de ralentir leur assaillant via des lames enduites de miel. Et cette idée ne mit pas longtemps à avoir son effet. Bien que les squelettes semblaient imbattable, leur vitesse ralenti permettait aux défenseurs de tenir bon et de ne plus craindre une blessure.

Les squelettes étaient maintenant au ralenti, bien moins redoutable qu'auparavant. Le problème était leur trop forte résistance face aux assauts répétés des spectres et de soldats de Nekyochorio. Arriveraient-ils à trouver une solution ?


[hrp] Votre action RP contribue à faire baisser l'agilité IG (TE) de vos adversaires [/hrp]

Figurant
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 24/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Picci le Ven 1 Oct 2010 - 13:21

Arrow Palais des oracles

En suivant le disciple de Nikiolias j'arrivais au porte du village de Nekyochorio, ou je pouvais voir des spectres
se préparer au combat. Je connaissais aucun ou je m'en rappelais pas.

Il y avait juste Arlequin de j'avais aperçu au palais il y a peu de temps.

J'avançai alors a leur rencontre

"- je suis Picci spectre d'Hadès, mon aide a été sollicité. En quoi puis je vous aider ?"


Je me préparais a combattre il fallait absolument que je retrouve des repères en combat.

Picci
Etoile céleste
Etoile céleste

Nombre de messages : 6201
Age : 31
Localisation : travailleur de l'ombre de sa majesté
Date d'inscription : 06/02/2006

Feuille de personnage
Niveau: 6

http://piccisama.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Figurant le Ven 15 Oct 2010 - 16:50

Alors que gardes et spectres commençaient à ralentir leurs assaillants ceux-ci, sans raison aucune, se mirent à fuir les lieux. L'utilisation du miel chaud avait tenu ses promesses. Les squelettes avaient été ralenti plus que de raison et les guerriers qui leurs faisaient face ne succombaient plus au coup de ces morts vivants.

Mais alors pourquoi fuyaient-ils ?

Toujours était-il que Nekyochorio était maintenant en sécurité. Les soldats et les Spectres avaient mis fin à cet assaut et espéraient maintenant qu'un autre n'allait avoir lieu rapidement ...

Eraste fit le tour de ses hommes pour faire l'état des pertes et des blessures. Il se réjouissait que seul trois de ses hommes avaient péri. Il fit rassembler les corps devant la grand porte et appela tous ses hommes. Ils marquèrent un long moment de silence et trois d'entre eux vinrent déposer une pièce d'argent dans la bouche des défunts. Eraste prit une des torches attenante à la porte et fit recouvrir les corps d'huile avant de les embraser. Avec ses hommes, il contemplait les flammes qui dansaient et consumaient les corps puis s'approcha du Spectre Arlequin pour lui dire :


- Je pense que ceux trois là ne pourront pas revenir se battre contre nous maintenant ...

Figurant
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 201
Date d'inscription : 24/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Picci le Sam 16 Oct 2010 - 8:06

Le miel était une bonne idée les guerrier fais d'os étaient partie. Mais il fallait rester vigilant
cette bataille n'était pas terminer.

Je pris les direction des hommes mort pour aider la personne qui les préparaient pour rejoindre la mort
quand je ressentis une étrange sensation.

Suis je le seul à l"avoir ressentis. Je me tournai donc vers mes frères d'armes.

"- Vous avez sentis? C'était quoi ça?"

Picci
Etoile céleste
Etoile céleste

Nombre de messages : 6201
Age : 31
Localisation : travailleur de l'ombre de sa majesté
Date d'inscription : 06/02/2006

Feuille de personnage
Niveau: 6

http://piccisama.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Akitos le Jeu 11 Nov 2010 - 9:02

L'idée d'Arlequin avait bien fait son office, le miel ralentit considérablement les mort-vivants au point qu'ils durent battre en retraite. Je ne me sentais pas spécialement fière de cette bataille. J'étais en effet plus quelqu'un a entré dans la bataille avec les poings et les pieds que d'utilisé la ruse pour arriver à mes fins. Enfin bon, ce qui était fait était fait.

Eraste fit rassembler les morts et les brûla. Il n'avait pas l'air enchanté de le faire mais si on ne voulait pas avoir nouveau guerrier squelette contre nous, il fallait bien que quelqu'un le fasse.


*Paix à leurs âmes que Hades veille sur eux.*

Je me tourna vers Picci qui venait de nous demander si l'on avait senti quelque chose de bizarre.

- Je n'ai rien ressentit personnellement. Et vu que les gardes ne s'agitent pas non, je pense que ça doit être le fruit de ton imagination. Sans vouloir te vexer bien sûr.

Je nettoyai ma lame et la rangeai dans son fourreau. J'enlevai les quelques traces de calcium que les squelettes avaient laisser sur mon armure et me joignis au reste des spectres en attendant de voir si un message ne nous serait pas destiner dans très peu de temps.

Arrow Forum Général Arrow Sur les rives du fleuve Achéron : le Nékyomanteion Arrow Quête - Ennemis à nos portes

Akitos
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 283
Age : 24
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 21/07/2010

Feuille de personnage
Niveau: 5

Revenir en haut Aller en bas

Re: La mort à nos portes

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:17


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum