Débarquement phénicien

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Lun 26 Mar 2012 - 21:26

**Forêt de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.**


La pâle lueur de la lune vint caresser le visage des deux protagonistes. D’un côté, l’homme massif et concentré, tenant avec fermeté son arme, prêt à frapper. De l’autre, le bariolé, aux airs faussement distrait et au regard amusé. Sans esquisser le moindre geste, ils s’observaient, silencieux. Une brise vint secouer les feuillages environnants.

« T’parl’ras pas hein ? T’es un dur. T’pas une d’ces fiotes qu’on a pendu par les couilles en attendant qu’elles s’décrochent. Soit… »

L’Arlequin baissa légèrement la tête. C’est alors que le soldat, saisissant une ouverture, bondit sur son vis-à-vis et abattis son arme. Mais nulle plaie ne fut ouverte. Seul le rire mécanique du Parieur Fou se fit entendre quelques mètres plus loin. Plusieurs bruits de cordes, celles des archers postés en hauteur, filèrent à travers le crépuscule.

« T’as pas l’air d’bien comprendre à qui t’as à faire…Et y sembl’rait qu’tu sois pas l’seul…Hin hin… Il commença à déployer son cosmos, libérant un air lourd, étouffant.…M’en vais vous montrer…Hé hé… »

A la manière d’un danseur ibérique, l’Arlequin fonça vers le phénicien, enchainant pas rapides et feintes de corps. L’objectif n’était pas de le blesser… Non. En bon tacticien, le Bouffon se contentait d’analyser les réflexes et capacités de cet homme devenu proie. Se sachant observé par ses chasseurs, nul doute que la bariolé souhaitait faire de sa futur victime un exemple de la puissance qu’un Spectre pouvait déployer. Ou comment gonfler le moral de ses troupes avant la bataille décisive qui les attendait.
De son côté, le guerrier tâchait de conservait son calme, tentant par moments quelques percés, sans succès. Après une minute d’échanges intensifs, le tumulte cessa. Une perle de sueur vint dégringoler sur la tempe du phénicien. De son côté, le Bouffon demeurait serein.
Soudain, son expression changea.
Le sourire illuminant son visage s’éclipsa, seul un regard impitoyable rythmait les lignes de sa face. D’un geste de bras, il envoya une faible vague d’énergie vers sa proie. Là encore, le but n’était pas de blesser, mais de jauger l’adversaire. L’attaque frappa de plein fouet le phénicien. Son armure, bien qu’elle ait l’air de bonne facture, s’émietta partiellement. La subite excitation fit place à la déception.


« Pauvre inconscient… Faible techniqu’ment et intellectu’llement. Dire qu’y faille m’salir les mains pour débarrasser c’te forêt d’une râclure d’ta trempe. »

L’envahisseur serra les dents. Bien que ces propos aient pu avoir l’air d’une simple provocation, l’assurance du Fou pouvait laisser penser le contraire. Le phénicien adopta une position plus offensive, prêt à charger. Toutefois, avant qu’il n’ait le temps d’esquisser le moindre mouvement, le cosmos du Bouffon s’enflamma. Les branches des arbres environnants absorbèrent la légère onde de choc dans un fracas mélodieux. Le Parieur plia légèrement les genou…

«… L’est temps d’en finir… »

…Dans un son de clochette cristallin, l’Arlequin fondit sur sa proie. Arrivé à quelques centimètres de lui, il posa une main sur le visage du guerrier pétrifié de stupeur puis expulsa une lourde vague d’énergie. Le corps du soldat fut projeté plusieurs mètres plus loin, laissant derrière lui un fin filet de sang.
Bien qu’il tenta de se relever, le Bouffon ne lui laissa aucun répit. Avec la même vitesse qu’auparavant, il se rua sur le corps convulsé de sa victime et le saisit à nouveau au visage. Le phénicien était méconnaissable. Son épiderme avait été grièvement brûlé à différents endroits et sa mâchoire partiellement brisée. Il tenta toutefois d’articuler quelques mots.


[Eudoxe]
« …T…Tort…..T….es….F…Fort….M…mon nom…. P…our….Re…pos….. Eud…. »


« J’me fiche d’ton nom, coupa t'il d’un ton ferme, Les blasphémateurs d’ton espèce n’ont pas l’droit à une mort digne. Tu pourriras empalé à l’entrée d’cte forêt, d’sorte à c’qu’tes chiens d’frères aient un idée d’c’qui les attend.

Une nouvelle vague cosmique vint définitivement ôter la vie du dénommé Eudoxe, ne laissant derrière lui qu’une épaisse marre de sang.
Le Fou fit signe de sa main non souillée aux archers de quitter leur perchoirs.


« Embrochez moi c’sac à m.erde au bout d’son épée et emm’nez le à l’orée d’la forêt. Ensuite, r’trouvez Nous au Quartier Général. L’arrivé d’soldats d’la sorte n’indique rien d’bon. L’heure d’la Bataille finale approche. »

Sans ne rien ajouter, le Parieur de Vie tourna les talons et prit la direction de Therios. Il ne cessa alors de manipuler Ses Dés. Cette exécution n’était qu’un avant-goût d’un défi bien plus complexe.




[HRP : J'ai du contourner la censure. Ah ah ah. crotte de bique ---> m.erde.]

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Mer 28 Mar 2012 - 19:57

Lord Nergal venait d'attaquer Jules, le spectre du Rat était comme possédé, ces yeux était d'un noir profond, sa peau était d'un teint pale, pale comme la mort, de la bave sortait de la bouche du spectre. Il tenait debout mais sa démarche était comme inhumaine.


Tu veux ma mort spectre, sache que je ne te laisserai pas faire...


Le spectre du rat se rua sur jules et le frappa avec violence.

Meurt Jules...

Au debut du combat, le spectre du rat avait l'avantage, mais Jules était tres rapide et commença a esquivé les attaques du possédé.

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Mer 28 Mar 2012 - 22:07

Je ne savais pas quoi faire. L’ennuie me prenais petit à petit. J’avais beau donner des conseils, ou simplement parler aux villageois, cela ne suffisait pas à combler cette sensation. Cependant, une douce pensée se logea dans ma tête, la plus belle qui soit ... Waltraute.

* Oulala que m’arrive t-il !!! Depuis notre dernière rencontre elle m’a … *


Tu veux ma mort spectre, sache que je ne te laisserai pas faire...


- Hein ! LordNergal ? Que t’arrives t-il ?


Le jeune traitre venait encore de se rebeller. Moi qui pensai qu’il avait compris … En quelques secondes, ce fou se jeta sur moi et me frappai de toute sa folie. Mais cette folie l’aveuglai à tel poing qu’il le rendait lent.
Malgré, sa plus grande expérience, je ne faisais pas minable à coter. Au contraire, je résistai plutôt bien. Ce combat s’annonçai très serré, et il m’avait ôté l’ennuie, le rêve !

jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Jeu 29 Mar 2012 - 12:52

Soudain un cri d'effroi sorti de la bouche du spectre du rat


Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Ce cri était surhumain et en même temps un courant d'air d'une grande puissance projeta Jules sur le sol.

Le spectre possédé se rua alors sur Jules et commença a lui donner des coup de poing avec folie. Jules avait perdu, il ne pouvait plus rien faire face au spectre du rat maintenant.


prend ça et ça.... tu voulais ma mort hein... tien prend encore ça....


Lord Nergal continua a frapper le malheureux Jules. Le lyriste n'était plus du tout lui même.

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Jeu 29 Mar 2012 - 14:48

**Place de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.**


A peine arrivé sur la place du bourg, le Bouffon fut prit de stuppeur en voyant une trentaine d'archers postés autour de l'entrée des cachots, prêts à tirer. Autour d'eux, plusieurs chasseurs allaient et venaient entre la taverne et le quartier Général.
L'Arlequin fut alors alpagué par Beran, visiblement inquiet.


[Beran]
"Arlequin, vous êtes là ! Uns de nos prisonnier est sur le point de s'évader, le traître que vous avez fait enfermé. Un Spectre est entré il y a quelques minutes à l'intérieur mais depuis, plus rien... Nous attendons vos ordres."


Au même moment, Sylphe sorti en trombe du Quartier Général, claquant avec force la porte derrière lui. Armé d'une immense hache, il hurla à l'adresse de ses chasseurs :

[Sylphe]
"Si vous le voyez sortir, tirez le comment un lapin ! Je veux pas qu'on ait de blessé à cause d'un prisonnier déglingué !"


Le bariolé soupira.
C'était ainsi, le Renégat Lord Nergal décidait à nouveau de s'opposer aux desseins d'Hadès. Visiblement la sanction à venir ne lui avait pas suffit. De sa main encore immaculée, l'Arlequin saisit Ses Dés puis les approcha de son oreilles. Quelques secondes plus tard, il secoua la tête.


"....Qu'penser d'tout c'ci....Simple folie ou bien stupidité aiguë?... Fatiguant...Si fatiguant..."

A cet instant, la dizaine d'archers envoyés quelques minutes plus tôt pour embrocher le défunt phénicien émergèrent de la forêt. D'un signe de tête, ils confirmèrent au Bouffon que la besogne avait été effectuée avec succès. Il décocha un sourire malicieux.

"Beran, dit-il en fixant le chef des chasseurs, Nous t'chargeons d'séparer les troupes d'chasseurs en deux. L'une s'ra sous ton command'ment, l'autre sous c'lui d'Sylphe. T'nez vous prêt avec vos groupes, l'attaque des enn'mis d'vrait pas tarder. Pour l'reste... La voix du Bouffon s'assombrit, teinté d'un brin de plaisir. J'en fais mon affaire...Hin hin..."

De sa démarche chaloupée, le Parieur de Vie s'avança vers la ligne d'archers. Il resta toutefois en retrait, patientant avant l'arrivée de Sa proie.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Jeu 29 Mar 2012 - 17:45

***Cachot de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.***

Un des prisonniers, tout en regardant le combat, murmura :

- Encore quelques instants ...

***Place de Therios. Quatrième jour. Crépuscule.***

La tension se faisait sentir devant la porte menant aux cachots. Les archers avaient les mains qui tremblaient à force de tendre leurs arcs, les haches étaient prêtes à voler dans les mains des chasseurs et les "têtes pensantes" de la cité ne savaient pas encore quoi faire exactement si le spectre renégat sortait de là. Seul Sylphe était persuadé que sa mort serait la meilleure des solutions.

L'attente était insoutenable pour les pauvres habitants de Thérios. Lord Nergal allait-il remporter la victoire sur Jules ? Et si le renégat parvenait à vaincre son frère d'arme, allait-il sortir ? Son destin était maintenant entre ses mains. Soit il sortait et se transformait presque aussitôt en passoire, soit il choisissait de rester dans la bâtisse et opter pour la négociation. Sa vie lui appartenait maintenant, mais elle ne tenait qu'à un fil ...


***Quelque part dans l'esprit de Gotchi***

Alors que Gotchi était en plein combat, la dryade se délectait de la vision qu'elle avait envoyé au spectre. Il n'avait pas trouvé la solution pour remporter ce combat rapidement. Mais avait-il réfléchi à cela ? Il se trouvait face à un ophidien, qu'elle pourrait être la méthode pour en venir à bout ?

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Jeu 29 Mar 2012 - 19:20

**Place de Therios. Quatrième jour. Nuit.**


Les minutes passaient.
La nuit enveloppait désormais Therios et sa forêt. La vision des archers en serait altérée, c’était évident. Néanmoins, la plus grande inquiétude du Bouffon ne se situait pas à l’intérieur des cachots, mais au fait que la maigre armée du village n’était pas préparée à un assaut Phénicien. L’Arlequin devait toutefois se résoudre à prendre un risque, une chose qu’il redoutait par-dessus tout.

Il s’approcha de Sylphe, toujours aussi empreint à en découdre avec la chose qui sortirait des cachots.


« J’prends les choses en main, dit-il sans cacher son gant enduit de sang encore frais, Va r’joindre Beran avec ta troupe. Soyez prêt à combattre à n’importe quelle heure du jour ou d’la nuit. Laisse-moi juste une dizaine d’archer ici histoire d’calmer l’excité qui s’planque dans les cachots. »

Sans s’attarder plus longtemps, le Fou indiqua aux chasseurs d’abaisser leurs arcs. Certains lâchèrent un soupir, profitant du peu de répit qui leur était accordé. L’Arlequin ferma alors les yeux… Il n’aimait guère enflammer son cosmos, préférant afficher son apparence chétive et délurée, une sorte de bluff permanant diraient certains. Néanmoins, dans le cas précis, il ne pouvait y échapper. Il devait savoir qui, de Lord Nergal ou de ce Spectre, était encore conscient.
Une aura déployant une sensation d’étrangeté et d’inconfort s’installa sur la place de Therios, plongeant les chasseurs et leur chefs dans le plus grand désarroi.


«…Mes chéris…Dites-moi donc qui s’cache dans c’trou à rat…Dites-moi donc qu’On d’vra pas à nouveau essuyer l’sang d’un chien d’nos doigts délicats… »

En laissant son cosmos exploser de la sorte, le Bouffon s’ouvrit alors à un nouveau champ perceptif. Il ressentait à présent l’aura des Spectres environnants. Deux à quelques mètres de là, vers les cachots, puis un autre près du temple, en proie avec lui-même. La mine de l’Arlequin s’assombrit. Jules, il semblait que ce soit lui, s’affaiblissant de secondes en secondes. Bien qu’il fut discret depuis le début de la mission, le perdre à quelques heures de la bataille s’avérait être ennuyeux aux yeux du Parieur. Son attention se reporta cependant bien rapidement vers le cosmos du Renégat. De fortes émotions, opposées, l’envahissaient.

«…Rage… Honte …R’pentance…Folie …Colère …Tristesse… »

Etait-ce possible ?
Le bariolé ignorait tout de ce qui se passait dans ce cachot. Il aurait très bien pu ordonner aux archers de tirer sur l’homme qui sortirait de là, mais ce n’était pas ce que Ses Dés lui avaient murmurés. Il venait de perdre un Spectre. Quel que soit le moyen, il faudrait pallier à ce manque. Utiliser la folie furieuse du Renégat était une des options à sa disposition, ne faisant que retarder son Jugement auprès des Oracles. Mais avant tout, ce qui retint l’Arlequin était cette énigme, ce mystère autour des sentiments qui traversaient le traitre. Que se passait-il réellement dans ces cachots ?
Guidé par sa curiosité, le Bouffon ne pouvait résister.

Il avança le pas serein vers la porte de la prison.


« Couvrez moi, mais n’tirez pas pour tuer. C’qui passe en d’sous, c’pas net. »

A nouveau, le Parieur de Vie fit flamber son cosmos, espérant amener cette âme égarée à s’éloigner de cette Mort qui désormais lui pendait au nez.
Bluffer pour préserver la Justice, tel était le souhait du bariolé.
Il n'y avait pas de temps à perdre.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Ven 30 Mar 2012 - 9:32

**forêt de Therios. Quatrième jour. Nuit.**

La discussion avec la Dryade commençait à s'éterniser, celle-ci soumettait l'esprit et le corps de Gotchi à de nombreuses épreuves, sans pour autant donner une réponse précise sur ses intentions. Le spectre commençait à s'impatienter, et ce n'est pas la dernière épreuve de la Dryade qui le faisait sourire. En effet, il devait affronter un Serpent...

Cette créature était inhabituellement grande par rapport à tout ce qu'il avait croisé auparavant, Gotchi pensait pouvoir profiter de la lenteur du reptile mas rien n'y fit. Malgré sa grande taille, il se déplaçait trop rapidement dans cette forêt, son élément. Le spectre essayait tant bien que mal de clouer le serpent avec sa lance, mais impossible. Il se trouvait dans une situation difficile, ajouté à cela la Dryade qui continuait ses tours de passe-passe. Le dernier en date était une illusion destiné à couper les sens de Gotchi...

La nuit faisait tout doucement son apparition, Gotchi était désormais privé de la vue, l'odorat, l'ouïe. Comment parvenir à attraper ce maudit reptile qui lui au contraire voyait ses sens s'affutés à l'apparition de la nuit. D'une mission de pourparlers, Gotchi se trouvait dans un duel face à une bête qui ne voulait que sa mort. Il eut une petite pensée pour l'Arlequin, qui l'avait envoyé négocier avec la Dryade...

*"Je le retiens celui-là, il verra quand je serais de retour!"*

Perdu dans ses pensées, le serpent vint planter ses crocs dans le mollet de Gotchi. Ceux-ci étaient induits d'un venin mortel après quelques heures. Le spectre ne devait plus trainer. Mais comment venir à bout de cet ophidien? Une idée peu importe laquelle mais il lui en fallait une! Soudain, Gotchi se mit en position de méditation, il relâcha son esprit, se décontracta le plus possible: de chasseur, il devint une proie résignée. Là était l'idée, feindre au reptile qu'il en avait marre de jouer, et qu'il pourrait se délecter de sa chair. Un pari risqué, mais s'il réussissait il en aurait fini de cette mission.

Le reptile s'approcha de sa cible, Gotchi pouvait sentir sous sa peau les déplacements d'air que produisaient le serpent. Soudain, il sentit sa peau se frémir au contact des écailles du prédateur. Le voilà, il commençait à s'enrouler autour du spectre. Le plan avait fonctionné, maintenant une longue lutte allait s'engager...
Le spectre saisit par le "cou" celui qui en voulait à sa vie, il était enroulé autour de sa jambe. S'il avait attendu plus longtemps, il n'aurait pu rien faire. En effet, une fois que le serpent écrase les cotes et le diaphragme de sa proie, aucune chance d'en réchapper. Peu importe la force de l'homme, l'air se raréfie et la respiration est progressivement impossible, jusqu'à la suffocation. Mais ici, Gotchi avait eu les bons réflexes, et il était depuis quelques secondes dans un duel à mort avec le serpent. Ce dernier se débattait de plus en plus, sentant sa fin proche, il essaya de cracher son venin sur le visage du spectre. Heureusement sa tentative échoua, et bientôt il devra faire face à la grande faucheuse...

Gotchi était finalement venu à bout du reptile, cette dernière épreuve l'avait complètement épuisé. Ses jambes étaient engourdies, il peinait pour rester en appuie, son cerveau épuisé par toutes les illusions envoyées par la Dryade. Il en avait marre, ce qu'il voulait c'était rentrer et se soigner. Au diable la Dryade, les phéniciens mourront par la main des spectres et des villageois. Tant pis pour elle, si SA foret meurt. Telles étaient ses pensées mais il savait à qui il avait à faire, alors dans un ton des plus respectueux, il s'agenouilla et s'adressa à la Dryade ;

-"Excusez-moi, ma mission était de vous convaincre de venir en aide aux villageois pour protéger leur foret. . . Votre foret. Je n'ai plus le temps pour vos énigmes. Vous ne m'avez donné aucune réponse. Ce n'est pas grave! Au péril de ma vie, je protégerai la faune, la flore et les habitants de Thérios. Merci de m'avoir écouté. Je vous souhaite une bonne nuit, aussi courte soit-elle."

Gotchi repartit en direction de Thérios, le pas boitant, le visage affligé, le moral au plus bas. Quel déshonneur que d'échouer dans une mission. Et même si la Dryade n'avait donné aucune réponse, pour lui il n'avait pas convaincu...

gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Ven 30 Mar 2012 - 12:20

Jules était inconscient, il avait reçu trop de coup de poing sur la tête donné par le spectre du Rat. En dehors de la prison, des archers attendais Lord Nergal pour lui donné un coup fatal. l'Arlequin, lui avancer vers la porte d'entrée.
Quand soudain, Lord Nergal sortit, la possession lui avait donné une force surhumaine, il tenait Jules par la tête d'une seule main, il le tenait comme bouclier. Lord Nergal était en rage, il pouvait écraser la tête de Jules a n'importe quel moment.


VOUS....VOUS AVEZ VOULU MA MORT....COMMENT AVEZ VOUS PU.....

Lord Nergal était maintenant a quelques mètres de l'Arlequin.

Regarde....Spectre...tu a manigancer un plan avec Jules pour me détruire....mauvais idée.


Lord Nergal fut prit d'un fou rire

MOUHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA


L'attitude du Spectre du rat n'était pas celle qu'il avait l'habitude de paraître, lui qui était d'un calme et d'une dévotion sans égal envers le Seigneur des Enfers.

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Ven 30 Mar 2012 - 19:07

**Place de Therios. Quatrième jour. Nuit.**



L’Arlequin n’esquissa pas le moindre mouvement. Il restait figé, les yeux rivés vers le Renégat. La tension était palpable. Les archers bandèrent simultanément leurs arcs, prêts à perforer le corps de Jules, mettant ainsi fin à la menace que constituait pour eux Lord Nergal. Un vent léger vint balayer la place dans un sifflement inquiétant.
Le Bouffon esquissa un sourire.
L’aura de Gotchi s’était apaisait. Il en avait probablement fini. Peut-être parviendrait-il à s’attirer les grâces de la Dryade. Ainsi, d’un geste lent et maitrisé, il fit signe aux chasseurs d’abaisser leurs arcs.


« N’gaspillez pas vos flèches pour un tel minable, lâcha-t-il à l’adresse de ses troupes.

Malgré ça, le mystère perdurait. Comment était-il possible que ce traitre, complètement soumis quelques heures plus tôt, se dressait à présent comme le grain de sable pouvant mettre à mal la machine huilée qu’avait mis sur pied l’Arlequin ? Cette possibilité était à exclure, l’anomalie devait être corrigée.
Le bariolé observait avec attention les moindres détails du corps de Lord Nergal, cherchant à trouver la raison qui l’avait poussé à s’en prendre à Jules. D’ailleurs, peut-être que la situation était tout autre. Peut-être que Jules avait réellement souhaité s’en prendre à son ancien frère d’arme, pour le punir de sa rébellion. Toutes les hypothèses restaient plausibles. Le Jugement permettrait de mettre un terme à ces questions pour l’heure sans réponses.

De son côté, le renégat semblait sûr de lui. Il tenait fermement le crâne de Jules entre ces mains, comme un trophée lui assurant l’immunité. Quelle naïveté. L’Arlequin n’était pas le genre d’homme à accorder la moindre importance à des pions. Jules serait un sacrifice, la conséquence d’une folie inexpliqué. Ni plus ni moins. Il n’y avait pas de sentimentalisme à avoir. Il se trouvait là, probablement incapable de combattre durant les prochains jours. Quand bien même il serait secouru, il resterait superflu lors de la bataille, un poids mort pour ses compères. Le Parieur de Vies n’était pas un sauveur. Hadès seul déciderait de son avenir.


« J’te pensais idiot… Mais pas à c’point hin hin ! lâcha le Bouffon à l’adresse du traitre.

Ces yeux pétillaient d’envie. L’excitation du combat l’envahissait à nouveau. Il fit claquer ses Dés entre ses doigts, éprit d’un sourire dément.


« …Allons allons mes jolis… J’vous ai entendu… Oh qu’non… Non non… Y s’échapp’ra pas c’te fois…L’est temps d’lui faire passer l’envie d’défier Sa Majesté… »

C’est alors que l’Arlequin serra subitement son poing ganté encore ensanglanté. L’instant d’après, il s’était jeté sur le traitre, faisant fi de son bouclier humain. D’une vague cosmique, il expulsa le corps amoché de Jules, forçant Lord Nergal à se protéger de lui même. L’affrontement débutait. Il fallait faire vite.

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Lun 2 Avr 2012 - 19:08

Arlequin venait d'engager le combat. Le spectre était sur de lui. Lord Nergal toujours en état second se mit en garde.


Hahahahaha prend garde Arlequin. Toi qui a tout manigancé. Toi qui veux ma mort. je pourrai te donner du fils a retordre.



Le Lyriste concentra son énergie, et lança deux attaques d'une incroyable intensité, cependant l'Arlequin les esquiva sans aucun souci. Le spectre du rat avait déjà perdu beaucoup d'énergie face a Jules.

Lord Nergal regarda l'Arlequin avec un sourire en coin. Les yeux du spectre du rat devin encore plus noire que lors de son combat contre Jules, son teint déjà très pale l'était d'autant plus, de nouveau de la bave couler de sa bouche. un nouveau cri d'effroi surhumain sortit de la bouche du spectre.


HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII


En l'espace de quelques secondes Lord Nergal donna un coup surpuissant que Arlequin prit de plein fouet, son armure explosa littéralement.


Le combat n'était pas encore fini...










Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Mar 3 Avr 2012 - 10:56

***forêt de Therios. Quatrième jour. Nuit.***

Alors que le spectre s'en allait, un nuage de fumée vert apparut devant lui. Quand tout disparut, le surplis de l'Étoile Terrestre de la Clarté trônait devant Gotchi. La dryade marcha doucement en direction du spectre, passa devant lui et alla à la rencontre de son armure. Elle en fit le tour, caressant de sa main gauche le surplis tout en disant :

- Tu en auras mis du temps à me prouver ton désintéressement. Tu ne peux savoir combien sont nombreux les hommes et femmes qui viennent ici pour tout simplement s'approprier l'armure, et le tout sous couvert de "mission". Toi, tu as su me prouver que tu étais là pour autre chose, pour protéger les autres, et non pour une quête aveugle et solitaire du pouvoir ou de la gloire.

Le surplis se disloqua et vint recouvrir le corps de la dryade. La créature était déjà bien belle, mais en revêtant maintenant son armure, elle gagnait en plus une allure divine. Elle se dandinait tout autour du spectre d'une démarche sexy et lui dit :

- Et bien très cher, allons-y. Allons botter les fesses de quelques phéniciens !

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Mar 3 Avr 2012 - 22:00

**Place de Therios. Quatrième jour. Nuit.**


Le combat battait son plein. Les deux Spectres étaient comme isolés, insouciants de ce qui les entourait. Les hommes s’agitaient à quelques mètres de là, allumant leurs torches et observant l’affrontement d’un œil inquiet.

La nuit épaisse enveloppait les deux silhouettes aux auras jaillissantes. Les attaques filaient, avec rage bien souvent. Le traitre, fut-il possédé, semblait définitivement avoir tourné le dos à Hadès. L’Arlequin s’était peut-être trompé. Néanmoins, il paraissait convaincu de sa victoire. A chaque attaque esquivée, parfois de peu, il laissait furtivement danser Ses Dés dans la pomme de sa main. Souriant, malicieux, passionné.
Un Destin se jouait devant ses yeux et lui se trouvait être aux premières loges. Quel privilège.
Lord Nergal ne parlait plus. Il grognait, tel un animal blessé, humilié. Les chasseurs autours hurlaient, l’insultaient. Méritait-il cela ? Les hommes sont cruels dans leurs Jugements. Certains paieraient le prix de leur irrespect, le Bouffon en restait persuadé. Finalement, le Renégat osa une ultime attaque, tout aussi porteuse de puissance destructrice. Elle toucha son but.

L’Arlequin fut alors propulsé à plusieurs mètres de là, portant son visage à même le sol de la place. Ses Dés gisaient à quelques centimètres de lui, non loin de son chapeau. Ses yeux frémirent. Autrefois, il avait connu ça. La peur, naissant, latente… Mais pas aujourd’hui. Ce sentiment était désormais proscrit. Il s’agissait de fierté, il s’agissait d’égo. Alors que Lord Nergal enchainait par une seconde frappe, le bariolé s’activa avec souplesse et s’empara de ses deux trésors. Son sourire avait disparu. D’un geste ferme, il replanta son chapeau au sommet de son crâne puis murmura tout en lançant Ses Dés :


« L’est grand temps d’nous rév’ler… D’nous dire cq’ui doit être fait…. »

Les deux cubes immaculés glissèrent sur les pavés dans un léger cliquetis. Le résultat tomba. Le Fou soupira.
Calmement, il vint ramasser ses précieux. Ses yeux se posèrent sur sa proie.


« Les Dés en sont j’tés. Ton Destin est scellé. Plus rien n’pourra y changer. T’auras beau tenter d’m’attaquer, tu n’f’ra qu’échouer jusqu’à crever d’ennui. Laisse-moi t’épargner c’douloureux sentiment. »

L’instant d’après, le Parieur de Vie s’était projeté vers le traitre. Il le frappa alors avec précision dans le foie puis enchaina l’instant d’après avec une prise au cœur. La carcasse de Lord Nergal percuta lourdement le sol. C’était fini.
Des cris de joie émergèrent de ci et de là, amenant les guerriers à saccager le corps du démon comme certains l’avaient surnommé. Tentant de camoufler son épuisement, le Bouffon scanda :


« Barrez-vous d’là ! C’Renégat est l’prisonnier d’Sa Majesté ! l’prochain qu’ose l’toucher l’r’joindra dans la s’conde ! »

La foule se dispersa.
Néanmoins, un jeune homme affolé accouru vers l’Arlequin. Aucun répit ne lui était permis.


[Messager]
« Ils…Ils arrivent ! Les phé…phéniciens ! A l’orée de la forêt ! Des centaines ! »


Il n’en fallu pas plus pour que se déclenche hurlements et cohues. Ces chasseurs devaient être menés, sans quoi la défaite était assurée. Une minute plus tard, Beran et Sylphe firent leur apparition.

[Sylphe]
« C’est quoi tout ce bordel ? »


[Beran]
« Est-ce vrai l’Arlequin ? Sommes-nous attaqués ? »


Le Bouffon soupira. Rien ne pouvait tomber pire. La maigre armée de Therios n’était pas composée ni même placée. Gotchi demeurait absent quand à Jules, il semblait bien mal en point à présent. Le seul espoir résidait en l’Armée d’Hadès. Encore faudrait-il qu’Eraste ait le temps de relier la forêt. Une bataille ne se gagne pas avec de l’espoir, ni même du désespoir. Arlequin en était conscient. Il devait agir bien qu’il n’en eut pas la moindre envie. Cette mission devenait périlleuse. Mais ces chiens d’envahisseurs devaient être Jugés…
Il fit signe aux trois hommes de le suivre au Quartier Général, le pas pressant.


**Quartier général de Therios. Quatrième jour. Nuit.**


Ni une ni deux, il se jeta sur l’une des cartes précédemment composée puis lança d’un ton ferme tout en griffonnant :

« Pas d’temps à perdre. Notre objectif va être d’temporiser en attendant l’arrivée d'renforts. Pour c’la, notre seule chance est d’cont’nir l’Armée dans l’goulot central. En jouant des pièges d’vos gars, ça d’vrait être jouable.
Sylphe, réunis les buch’rons et fait en sorte qu’y aient tous une hache ou d’quoi fendre des crânes. Vous irez vous poster au Nord-Ouest du goulot central. Divertissez-les. N’attaquez pas sans qu’j’vous en donne l’ordre capiche ?
Il hocha la tête.
Beran, t’iras t’placer au Sud Est du goulot central avec tes archers. Trempez vos flèches dans l’poison qu’vous avez préparée et arrosez-les. Laisser la peur les envahir, laissez les contempler leur gars s’décomposer d’vant leur yeux. Nous mèn’rons une guerre d’nerfs, d’esprits. Gardez ça en tête. Beran serra son arc en signe d’acquiescement.
Quand à toi l’marmot… le fou se tourna vers le messager, encore tremblotant. Fais passer l’mot : qu’toutes les jambes encore disponibles partent vers l’sud Est pour trouver Eraste et l’armée d’Sa Majesté. Nous avons b’soin d’eux… et vite ! »

Le Bouffon toussota légèrement. Du sang s’échappait de sa bouche. Il marmonna puis, devant les regards inquiets des trois protagonistes, hurla :

« Exécution ! »

Il lui fallait reprendre des forces… Nul Juste ne devait périr aujourd’hui. Thérios ne tomberait pas.



Dernière édition par Arlequin le Mer 4 Avr 2012 - 21:01, édité 1 fois

Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par jules le Mer 4 Avr 2012 - 18:17

Cette sensation ... Je l’a connais. Mes muscles étaient courbaturés, je n’étais pas maître de mes membres, mais avec ça, une agréable douceur. J’aurai cru être dans un nuage.
Peu à peu mes yeux s’ouvrirent. Je pouvais voir ou je me trouvais, sur un lit bien confortable. Mon premier réflexe fut de me lever, mais lorsque mon bras s’appuya pour soulever mon corps, je retombai sec sur le matelas


* Outch *


Avec cette douleur, mes derniers souvenirs revenaient. LordNergal, les villageois, l’invasion des pirates …
Durant quelques minutes je réessayai de me relever, mais la fatigue était beaucoup plus fort que moi pour l’instant … Je refermais mes paupières, et me plongeai dans un profond sommeil, qui je l’espère serait réparateur !

jules
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 3183
Age : 22
Localisation : là ou le vent m'emportera
Date d'inscription : 22/04/2008

Feuille de personnage
Niveau: 6

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Jeu 5 Avr 2012 - 21:40

des voix....une cellule....des combats....du sang....un cri d'effroi....un trou noir....


Qu'est ce que? où suis je?

Lord Nergal ouvrit les yeux, il se retrouvait dans une chambre, allongé dans un lit, essayant de ce lever.


Mais que ce passe t'il? je ne peux me levé.

Le spectre du rat regarda tout autour de lui. A coté de lui, un autre lit.


Qui est ce?


La silhouette dans l'autre lit ne lui était pas inconnu


Jules?? c'est toi?? que t'es t il arrivé?



Jules était dans un salle état. il dormait a poing fermé.
Lord Nergal ne comprenait pas ce qui lui arrivé, il se souvenait que d'une voix qui résonné dans sa tête alors qu'il était prisonnier dans une cellule.


Que c'est il passé ici? qu'elle était cette voix?

tant de question que se posé le spectre du rat

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Ven 6 Avr 2012 - 18:42

*** Entrée Est de la Forêt de Thérios. Quatrième jour. Crépuscule***

- Marcher ! Marcher ! Marcher ! J'en ai marre, je ne suis pas un satané de fantassin !

- Ferme là ! Tu veux que le chef te fasse rejoindre tes ancêtres ?

Cela faisait plusieurs heures que l'armée phénicienne avait quitté le port de Igoumenitsa et déjà certains hommes s'impatientaient. Le chef stoppa alors net la marche, en lisière de la forêt de Thérios et ordonna à ses hommes de monter un camp pour la nuit. Chacun allaient devoir se relayer pour monter la garde dans le cas où un danger se ferait sentir.

*** Entrée Ouest de la Forêt de Thérios. Quatrième jour. Crépuscule***

Alors que Eraste est ses hommes étaient bien confortablement installées dans leur camp de fortune, le capitaine de la garde préparait une stratégie d'invasion de Igoumenitsa. Seul question, allait-il contourner la forêt ou passer en son centre afin de profiter de l'occasion pour porter main forte aux spectres partis en avant si ils se faisaient attaquer. Le capitaine ne bougerait pas de sa position sans un signe, une indication venant des forces déjà en présence sur les lieux ...

*** Entrée Est de la Forêt de Thérios. Cinquième jour. Matin***

L'armée phénicienne reprit sa marche en avant. Devant elle se dressait un long couloir étroit au milieu des arbres. Nul doute qu'il s'agissait d'un piège. Mais le chef phénicien, après avoir dit à ses hommes de se protéger la tête de leurs boucliers, choisit tout de même d'engager sa marche en avant. Après de quelques pertes, piégés dans ce goulot d'étranglement, tués par des flèches venant du ciel, un grand groupe restait debout quand la plus de flèche s'estompa. Mais les ennuis n'étaient pas terminés, et des combats au corps à corps allaient maintenant avoir lieu ...

Devoir faire face à la fois à des hommes devant vous et à des "fantômes" vous attaquer de toute part, telle était le défi pour l'armée phénicienne.

De plus, des rapports oraux venant de de l’arrière-garde faisaient état d'une attaque de spectres qui semblaient suivre l'armée depuis le départ de Igoumenitsa.


Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Sam 7 Avr 2012 - 1:34

**Quartier Général de Therios. Cinquième jour. Aube.**

L’aube se levait sur Therios.
Le Bouffon avait peu dormi, plus absorbé par les mouvements de ses maigres troupes que par un éventuel roupillon. Son visage demeurait fermé, neutre de toute émotions. Profondément ancré dans l’un des fauteuils du quartier Général, il tripotait Ses Dés. La bataille approchait.
L’air frais filtrait à travers les murs de torchis. L’Arlequin ferma les yeux, inspira puis expira longuement. La partie allait commencer. Les pions étaient placés, préparés. Le dénouement de cette scène fut-il déjà écrit, le panache d’une sortie ne s’oublie pas. Le stratège Fou fit pivoter Ses Dés sur la table de bois massif. Il les contempla danser. Encore et encore.
C’est alors qu’un messager fit irruption dans la pièce. Le Bouffon resta stoïque, observant sans sourciller ses deux cubes immaculés.


[Messager]
« M…Monsieur ! Ils sont là ! Les phéniciens sont entrés dans la forêt ! Beran a contenu l’ennemi par des flèches mais Monsieur Sylphe est resté en retrait comme vous l’aviez demandé. Ils vous attendent pour lancer l’attaque ! »


Le jeune homme tentait de camoufler sa panique. La vue du sang probablement. Ou celle d’un parent à l’agonie. Quelle importance au fond ?
Le Bouffon se releva. D’un geste vif, il empoigna Ses Dés. Il jeta un bref regard sur sa main gantée, encore tâchée du sang de sa dernière proie. D’un mouvement de bras, il fit signe au messager de s’écarter de la porte.


« Dégage gamin. Ta plus ta place dans c’te guerre. Un sourire apparu à ses lèvres.C’Pile ou Face maint’nant.

Le pas gauche, l’Arlequin prit la direction de la forêt…

**Ouest de la Forêt de Therios. Cinquième jour. Matin.**

Il ne lui fallut qu’une maigre poignée de minutes pour entendre au loin les premiers sifflements de flèches. Comme l’avait indiqué le messager, Beran et ses chasseurs s’étaient employés à contenir l’Armée phénicienne dans le goulot d’étranglement. L’étau se resserrait à présent sur l’ennemi. Tout se passait comme prévu.


« Et c’est au p’tit matin… Sous les rayon du soleil… Qu’le Bouffon et Ses Dés firent leur entrée… Hé hé… »

Les rayons perçaient à présent au travers de l’épais tissu végétal.
Le bariolé se trouvait face à l’Armée Phénicienne, repliée sur elle-même, boucliers levés. L’ennemi se trouvait à une cinquantaine de mètres de là, prit au piège entre deux larges fossés de pics. Les bucherons de Sylphes se trouvaient quelques mètres en surplomb, leur permettant d'atterrir d’un saut au sein du futur champ de bataille. Les flèches ne cessaient d’entraver leur progression. Nul doute que le poison qui enduisait leurs pointes ferait bientôt son effet.
Dans la plus grande confiance, seule face à plus d’une centaine d’hommes, l’Arlequin scanda :


« En vous pointant dans c’te forêt, vous v’nez d’perdre la bataille ! Alors hurlez ! Pleurez ! Priez ! Car votre Mort s’ra lente, douloureuse et indigne ! »

Il leva sa main ensanglantée et y dévoila ses Dés. Sa voix prit un ton malicieux, presque malsain.

« Pour Sa Majesté…Sylphe ! Brise leur l’crâne ! »

A peine ces mots furent-ils sorti de la bouche du bariolé qu’une grappe de bucheron sauta sur les phéniciens recroquevillés.
Le Parieur de Vie laissa alors exploser son cosmos.
En instant, il se propulsa au centre de la bataille, faisant voler en éclat les boucliers de la première ligne. Il se retrouvait à présent aux côtés de Sylphe, luttant avec hargne pour se défaire de ses nombreux assaillants. Sa main était ferme. Il abattait sa hache dans un rythme soutenu, frappant le crâne des phéniciens comme s’il s’agissait de buches. Les casques se tordaient au contact du métal, tranchants oreilles et pommettes. En quelques secondes, cette terre avait absorbé plus de sang qu’elle n’en avait jusqu’alors connu.
De son côté, Beran avait scindé ses archers en deux groupes : l’un au Nord Est, l’autre au Sud-Ouest, coupant court aux mouvements des phéniciens sans pour autant mettre en péril par leur flèches les bucherons.


Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Sam 7 Avr 2012 - 12:58

**Quartier Général de Therios. Cinquième jour. Aube.**

La Dryade avait finalement accepté de combattre aux côtés des habitants de Thérios. Gotchi et la créature se dirigeait droit vers le village. La dryade était attentive à tous les messages envoyés par la flore, et tout d’un coup elle reçut l’alerte que tout le monde redoutait. Les phéniciens étaient là, à l’orée de la forêt. La créature quitta Gotchi et alla retrouver ceux qu’elle appelait dorénavant, ses ennemis. Elle n'avait aucun mot d’ordre, elle savait se débrouiller toute seule, parée de son surplis.

Les jambes de Gotchi commençaient à retrouver vie, il augmenta sa foulée. Il devait retrouver l’Arlequin, lui dire qu’il avait réussi et qu’un nouvel allié serait avec eux!


Dernière édition par gotchi le Lun 9 Avr 2012 - 18:30, édité 2 fois

gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Sam 7 Avr 2012 - 19:37

**Chambre du chef du village. Cinquième jour. Aube.**


Lord Nergal s'était endormi jusqu'à l'aube du cinquième jour, réveiller pas les cri des combats qui venaient de commencer.


Les voila !!!

Jules était toujours endormi. Le spectre du rat s'avança vers lui, Jules n'était pas tout a fait rétabli. Lord Nergal posa sa main sur la tête de Jules.


Tien je ne c'est pas ce qui t'es arrivé, mais je pense que c'est de ma faute.

Lord Nergal donna un peu d'énergie a Jules, ce qui permit a ces blessures de se soignaient totalement.



aller faut que j'y aille moi


Le Lyriste sortit de la chambre, Lyre en main .Une femme le vit sortir, le spectre s'avança vers elle

Où est ce que le combat a commencer?

La femme trembla de peur en me voyant.

A l'ouest de la forêