Débarquement phénicien

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Dim 26 Fév 2012 - 18:04



Lord Nergal avait attaqué sauvagement Gotchi, plusieurs de ses coups touchèrent leurs cibles, mais aucun d'eux ne faisaient vaciller le spectre de l'Eridan. Pendant le combat, le rat tentait bien que mal de justifier son acte et de convaincre les autres spectres présent autour de lui ;

Gotchi, ces brigands peuvent nous amener de suite à la Dryade et ils sont de bons guerriers qui pourraient nous être utiles contre les ennemis. La vente de cette flèche pourrait nous rendre tous riches, je pense également que nos oracles ne seraient pas contre de recevoir également de l'or dès notre retour.

Suite à ses paroles, il assainit un coup si puissant que Gotchi s'écroula de douleur. Lord Nergal était rongé par les remords, lui qui avait maintenant l'occasion de tuer son adversaire, il se mit à nouveau à parler :

Gotchi, je ne veux pas te tuer, je ne suis pas un traitre comme tu le prétends

Le rat rappela alors à tous qu'il n'avait juré fidélité qu'à un seul dieu, Hadès. Qu'importe ses belles paroles, il n'avait pas hésité à frapper un frère d'arme, un serviteur, tout comme lui, d'Hadès. Gotchi se releva tant bien que mal, le discours de Lord Nergal lui faisait bien rire, il se devait de le remettre à sa place ;

"Mon pauvre ami, que tu es naïf! Tu crois que ces brigands vont nous aider à combattre les phéniciens? Dès qu'ils auront eu ce qu'ils veulent, ils prendront la fuite! Tu parles de richesse? Tu penses réellement que nos oracles recherchent l'or? Tu es pathétique! Tu te dis serviteur d'Hadès, nous le sommes tous! Aujourd'hui ma mission est de protégé cette flèche d'or. Relique d'Artémis! Déesse de la chasse, si ma mission est accomplie, nous aurons un meilleur allié que tes "brigands". Alors réfléchis à nouveau!"

Gotchi reprit son souffle, et pointa du doigt Lord Nergal,

"Quoiqu'il arrive, tu seras jugé pour tes actes! Mais si tu abandonnes et protège cette flèche avec moi! Tu auras le soutien de la déesse Artémis et Le seigneur Hadès se montrera, peut-être, plus clément!"

Gotchi se mit alors en position de défense, pour l'instant il n'avait fait qu'encaisser, attendant un sursaut de jugement, de fierté de la part de Lord Nergal.


gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Dim 26 Fév 2012 - 20:30

La journée défilait, ignorant les batailles en cours et à venir. L’air s’était réchauffé. Peut-être était-ce à cause de la tension qui s’était soudainement abattue sur Thérios, ou bien d’une divine attention portée à l’enjeu bénin que constituait visiblement la Flèche.
Quoiqu’il en soit, la première bataille de cette mission plus abracadantesque que prévu avait éclatée. La rumeur du vent frappant les arbres environnant se retrouvait à présent mêlée aux râles des hommes au combat. Tous se jugeaient du regard, tentant de déceler dans leur adversaire le doute ou la peur. Certains n’avaient probablement jamais connu la sensation d’incertitude que produisait une bataille. Comment savoir ? Comment prévoir ?
Le Bouffon le savait : quel que soit le plan, nul n’est infaillible. Malgré les tentatives d’assaut de son adversaire, le bariolé songeait toujours à la suite des évènements. Garder un coup d’avance, se prémunir contre d’éventuels rebondissements. C’était là son rôle.

Tout à coup, une dizaine d’homme s’élancèrent dans la bataille. Les chasseurs de Sylphe… Bien qu’ils aient chargé avec vigueur et rage, leur assaut fut catastrophique. Faiblement équipés, ils tentèrent de mettre à terre un des bandits placé en retrait, le ruant de coups sans oser lui assener de prise fatale. Le Bouffon observait la scène d’un air tout d'abord curieux puis inquiet. Etait-ce la peur de tuer ou bien le manque de directives qui provoquait cette comédie ? Heureusement, le groupe de chasseurs ne mit pas longtemps avant de s’apercevoir de leur infériorité tactique. Ils se replièrent devant le Temple, entre la bâtisse et le mur que formaient les trois Spectres. Temporairement déstabilisé par ce mouvement incongru, le Bouffon manqua d’être touché par son adversaire. Néanmoins, ses réflexes et son expérience firent la différence. D’un geste précis et gracieux, il esquiva l’attaque puis, saisissant fermement ses Dés du poings, laissa exploser une vague cosmique dans un murmure :


«… T’prends pas pour c’que t’es pas… Pauvre Carfard … »

Le brigand fut expulsé quelques mètres plus loin. Son bras droit semblait grièvement touché, son armure réduite en miette. Ses attaques seraient moins vives à présent, et ce pour plusieurs mois. Le Parieur Fou s’approcha de lui d’un pas lent. Ses yeux n’exprimaient pas la moindre pitié. Il était là, froid, impartial, Jugeant la bêtise d’un homme.
D’une main, il saisit le bandit par le cou, le soulevant tel un fétu de paille. Un sourire en coin, il lui dit d’une voix amusée :


« Les Hommes d’vraient savoir lorsqu’ils sont vaincus. »

De son poing libre, il frappa avec puissance dans les côtés d’Erorn. Un craquement déchira la rumeur du vent. Le bandit, aussi brave fut-il, ne put retenir un hurlement de douleur. Mais le Bouffon ne s’en tint pas là. Il laissa retomber sa proie dans un bruit sourd. Approchant son visage de celui de son adversaire, il lui glissa :

« S’tu pensais t’en tirer avec d’simples fractures, j’crois qu’tu t’foutais l’doigt dans l’œil. »

Dans un sadisme assumé, il saisit la lame du brigand puis, retenant la main de son bras d’ores et déjà brisé, trancha l’air d’un geste vif. La main se sépara du bras, ne laissant qu’un moignon de chair rouge vif. Sans sourciller, l’Arlequin planta l’épée dans le sol puis balaya du regard les autres protagonistes. Avait-il eut son compte ou pousserait-il sa témérité jusqu’aux portes des Enfers ?

« Qu’c’la vous serve d’exemple ! »

Il tourna les talons puis s’éloigna de quelques mètres de sa victime. Il scanda alors en direction des chasseurs restés près du Temple d’Artémis :

« L’est grand temps d’vous apprendre l’Art d’la Guerre ! Rel’vez vous ! Ecartez les blessés ! Saisissez vos arcs ! T'nez vos positions ! Le Bouffon eut un rictus. Visez leur Chef ! N’ayez pas d’pitié ! L’est grand temps pour eux d’connaitre la dure Vérité ! L’Jug’ment est arrivé ! »

La situation venait de basculer.
Si leur Chef était tué, nul doute que les brigands déguerpiraient. Ne resterait alors que le traitre, forcé de quitter ses illusions pour se retrouver face à l’unique Vérité.



N.B : Voici un schéma du positionnement des différents protagonistes.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Mar 28 Fév 2012 - 0:49

Répondant aux consignes de Arlequin, les chasseurs prirent chacun leur arc et tiraient des flèches en direction du chef des brigands. Ce dernier, à l'aide de son bouclier mais également de sa vélocité, en para et esquiva la majeure partie. Cependant, une flèche se logea dans son épaule gauche et le fit tomber en arrière. Azark se précipita en direction de son chef, l'aida à se redresser et à lui ôter la flèche de son épaule. Il pressa la plaie avec sa main afin que le sang ne gicle de trop, et fit un garrot avec une lanière de cuir, ce qui eu pour effet que son plastron ne pouvait plus tenir convenablement sur lui. Le chef des brigands se releva enfin et la rage pouvait se lire dans ses yeux. Il saisit son épée et se tenait maintenant prêt à charger si besoin était.

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Mar 28 Fév 2012 - 17:45

Son adversaire toujours à terre, l'Arlequin pu admirer la volée de flèches qui vinrent frapper les chasseurs en retrait. La précision était de mise mais la conviction leur faisait défaut. Ils n'étaient que des chasseurs, pas encore des guerriers.
Le Bouffon compris alors le défi qui attendait les Spectres et habitants de Thérios lorsque les Phéniciens attaqueraient. Comment défendre tout une région avec pour seule Armée une poignée de guerriers divins et des chasseurs du dimanche?
Mais peut-être que tout ceci n'était le pâle reflet d'un potentiel immense.

Le Bariolé se devait d'y croire.
Il pointa son doigt en direction du bandit touché et de son acolyte puis hurla à sa troupe d'archers :


"N'leur laissez aucun répit ! S'y avancent, z'êtes morts ! Y s'agit plus d'blesser, y s'agit d'tuer pour survivre ! Ces bandits tentent d'affaiblir les défenses d'votre village en s'en prenant au Temple d'votre Déesse ! Pensez qu'votre forêt s'ra aussi foisonnante en bestioles une fois qu'Artémis vous aura abandonné? Alors n'laissez pas ces chiens s'en prendre à votre Temple, à c'qui vous nourrit !"

Ils devraient apprendre à tuer pour espérer sortir vainqueur des prochaines batailles. Les phéniciens ne seraient pas aussi timides que ce groupe de brigands...

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Mar 28 Fév 2012 - 21:46

"Quoiqu'il arrive, tu seras jugé pour tes actes! Mais si tu abandonnes et protège cette flèche avec moi! Tu auras le soutien de la déesse Artémis et Le seigneur Hadès se montrera, peut-être, plus clément!"

Ces mots resonnaient dans la tête du spectre du rat.

Lord Nergal se remit en garde, prêt à attaquer de nouveau Gotchi. Le Lyriste était en prise à de nombreux doutes. Cependant, il songeait qu'avec l'aide des brigands, il serait plus fort contre les phéniciens. Gotchi, qui etait devenu son ennemi, le suppliait de revenir à la raison.

Gotchi regarde ces chasseurs, ce ne sont pas du tout des guerriers et ne nous seront certainement d'aucune aide face a cette menace qui arrive.Les phéniciens sont de redoutables ennemis. Ces hommes que tu vois à mes cotés donneraient leur vie pour un peu d'or.

A ce moment, les chasseurs tiraient des flèches sur les brigants. Leur chef en reçu une sur l'épaule gauche

Regarde, même à plusieurs, ils n'arrivent pas à tuer un de leur ennemi. Que crois-tu qu'ils feront quand les phéniciens arriveront? Ils n'auront que leurs yeux pour pleurer quand leur village brûlera et que leur femme et leurs enfants seront cruellement assassinés.

Il regarda son ancien compagnon d'arme et reprit la parole.

Gotchi, nous ne sommes pas assez de spectre pour pouvoir sauver tout le monde. Si nous ne nous allions pas à des hommes qui connaissent l'art de combattre, nos chance sont minces.




Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Mer 29 Fév 2012 - 11:39

Avec peu de chance et peu de méfiance de ma part, je remportai mon premier combat. Mais en plus de mon combat, j’avais aussi gagné de sérieuses blessures.
Malheureusement, se n’était pas fini, il restait encore des bandits que les villageois n’avaient que blessé. Et pour ne pas montrer ma fatigue due à mon dernier combat, je me tournai de suite vers un bandit :


- Regardes se qu’advienne tes « compagnons ». Vous n’avez aucune chance si vous choisissez de vous mesurer à nous ! rejoins nous, Hadès s’aura te pardonner, et te protéger …

jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Mer 29 Fév 2012 - 19:32


Lord Nergal tentait à nouveau de convaincre, mais en vain, Gotchi n'avait que faire de ce qu'il pensait. Sa décision de s'associer avec des bandits étaient déjà une erreur. Et si Lord Nergal ne profitait pas des nombreuses occasions qui lui étaient donné pour arrêter là sa stupidité, alors Le spectre de l'Eridan se verrait obliger de lui asséner le coup final.

Il restait cependant une dernière manœuvre avant de passer à l'attaque. Certes les arguments de Lord Nergal pouvaient tenir la route, mais il oubliait une chose ;

"Ces chasseurs n'ont peut-être pas l'habitude de tuer, mais devant ce qu'il aime le plus, un homme est prêt à tout! Hors lorsque les Phéniciens seront là, en point de mire de leur flèche, sachant qu'ils en ont après leurs maisons, leurs femmes, leurs enfants, leurs richesses, tout ce qu'ils ont construits depuis de nombreuses années!!! Croît moi, ils seront bien plus redoutables que tes vulgaires bandits, qui soit dit en passant, parviennent à être blessés par des "inexpérimentés" du combat, comme tu le sous-entends! Alors mon ami, je te laisse encore une chance de faire preuve de bon sens, et de venir à côtés de tes frères d'armes, Jules, Arlequin et moi!"

Les paroles de Gotchi se devaient d'être fortes, ils ne voulaient pas donner le coup de grâce mais si Lord Nergal s'entêtait pour une énième fois. Ça serait la fin des négociations. . .


gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Jeu 1 Mar 2012 - 17:07

A peine eut-il lancé ses ordres que l’Arlequin recentra son attention sur son adversaire, toujours cloué au sol. Son regard en disait long sur sa détermination à ne pas s’avouer vaincu. Le Bouffon resta de marbre, attendant un mouvement de la part des brigands pour réagir. A dire vrai, l’objectif n’était pas tant de les éliminer, seule la protection du Temple d’Artémis comptait aux yeux du bariolé.
L’après-midi tendait à se terminer. Une lueur rougeoyante vint envelopper les différents guerriers luttant à l’orée de la forêt. Au loin, le Parieur Fou pu apercevoir Gotchi, toujours en prise avec le Spectre du Rat. Tous deux faisaient preuve de la plus grande implication, poussant leur cosmos jusqu’à son paroxysme. Le sol était saisi de tremblements à chacun de leurs coups échangés, un combat fratricide qui déterminerait probablement l’avenir de tout un village.


« Et c’t’a la Nuit tombé qu’leur corps sans vie s’ront r’trouvés… Hin hin… Votre fin est proche. » murmura le Bouffon.

C’est alors qu’à la plus grande surprise du Fou, Erorn se releva. Il titubait. Son souffle était court, sa vue altérée compte tenu du nombre de coups reçus. Son moignon sanguinolent contre son torse, il se mit en garde de sa main valide. Le Bouffon fit disparaitre le sourire qui éclairait son visage jusqu’alors. Comment un homme pouvait-il aller jusqu’à parier sa propre vie pour une flèche d’or ? Ou bien peut-être était-ce simplement de la fierté… La psychologie humaine recelait de nombreux mystères aux yeux de l’Arlequin. Mais il était temps d’en finir, le jeu avait assez duré.
Dans un ultime assaut, Erorn se jeta sur son adversaire. Il déploya toute son énergie dans son poing, visant le crâne du Spectre. Toutefois, ce dernier ne se laissa pas attendrir. D’une esquive fluide, il vint se placer dans le dos du brigand puis, le saisissant par la gorge, lui susurra :


« Chut… Écoute-le… Entends-le… L’Appel de Sa Majesté… La sentence est tombée. Irrévocable. Le point final de ta Destiné. »

Crac…
D’un geste franc, l’Arlequin brisa la nuque du désormais défunt. Son corps retomba sur le sol comme une pierre.
Une nouvelle salve de flèche fut tirée en direction des deux bandits restant. Ainsi provoqués, les deux survivants se précipitèrent en direction du Temple, chargeant sans vergogne vers le groupe de chasseurs postés devant. Néanmoins, Arlequin et Jules, lui aussi défait de son adversaire, s’interposèrent. Il n’y avait là nul besoin de mots.
Sans attendre, Jules se jeta sur le bandit, laissant le Bouffon seul face au Chef, déjà touché par les flèches des chasseurs. A nouveau, un sourire apparu sur ses lèvres. Il scanda à nouveau à l’adresse des chasseurs :


« N’faiblissez pas ! A chaque ouverture, lâchez vos flèches ! Qu’deux d’entre vous ramènent les blessés vers l’village ! »

Après quoi, le Bariolé se recentra vers Varnor, le Chef des brigands. Mieux équipé, plus affûté physiquement, le combat serait plus rude et technique, eut-il été blessé.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Jeu 1 Mar 2012 - 21:55

Lord Nergal doutait de plus en plus de son plan. Tous les brigands tombaient un a un. A ce moment, Gotchi reproposa à Lord Nergal de faire pénitence. Le spectre du rat reprit la parole.

Très bien Gotchi, prouve moi que j'ai tord. Si tu y arrives, c'est que mes choix étaient totalement insensés. Par contre, si c'est moi qui te bats, cela voudrait dire qu'Hades est avec moi et tu n'auras pas le choix de suivre mon plan.

Lord Nergal se mit en garde.

Spectre de l'Eridan , montre moi! Fait se disiper ce doute qui est en moi. Aller, ce coup sera le dernier.

Lord Nergal fonça sur son adversaire. Gotchi l'exquiva et lanca à son tour une terrible attaque.

Le spectre du rat était vaincu mais toujours vivant.

Après quelques minutes, il se releva, se rapprocha de Gotchi qui était toujours en garde. Il ne savait si le spectre du rat voulait encore combattre. Une fois en face de Gotchi, il s'écroula. Tombant directement sur ses genoux. La tête baissé et les mains sur le sol, les larmes coulaient des joues du Lyriste.

Ô Hades, pardonne moi...



Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Ven 2 Mar 2012 - 15:59

Aucune réponse de sa part ... Mais je ne m'inquiétai pas car même si je n’étais pas au mieux de ma forme pour faire un deuxième combat, je savais que derrière moi il y avait des chasseurs qui dès la moindre brèche m’aiderai à se débarrasser de mon adversaire. D’ailleurs, je voulais que cette ouverture arrive le plus tôt possible …
Je m’approchai à toute vitesse sur mon adversaire en sortant mon épée de son fourreau puis je lui donnai un coup assez efficace de façon à se qu’il recule.


-Allez-y ! C’est le moment criai je aux chasseurs. Décochez lui une flèche dans sa saleté de face !

A cet instant je fis quelque pas en arrière pour m’écarter de la cible. Mais sûrement pas assez vite, puisqu’une flèche se logea dans mon épaule juste sous la faiblesse de mon épaulière … je tomba a terre.

- Outch !!!

Heureusement pour moi, une pluie de flèche empêcha mon adversaire de venir sur moi. Me relevant, je pris mon courage à deux mains … enfin à une main puisqu’il m’en a fallu qu’une pour arracher cette maudite flèche d’un coup sec.
Au même instant, je jetai un œil sur mes deux compagnons en combat, et pu voir Gotchi l’emporter sur LordNergal …

jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Ven 2 Mar 2012 - 19:45



Cela faisait déjà quelques minutes que Gotchi voyait la fin du combat arrivé, mais il avait laissé une dernière chance à son frère d'arme de retrouver le droit chemin. Hélas sans aucun succès. Pour le spectre de l'Eridan s'en était de trop. IL esquiva l'ultime attaque de Lord Nergal, et lui asséna un coup de genou si puissant, que le rat tomba sur ses genoux. A moitié conscient, des larmes commencèrent à couler sur le visage du maudit, il pria Hadès de la pardonner. . .

Gotchi était à présent énerver, il osait demander le pardon du Sombre Seigneur après lui avoir tourné le dos. Non cela il ne pouvait l'accepter, il releva le spectre de Rat, et cria sur lui ;

"TU CROIS VRAIMENT OBTENIR LE PARDON DE NOTRE SEIGNEUR SI FACILEMENT??!! TU NE MERITES PLUS LE TITRE DE SPECTRE ET CE SURPLIS!"

Gotchi jetta 2-3 mètre plus loin Lord Nergal, sortit de son armure une fiole qu'il avait soigneusement cachée aux yeux de tout le monde. Il cussa sa fiole et se rua sur le rat, toujours au sol, la honte sur la visage. Gotchi commença à frapper ce dernier, il ne savait plus se contrôler. Pour lui l'acte de trahison était le pire de tous, et ses récentes retrouvailles avec Godaime n'avait fait que renforcées ses convictions.

Les bandits arrêtèrent leurs combats, tous étaient figés face au spectacle que Gotchi affichait! Ils n'avaient jamais vu autant de rage chez quelqu'un et bientôt ils savaient que ce serait eux la cible de cet homme. Ils lâchèrent tous leurs armes, et fuirent vers la forêt à l’abri de tous. Pendant ce temps, le visage de Lord Nergal pissait le sang, si personne n'arrêtait le Spectre de l'Eridan, s'en serait fini du rat . . .


gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Ven 2 Mar 2012 - 21:14

Le combat des deux spectres captiva toutes les personnes sur le champ de batail. Gotchi avait pris le dessus sur Lord Nergal. Ne pouvant plus contrôler ses nerfs il continua de le frapper. Sur ce spectacle, je ne pu m’empêcher de penser à mon maître, qui lui aussi s’était « trompé » de chemin à plusieurs reprise.


- Arrêtes, ça suffit, calme toi ! fis-je à Gotchi

Je couru m’interposer entre lui et de se qui restait de Lord Nergal, mais en essayant de les séparer avec mon épaule, ma blessure ressèment faite par une flèche m’arrêta et me fis mettre un genou a terre.


- arggg Arrêtes s’il te plait ! Il a fait une erreur, et l’erreur ... c'est humain. Mais si cette erreur n’est vraiment pas pardonnable, nos Oracles le jugeront ! arggg

jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Ven 2 Mar 2012 - 22:12

Un hurlement de rage déchira l’aire de combat. Gotchi, Spectre de l’Eridan, venait d’en finir. Lord Nergal gisait à ses pieds, quasi inconscient.
Le Bouffon avait remporté son pari. Son plan se déroulait comme prévu.
Néanmoins, alors qu’il s’apprêtait à s’en prendre au chef de bandit, il put déceler une peur naissante dans ses yeux. Jusqu’ici confiants, voici que les brigands rescapés, prenant subitement conscience de leur cuisante défaite, mesuraient enfin l’ampleur de leur insuccès. Les jambes du puissant Vornar tremblaient. L’Arlequin lâcha un sourire malicieux.


« Y semble maint’nant évident qu’votre échec est total. Qu’vas-tu faire à présent ? Crever nobl’ment ou t’barrer en courant ? »

La réponse ne se fit pas attendre.
Trainant son épaule blessée, le Chef fila d’un pas précipité vers la forêt. La bataille était gagnée. Conscients de leur victoire, les chasseurs laissèrent exploser leur joie, s’autorisant de franches accolades au pied du Temple d’Artémis.
Pendant ce temps, le Bouffon contemplait les dépouilles des deux bandits à présents décédés. La guerre était ainsi faite. Des pions entraient sur un plateau, avançant sans deviner la sombre issue qui leur était destiné. Ces mêmes pions qui souvent étaient dirigés par des cerveaux idiots et fêlés. Des sacrifices étaient parfois nécessaires. Celui-ci avait-il valu le coup ? Son adversaire, quel qu’il soit, avait mal joué sa chance. Il avait failli face à un groupe de chasseurs inexpérimenté, une poignée de Spectres et un esprit plus doué.
L’Arlequin fini par rejeter son attention vers ses Dés, jusqu’alors solidement ancré au creux de sa main.


« Vous avez pas soufferts mes jolis hein ? Oh oui…Ca f’sait longtemps qu’on avait pas connu un pari aussi amusant. Divertissant hin hin… Et main’tanant mes chéris, qu’va-t-il dev’nir l’Bêta qu’a cru bon d’t’nir tête aux serviteurs d’Sa Majesté ? Il releva la tête en direction de Gotchi et Jules. Pour sûr qu’y passe un sale quart d’heure…. Mhhh ? Quoi donc ? N’pas l’tuer ? Ah oui… N’pas encore l’condamner…Mhhh… L’emprionner ? Oh et puis… Oui ! L’utiliser. Sa Majesté n’Nous en voudra pas d’faire d’un d’Ses prisonnier un pion d’circonstance. Un pion qu’on pourrait bien choisir d’sacrifier. Une sorte d’Variante. Un Joker d’appoint, ni plus ni moins… Hin hin. »

D’un pas léger, le Bouffon s’approcha du trio de spectres. Il s’accroupis, saisi le visage tuméfié de Lord Nergal puis grimaça.

« Eh beh, t’la pas loupé ma Barrique ! »

Le bariolé se releva. Un court silence suivit.

Bien… Il se tourna vers les chasseurs. Vous là bas ! V’nez là ! Z’allez Nous nettoyer tout s’foutoir ! Deux d’entre vous s’occupent des deux lascars et deux autres du Traitre. Emm’nez le dans un coin sûr et attachez le avec d’bonnes chaines ! Y doit pas bouger d’un poil d’cul compris ? »

L’Arlequin secoua la tête, faisant s’agiter ses clochettes.

« Nous r’garde pas comme ça la Barrique ! On t’pique pas ton jouet, on fait qu’l’mettre au frais histoire d’pouvoir en profiter plus tard. Pi faut dire qu’ma Douceur a pas tout à fait tort… On peut pas Juger c’Renégat. C’est l’boulot des Oracles. Sa Majesté s’rait pas enchanté d’voir Ses Spectres s’accorder des droits qu’y ont pas hein ? C’ci étant dit, faut informer l’Nekyomanteion d’la trahison du Têtu. C’pas une grosse perte pour l’peu d’n’rrones qu’y lui restait. Hum… »

Il se dirigea vers le Temple, là où étaient toujours postés les chasseurs restant. En voyant approcher le Bouffon, ils se postèrent en une sorte de garde à vous campagnard. Le Parieur laissa échapper un rire mécanique.

« Pour sûr qu’vous êtes d’vrais soldats hin hin ! Bon bon… Z’avez bien bossé. C’qui s’est passé là, c’est c’qui vous attend dans l’cas où ces chiens d’Phéniciens attaqu’raient. Alors n’vous laissez pas aller dans une espèce d’félicité à la noix. Silence. Humpf… Vu qu’on aura pas l’temps d’vous former à tuer… Z’allez d’suite aller prév’nir Sylphe et Beran qu’la situation est réglé ici. Dites-leur qu’jusqu’à n’vel ordre, y s’occupent d’réceptionner, d’lire les rapports d’frontières et d’Nous en faire l’r’tour en cas d’trucs suspect.
D’plus, Beran d’vra mission une d’izaine d’ces gars pour trouver un poison. Un truc qui paralyse ou qui s’attaque aux tissus. Quoiqu’ce soit, vous y direz d’faire enduire toute les flèches d’ses chasseurs avec. Nous autres on s’ra ici, au Temple, l’temps d’sécuriser les environs. Vous s’rez prév’nus en cas d’chang’ments…. Allez ! Bougez-vous l’fion ! »


Les trois Spectres se retrouvaient à présent seuls.

« Toujours garder un atout dans sa manche ma Barrique. Fais-nous confiance. Jusqu’là, ça t’as pas trop mal réussi hein ? Bon…Elle est où c’te prêtresse, y sembl’rait qu’t’ai deux mots à y toucher non? »

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Sam 3 Mar 2012 - 3:15

*** Fin de la troisième journée ***

Alors que les combats étaient maintenant terminés, la prêtresse s'approcha de Gotchi et lui dit :

- Tu as bien défendu notre temple et la flèche d'or spectre. Je tiendrais parole et te ferais rencontrer la dryade. Mais sache que même si je conçois à la faire venir jusqu'ici, elle seule décidera de si oui ou non elle t'accordera quelques minutes de discussion. Je ne la contrôle pas, ce serait même plus à moi qui devrait obéir à ses ordres si elle préférait rester en ce temple au lieu de vivre dans sa forêt.

Dorothéa ordonna à l'une de ses suivantes de partir à la rencontre de la dryade et de lui expliquer la situation. Elle seule allait maintenant décider si oui ou non elle accorderait une entrevue aux spectres.

Pendant ce temps, après quelques minutes de marche, les chasseurs arrivèrent dans leur village de Thérios. Ils conduisirent Lord Nergal et les brigands dans leurs cachots puis désignèrent l'un des leurs afin de partir faire un rapport à Beran. Le désigné expliquait tout ce qui s'était passé. Deux spectres se déchirant pour une même mission. Les brigands qui étaient sortis du coeur de la forêt. Et comment les spectres leurs avaient appris à utiliser leurs dons à l'arc pour les aider au combat. Il n'oublia pas également de transmettre les recommandations de Arlequin et notamment celle d'enduire de poison les flèches qu'ils allaient utiliser au combat. Beran prit notre de tout, et confia à son tour des nouvelles fraîche à son chasseur. Il le conduisit jusqu'à l'entrée de la cité, où quelques hommes s'amusaient à torturer un pauvre bougre attaché contre un arbre.


- Vois ce que ces chiens de phéniciens ont envoyé à nous. De vulgaires éclaireurs afin de connaitre nos forces je suppose. Ils étaient trois. L'un d'entre eux doit en ce moment même nourrir les charognards, tandis que l'autre à pu s'enfuir et retourner prêt de son maître. Nous avons gardé celui-ci afin d'en savoir plus, mais il refuse encore de parler. Nous parviendrons bien à lui délier la langue demain matin. CONDUISEZ-LE DANS UN CACHOT !

Deux bûcherons empoignèrent le phénicien, après l'avoir libéré, et le traînèrent jusque dans l'un des cachots de la prison de la cité. Jamais ces geôles n'avaient été aussi remplis. Beran alla ensuite voir Sylphe afin de lui parler de leurs projets pour le lendemain, non sans avoir au préalable chargés quelques uns de ses hommes de se procurer du poison auprès de l'apollinien de la cité. Le 1er chasseur discuta une bonne partie de la nuit avec son chef. Tous deux parvinrent à la conclusion qu'ils allaient devoir renforcer les défenses de la cité au cas où l'éclaireur phénicien encore en vie indiquait tous les pièges à ses comparses. Puis, Beran eu une brillante idée. En plus des pièges, pourquoi ne pas poster des hommes dans les arbres à des endroits stratégiques. Ils pourraient faire pleuvoir sur les phéniciens des flèches sans que ceux-ci ne puissent distinguer leur provenance dans l'épaisseur des feuillages. Ils s'accordèrent sur cette idée, et décidèrent, qu'au lever du soleil, ils enverraient aux spectres un nouveau groupe d'hommes prêt au combat et qui leur exposeraient les nouvelles décisions prises en cette heure, et en espérant également que les spectres les approuveraient.


*** Lisière de la forêt ***

Après presque deux jours de marche, Eraste et son armée arrivèrent en marge de la forêt de Thérios. Il avait dû patienter avant de partir à la suite des spectres, le temps de monter de rassembler la majeure partie de ses hommes. Des vétérans, des nouvelles recrues, voici ce qui composait cette troupe de deux-cents hommes. Eraste leur fit établir le camp pour la nuit, ne voulant pas traverser la forêt sans les rayons de Hélios pour les guider. Sans oublier que cela allait peut-être être la dernière nuit pour nombre de ses soldats ...

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Sam 3 Mar 2012 - 12:32

L’Arlequin bailla sans gêne. La Nuit venait de tomber. Toute cette excitation l’avait fatigué. Therios était toujours défendue pour l’heure, mais le manque d’information de la part des chasseurs le plongeait dans un océan de doutes.

« Humpf… Nous on vous laisse là. Z’aurez pas b’soin d’Nous pour rencontrer c’te bestiole magique. On va r’tourner au village. D’main, On f’ra l’point avec l’Sylphe et sa clique. »

Sans en dire plus, le Bouffon se dirigea vers le village pour y passer la nuit. L’aubergiste le connaissait bien à présent, peut-être lui avait-il déjà réservé de quoi se restaurer et se reposer quelques heures.

**Village de Therios. Quatrième jour. Matin.**

Dès l’aube, l’Arlequin était déjà prêt. Après un bref encas sucré, il se dirigea vers le Quartier Général. Ce dernier fourmillait déjà d’une multitude de messagers et chasseurs entassés. Un brouhaha ambiant en résultait. Au centre de cet ouragan se trouvaient Beran et Sylphe. Tous deux affichaient une mine fière et réjouie. Dès lors qu’ils virent le bariolé pénétrer dans la pièce, ils firent signe à leurs camarades de retrouver le calme. Le regard du Parieur traduisait son scepticisme.


[Sylphe]
« Ah l’Arlequin ! On vous attendait ! On a des nouvelles fraiches pour vous ! Et même un petit cadeau ah ah ! »


Devant la prudente curiosité dont faisait preuve le spectre, Beran reprit à la place de son chef :

[Beran]
« En effet. Hier, alors que vous autres Spectres étiez occupés à repousser les bandits autour du Temple d’Artémis, nous avons pris l’initiative de placer plusieurs chasseurs dans les arbres de la forêt, amplifiant ainsi l’impact de nos pièges par nos flèches. Comme vous me l’aviez demandé, j’ai aussi fait empoisonner toutes les flèches de nos hommes. Mais plus importa… »


Sylphe le coupa subitement, trépignant d’envie et de fierté :

[Sylphe]
« On en a choppé un ! Hier en fin de journée, nos guetteurs ont trouvés trois phéniciens qui se baladaient à l’orée de la forêt. L’un a été tué sur le coup, l’autre s’est barré et le dernier a été capturé. On l’a enfermé dans notre prison de fortune. C’est la baraque d’à côté. On vous attendait pour l’interroger.»


Beran paraissait un brin piqué de s’être fait voler la vedette par son chef. Néanmoins, tous deux bombaient fièrement le torse, comme deux généraux à la tête d’une armée d’immortels. Le Bouffon s’éclaircit bruyamment la voix. Les phéniciens étaient à présents conscients que Therios possédait des guetteurs. Cela suffirait-il à les retarder ? Bien que les chasseurs se soient aguerris, ils n’en restaient pas moins des paysans. Ils ne feraient pas le poids face à une armée d’hommes entrainés. Le prisonnier devenait donc une pièce maitresse du puzzle. Comme disait un fin stratège, pour gagner une guerre, il faut avant tout connaitre et comprendre son ennemi.

« Z’avez fait du bon boulot, r’lachez pas votre attention. Maint’nant Beran, emmène Nous voir c’phénicien. Sylphe, tu restes là à r’c’voir les rapports. »

Sylphe ne cacha pas sa déception. Beran, d’une démarche droite, prit les devants et sorti en direction de la prison.

**Prison de Therios. Quatrième jour. Matin.**

Les cachots étaient effectivement bien remplis. Sombres et humides, ils accueillaient à présent un panel de prisonnier que tout geôlier aurait rêvé de pouvoir maltraiter. L’Arlequin ne tint pas compte de la présence du Renégat en ces lieux. Il avança sans sourciller vers le Phénicien, l’unique chose intéressante à ses yeux pour l’heure. Beran fit ouvrir la grille dans un silence pesant. D’un geste de main, il invita le Bouffon à y pénétrer.
Une fois entrés, la grille fut refermée, par mesure de sécurité. Un homme d’une trentaine d’année se trouvé là, gisant sur le sol glacé du cachot. Poignets et chevilles liés, il dormait à points fermés. D’un coup de pied, Beran le tira des bras de Morphée.


[Beran]
« Debout ! »


Dans un sursaut d’étonnement et de peur mêlé, le phénicien s’éveilla. L’Arlequin l’observait avec intérêt. Il se mit à secouer ses Dés dans une main. De l’autre, il vint tâtonner le visage crasseux du prisonnier.

« T’as une sale gueule. Z’êtes tous comme ça ou ben t’as juste été mal terminé ? »

Avec dégoût, le bariolé s’éloigna d’un pas. Le cliquetis régulier de ses Dés résonnait à travers la pièce. Un sourire apparu sur son visage.

« Tu dois t’sentir débile d’t’être fait capturer par une bande d’chasseurs pas vrai ? Crois-Nous, c’qui t’attends est bien pire hin hin. »

Il secoua la tête, animant ses grelôts.

« Alors voyons, y parait qu’t’es resté muet hier… Tu comprends c’que j’dis pas vrai ? L’cas contraire, faut avouer qu’tu Nous est d’aucune utilité. Et j’pense pas qu’Nos amis d’Therios souhaitent surcharger leurs cachots… L’cimetière s’rait plus adapté pas vrai ? »

Beran approuva d’un hochement de tête.

« On est d’accord. On t’laisse cinq p’tites minutes pour t’mettre à table, autr’ment y s'f'rons un plaisir d’te disséquer vivant. Et crois Nous, les buch’rons sont pas connus pour leur infinie précision hin hin. »

En second plan, dans le couloir menant au cachot, l’un des chasseurs lustrait avec attention la lame de son couteau.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Mar 6 Mar 2012 - 3:12

**Prison de Therios. Quatrième jour. Matin.**

Le prisonnier phénicien fini par se mettre à table. Il n'était qu'un simple éclaireur, pas même un marin et encore moins un soldat. Il exposa à Arlequin les plan de son maître :

- Depuis plusieurs lune, dans notre patrie, notre chef prévoyait de conquérir cette partie de la Grèce. Il se disait que les côtes étaient moins bien défendu que du côté de Athènes ou du Péloponnèse. Nous avons donc prit la mer avec pléthore d'hommes et de navires afin de conquérir ces terres. Nous savions que le bois et le marbre abondés dans cette région, l'appât de ce gain était trop fort pour être ignoré...

Le prisonnier s'arrêta un moment avant de continuer :

- Maintenant que nous avons un pied à terre ici, notre chef va constituer plusieurs groupes afin de vous vaincre. Il ne va pas envoyer toutes nos forces d'un seul coup. Non. Il va tenter d'économiser nos jusqu'à l'arrivée de renforts. Nous avons envoyé un message à Tyr, et d'ici une bonnes poignées de journées, si nous sommes encore maître de Igoumenitsa, bien d'autres troupes viendront déferlé sur vos terres !

**Forêt de Therios. Quatrième jour. Matin.**

La prêtresse avait confiée à l'une de ses servantes la tâche de conduire Gotchi dans l'un des lieux où pourrait se trouver la dryade. Mais la chose ne serait pas aisé si ils la rencontraient. La servante se demandait ce qu'un spectre pourrait vouloir à une dryade ?

Après quelques heures de marche entre les arbres, ils arrivèrent devant un impressionnant chêne. La servante de Artémis se mit à genou devant le tronc et commença à psalmodier quelques incantations. Après quelques instants, une ouverture apparut dans le chêne, la servante se leva et venait se mettre aux côtés du spectre. Et là, un éclair aveugla Gotchi et son accompagnatrice et quand ils recouvrèrent la vue, ils purent apercevoir devant eux une femme magnifique, d'un teint aussi vert que les feuilles des arbres qui les entouraient et ayant pour seuls vêtements, si on pouvait appeler cela ainsi, des écorces d'arbres recouvrant les parties sensibles de son anatomie. La dryade s'avança vers le spectre et dit :


- Que me veux-tu vil serviteur de Hadès ?

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Mar 6 Mar 2012 - 14:32

Le Bouffon resta de marbre face aux déclaration du phénicien. D'un geste de main, il fit signe au bucheron de sortir sa lame et de pénétrer dans la geôle. L'Arlequin s'approcha à nouveau du prisonnier.

"T'es un type sencé. Malheureus'ment, c'pas avec ces conn'ries qu'tu va nous avoir.
Dis Nous combien d'hommes sont actuell'ment à Igouchose, combien vont encore s'ram'ner et d'ici combien d'jours. Dis Nous aussi sur quel flanc ton Chef compte attaquer.
Après quoi, ta vie s'ras p't'être épargnée."


Visiblement, l'infiltré n'avait pas cru bon d'écouter les propositions du Parieur : le port restait actif, les bâteaux allaient et venaient, faisant grossir de jours en jours l'Armée des Phéniciens. Peut-être même que les troupes d'Eraste ne seraient plus suffisantes à présent, peut-être était-il trop tard.
Une idée nacquit toutefois dans l'esprit du Bouffon... Une stratégie osée, un quitte ou double.
Après tout, peut-être que garder en vie cet éclaireur permettrait de retourner cette intrusion à l'avantage de Therios. Ou l'art de la désinformation.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Mer 7 Mar 2012 - 0:04



Gotchi avait finalement été conduit devant la dryade, la créature apparut à lui, presque nue. Elle semblait hostile à la venue du spectre, et son timbre de voix ne faisait que confirmer cela ;

- Que me veux-tu vil serviteur de Hadès ?

Gotchi ne savait quoi répondre, il avait peur de gâcher tout le chemin déjà parcouru, et l'appui de la dryade était essentiel pour la suite du plan.

-Bonjour noble dryade, me voici Gotchi spectre de l'Eridan, de l'étoile terrestre de la Rupture.

Gotchi fit alors quelque chose qu'il n'avait presque jamais fait, il enleva volontairement son surplis, en guise de respect pour la dryade, la nature et la forêt qui l'entouraient.

-Je m'agenouille devant vous en guise de respect. Vous pouvez voir aucune trace d'hostilité sur moi, je ne suis donc pas la pour me battre avec vous. J’ai une requête à vous demander? Une menace grandit, et sachez que votre forêt est en danger. Je vous en prie acceptez d'entendre ce que j'ai à vous dire.

Gotchi avait fait tout ce qui lui semblait pour mériter le respect de la Dryade, il espérait ainsi pouvoir prolonger la discussion. En serait t‘il de même pour elle?


gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Sam 10 Mar 2012 - 23:41

Après mon retour au village, et pendant une bonne partie de la nuit, je soignai mes blessures avec les moyens du bord. Mais rien ne vaut un bon sommeil dans un bon lit après un combat !

Au levé du soleil, j’allai à la rencontre du bouffon qui se dirigea vers les cachots. La séance d’interrogation allait bientôt commencé. Le prisonnier qu’avaient chopé les villageois allait être passé à tabac.

Entrant dans le bâtiment, puis m’appuyant sur la porte d’entré, je tendis l’oreille pour écouter attentivement l’interrogé …


jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Dim 11 Mar 2012 - 9:17

**Forêt de Therios. Quatrième jour. Mi-journée.**

Le spectre avait enlevé la totalité de l'armure qu'il portait sur ses épaules et faisait montre de respect envers moi. Il me parla d'une menace sans pour autant en dire d'avantage. Je voulais qu'il parle afin de savoir ce que lui-même savait.


- Je t'écoute spectre. Qu'as-tu à me dire ?

**Village de Therios. Quatrième jour. Mi-journée.**

Jules s'en revient au village de Thérios. Là bas, les hommes avaient bien bougé durant la nuit. Les chasseurs avaient prit les devant et tenté de faire du zèle dans leur préparation, le chef avait supervisé le tout d'un oeil parfois maladroit, et les femmes avaient usés de tous leurs charmes pour donner à leurs époux une nuit digne des plus grandes histoires circulant sur Babylone, sa démesure et sa luxure.

Tous étaient requinqués après ces dernières journées pour le peu éreintantes et étaient maintenant prêt à guerroyer contre ces phéniciens qui voulaient les envahir.

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Dim 11 Mar 2012 - 20:14

**Forêt de Therios. Quatrième jour. Mi-journée.**

La dryade avait accepté d'écouter Gotchi, ce dernier sachant que le temps commençait à manquer. Tout en gardant le respect qu'il devait à la créature, il se mit à lui expliquer tout ce qui se passait

-" Voilà ce que je sais, Ô Dryade. Une armée de pirates phéniciens a envahi le Port de Igoumenitsa il y a de cela quelque jours. Nous savons que ces pirates ont l'intention d'étendre leur invasion jusque Thérios et Petros. Selon nous, ils en auraient après le marbre et le granit de Petros mais surtout, et c'est probablement ce point qui vous intéressera, le bois de cette forêt est aussi une de leur cible."

Gotchi se décida alors à expliquer le plan proposé par le bouffon ;
-"Sur la route, l'un de mes amis a concocté un plan empêchant les phéniciens d'arriver jusqu'à Thérios. Le but étant de les coincé dans cette forêt. Ceux-ci seront alors a la portée des chasseurs de Thérios que nous avons convaincu de combattre à nos côtés. Nous pensions demander votre aide, même si ces chasseurs sont déterminés, ils n'ont pas le même impact que vous pourriez apporter lors de cette bataille. Avec votre aide et celle des chasseurs, les pirates ne pourront avancer, et battre en retraite ne leur serait pas profitable, en effet une armée d'Hadès arrivera d'ici peu et empêchera tout ennemis de fuir..."

Gotchi s'arrêta quelques secondes, puis s'adressa d'une manière franche à la dryade ;

-"Sachez que dans cette bataille, probablement que cette forêt sera abimée, certains arbres ne survivront pas, mais si les phéniciens arrivaient à avoir le contrôle de Thérios, alors on assistera à une déforestation complète, ce qui serait un désastre. Votre connaissance de la forêt et votre magie seraient des atouts idéaux pour empêcher cette catastrophe!"

Gotchi resta agenouiller devant la Dryade, il lui avait parlé tout en restant franc. Il espérait avoir convaincu la Dryade, mais là encore il ne savait pas ce que pensait cette créature...

gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Dim 11 Mar 2012 - 21:12

Nikiolas a écrit:Je te donne les grandes lignes et tu le fais toi même dans ton RP parce que j'ai pas le temps pour les détails là, le fiston me bouffe tout mon temps ce dimanche lol

Donc il parle jamais, il résiste à la torture mais quand il perd un membre, il révèle des informations. Seront-elles juste, seront-elles fausse ? Là on le saura que plus tard.

[HRP : Il s'agit d'une partie du mp que vacha m'a envoyé pour pouvoir continuer le RP. N'ayant décrit nul part qu'Arlequin torturait le phénicien, je me base simplement sur le fait que celui ci demeure muet.]

-----------------------------------------------

**Geôles de Therios. Quatrième jour. Matin.**

Face au silence du prisonnier, le Bouffon resta perplexe. Deux choix s'offraient à eux à présent : tenter d'en savoir plus sur les troupes présentes au Port ou bien utiliser la niaiserie de cet éclaireur à leur avantage. Nul doute que la majorité des mortel aurait commandé que dans la seconde, le prisonnier soit écartelé pour tirer de lui quelques informations...Cependant, l'Arlequin souhaitait faire fructifier de manière plus importante son jouet du moment. A dire vrai, il ne voyait pas l'intérêt d'obtenir des informations sur l'Armée Phénicienne compte tenu de l'infiltré qui avait été envoyé dans ce but. Non. Il fallait être plus malin, plus vicieux.
En restant de marbre, il fut signe au bucheron de masquer d'un bout de tissu la vue du guetteur phénicien. Ceci fait, il se retira en dehors de la cellule aux côtés de Beran. Le regard coquin, il lui griffonna quelques instructions sur un bout de parchemin.

On va les bluffer, les effrayer.
Dis à tes hommes de se réunir en nombre sur la place, une bonne vingtaine histoire de faire un sacré boucan.
D'ici quelques minutes, On relâchera le phénicien.
Ses yeux seront bandés.
Il faudra faire en sorte qu'il puisse entendre ta troupe de chasseur chanter tel des soldats d'Armée. Ressortez les chants de guerres de vos légendes. Fais en sorte qu'ils aient la voix de milles hommes.
Arrivé à l'orée de la fôret, tu t'assureras qu'on administre à ce chien d'éclaireur une dose du poison que vous utilisez pour vos flèches. Une dose suffisante pour le laisser vivre une journée, le temps de rejoindre le port, puis finalement crever quelques heures plus tard, décomposé.
De la sorte, il aura le temps de faire son rapport sur sa capture et une estimation par le son du nombre de nos hommes.
Nous retarderons ainsi leur attaque.


A peine sa plume eut-il finit de danser sur le papier que le bariolé retourna dans la geôle. Il adressa un sourire au bucheron, tripotant avec envie sa machette.


"Muet comme une huitre c'comme ça qu'on dit pas vrai? Ma foi t'façon, l'type qui t'as précédé avait d'jà tout dit. C'ci dit, il a pas résisté bien longtemps hin hin ! Y'a d'sa une heure, on l'a r'trouvé crevé. Silence. T'es du genre chanceux faut l'avouer. C'pas dans Nos habitudes d'buter des p'tits gars en ces lieux. En moins d'deux, ça a tendance à chlinguer d'une force...mais d'une force !... Alors v'là c'qu'on va faire : On va t'laisser r'trouver ton p'tit foyer. C'pendant...Mhhhhh...On va t'laisser un p'tit souv'nir d'ton passage dans les mains d'Son Armée."

D'un claquement de doigts, le Fou fit signe au bucheron de sortir son arme. Il s'approcha de lui et lui lança :

"Tu t'sens d'avoir une âme d'artiste? T'vois mes p'tits Dés chéris? Bah t'as qu'à essayer d'y r'copier sur son front. Pas d'pinceau pour toi mon grand, ton seul outil s'ra ta jolie p'tite lame ! C't'un joli défi pas vrai? J'suis certain qu'on app'll'ra bientôt ça d'l'Art Nouveau dans tout l'Epire !"

Le Bouffon laissa échapper un rire amusé. Ce même rire qui fit rapidement place aux hurlements de douleur du prisonnier.
Après plusieurs longues minutes, le bucheron ressorti l'air satisfait. L'Arlequin fit alors sortir sous bonne escorte le phénicien toujours aveuglé. D'ici une heure, il serait liberé et lutterait pour retourner auprès de ses maitres. C'est ainsi que fonctionnent les chiens.
Une fois arrivé au port, nul ne pourrait à présenter ignorer le sort réservé aux envahisseurs.

De son côté, l'Arlequin regagna le Quartier Général.



Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Dim 18 Mar 2012 - 19:06

**Quartier Général de Therios. Quatrième jour. Midi.**

La matinée s'avéra plus paisible que l'Arlequin ne l'avait imaginé. Bien loin de s'inquiéter, les chasseurs de Therios semblaient prendre toute la mesure de ce qu'ils avaient accompli. La confiance naissait en eux, de même que la rigueur qu'un tel dispositif imposait. Rassurés de savoir leur famille en sécurité, cette centaine d'archers de fortune s'avérait totalement tournée vers la grande bataille qui les attendait.

De son côté, c'est confortablement blotti dans son fauteuil que le Bouffon lisait, heures après heures, les rapports des guetteurs. Certains s'accordaient la fantaisie d'esquisser les environs tandis que d'autres se contentaient de quelques lettres. "Rien à signaler".
Depuis la capture du premier groupe d'éclaireur phéniciens, le bariolé s'était inquiété d'infiltration antérieures. Néanmoins, le stoïcisme qui paraissait régner à Igounmenitsa tendait à conjurer ses mauvais pressentiments.
Midi sonnait, mettant une trêve aux interminables disputes entre Sylphe et Beran. Sans se faire désirer, les deux gaillards s'en allèrent se requinquer avec quelques uns de leurs soldats restés au village. Nul doutes que l'alcool et la nourritures pleuvraient dans la taverne du petit bourg. Pour sa part, l'Arlequin restait au Quartier Général, visiblement occupé à faire galoper Ses Dés sur les plans de la région. Soudain, un des jeunes coursier pénétra en trombe dans la pièce.


[Messager]
"Monsieur l'Arlequin euh...! Un rap...port du poste de garde Sud Ouest !.... Les vieux m'ont dit que c'était imp..portant !"


Essoufflé et suintant de sueur, le jeune homme tendit le bout de parchemin à son destinataire. Sans attendre, le Bouffon le déplia et lu à haute voix :

"Ici l'poste d'garde Sud Ouest pour l'Quartier Général d'Therios.
Aube du quatrième jour.
On a vu passer un p'tit gars en prov'nance du Sud-Est, p't'être bien d'Igounmenitsa. Y portait des armes comme les trois gars qu'on a attrapé la veille. Y s'est faufilé dans la fôret tôt c'matin pi y a passé plusieurs heures à farfouiller pour y trouver d'quoi manger.
Conformément à vos ordres, on est resté cachés. Quand vous lirait ça, y d'vrait pas avoir tardé à trouver l'village.
Fin du rapport.
Humpf..."


Il replia soigneusement le parchemin puis le déposa auprès des missives précédentes. Le messager resta planté. Un silence de plomb s'installa. Le Fou se mit à faire les cents pas en tripotant ses Dés.

"Emmerdant ça... Pour sûr qu'y doit pas s'en tiré vivant... Ou bien p't'être qu'y d'vrait être intérrogé?... Qu'y s'rait plus bavard qu'l'autre fiote... On peut pas s'permettre d'agir d'manière imprécise...On va d'voir s'en occuper...Pfff..."

Subitement, le Bouffon pointa du doigt le jeune homme sans le quitter des yeux.

"Poste d'guet Sud-Est hein? Va prév'nir Sylphe et Beran qu'On s'bouge là bas. Qu'l'un d'eux s'charge d't'nir l'QG. Ensuite, qu'y m'envoient dans la minute une dizaine d'chasseurs discrets dans l'cas où y faudrait activer les pièges d'la zone. C'pendant, y agiront qu'sous Notre command'ment. C'touriste doit pas s'pointer au village et surtout, doit pas en r'ssortir sans être passé entre Nos mains..... Du vent !"

Le coursier s'éclipsa en trombe.
L'Arlequin ne tarda pas à prendre sa suite, visiblement grincheux à l'idée de devoir une nouvelle fois gambader dans cette forêt.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Jeu 22 Mar 2012 - 12:14

**Forêt de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.**

Un hurlement de loup brisa la rumeur des branches dansantes.
La nuit s’apprêtait à tomber sur Therios et sa forêt. Parti peu après le déjeuner du village, l’Arlequin avait passé son après-midi à marcher dans la forêt, en quête de ce mystérieux invité phénicien. Rejoint par la troupe d’archers qu’il avait fait demander à Sylphe et Beran, il eut tout le loisir de leur donner des instructions précises quant à la marche à suivre.
« Ne pas effrayer la proie… La laisser se persuader que sa vie n’est pas menacée. S’instruire d’elle et en faire un nouveau pion à exploiter.»
Le Bouffon savait combien il était primordial que cet éclaireur ne pénètre pas dans l’enceinte de Therios… Ou du moins qu’il n’en ressorte pas vivant. Sans quoi, son stratagème avec le précédent éclaireur, probablement mort devant ses chefs à Igoumenitsa, n’aurait pas pu prendre toute son ampleur.

La lune fit son apparition, sous les rayons orangés d’un soleil déclinant.
L’un des chasseurs murmura alors à l’adresse du bariolé :


[Chasseur]
« A dix heure….Un peu de fumée…. C’est notre homme… »


La fraicheur de la nuit faisant, l’éclaireur phénicien avait dû trouver bon de faire un feu, probablement dépité à l’idée de s’être perdu dans cette immense forêt. Son inexpérience en matière d’infiltration ne faisait aucun doute seulement… Peut-être n’était-ce pas en éclaireur. Une hypothèse germa dans le crâne de l’Arlequin : se pouvait-il qu’en chef avisé, le Chef des envahisseurs eut décidé de substituer ses guetteurs par des soldats de formation ? L’idée était ingénieuse.
D’un geste de main, le Bouffon fit signe aux chasseurs de s’arrêter. Il leur indiqua de se positionner en retrait puis de s’en tenir aux instructions.
Enfin, alors qu’un sourire éclairait son visage maquillé, le Parieur Fou s’exclama tout en s’avançant vers le foyer fumant :


« AHHHHHHH ! Du feu ! Au feuuuuuu ! AAHHHHHHHH ! Y va brûler la forêt ! AHHHHHHHH ! »

D’un coup de pied, il renversa la marmite remplie d’une mixture étrange sur les flammes dansantes. Feignant d’être rassuré, il soupira longuement. Il mima ensuite un sursaut de surprise en découvrant l’homme assis à proximité, les yeux rivé sur l’étrange personnage qui venait de saccager son diner.
Un silence suivi.
Le phénicien était effectivement plus aguerris que les précédents éclaireurs. Lame à la ceinture, armure au torse, son physique ne faisait aucun doute quant à sa fonction au sein de l’armée adverse. La mâchoire serrée, le guerrier se releva puis, sans quitter des yeux le trouble fait, tira son épée de son fourreau.


« C’qu’il a pas froid aux yeux l’gros m’sieur ! », railla le Fou.

Il fallait néanmoins être sur ses gardes. Celui-ci ne serait pas aussi faible que les bandits précédemment rencontrés. Ses gestes étaient maitrisés, son souffle régulé. Cet homme savait combattre, cet homme savait tuer. La qualité de sa lame traduisait son expérience : parfaitement lustrée et aiguisée, brillant à la lueur de la Lune : le fer appelait au sang, au sang d’un pauvre Bouffon perdu en forêt. Le bluff opérait.
D’un mouvement vif, le phénicien fit un pas en avant puis, tel un éclair, abattit sa lame sur l’Arlequin. Ce dernier esquiva en pivotant avec fluidité.
La maitrise de cet homme était quasi parfaite, digne des bretteurs de l’Armée d’Hadès. A présent dans le dos du guerrier, le Parieur de Vie lâcha sur le ton amusé qu’on lui connaissait :


« Loupé. Il serra alors ses Dés dans son poing, prêt à combattre. Y sembl’rait qu’on soit sur l’point d’jouer nos Vies en plein cœur d’cette forêt par vrai ? Alors dis-moi…Tu l’sens toi aussi, c’frisson qui r’monte ton échine ? Hin Hin… C’te nuit s’ra des plus distrayante. »

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Lun 26 Mar 2012 - 0:06

***Forêt de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.***

Alors que l'astre solaire faisait luire ses dernières flammes, les combats continuaient que ce soit à Thérios ou ses environs. L'Arlequin joutait face à un homme d'élite de l'armée phénicienne. Il était de ces éclaireurs que ces guerriers-marchands envoyaient quand une contrée les intéressés d'avantage que d'autres. La première vague d’éclaireurs était souvent composée de simples soldats capable de se repérer en terres étrangères, alors que derrière suivait des hommes formés à faire face à n'importe quelle éventualité. Ces guerriers savaient autant se battre que se repérer dans les moindres méandres d'une forêt, d'un désert ou d'une plaine hostile. Arlequin devait faire face à l'un de ces hommes qui avait semble t-il passé les pièges tendus par les habitants de Thérios mais était également resté invisible aux archers postés ci et là dans la forêt.

*****

Alors que le village était agité, Lord Nergal, du fond de sa cellule, entendait une voix résonner dans sa tête :


- Ils te mentent ... ils vont te tuer ... ils ne te livreront pas à la justice des oracles ... ils vont te tuer avant ton retour au Nekyomantéion ...

Le spectre ne savait pas d'où venait cette voix. La faim, la fatigue et le remord le tiraillaient de toute part. Les heures passaient et la voix raisonnait de plus en plus fort. Au bout d'un moment, plus rien d'autre n'avait d'importance. Le spectre se leva, s'arracha de rage de sa cellule, se débarrassait sans mal de ses gardes et sortait dans la prison. Il se trouva nez à nez avec Jules et engagea aussitôt le combat. L'ennui était que Lord Nergal ne semblait plus lui même. Comme si son regard n'était plus celui du spectre du Rat de l'Étoile Terrestre du Rongement ...

*****

La dryade torturait l'esprit de Gotchi sans relâche. Le spectre était perdu dans une illusion dont elle avait le secret. Lui seul pouvait trouver la façon de sortir de cette illusion, mais encore faudrait-il qu'il sache dans quelle situation il se trouvait...

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:45


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum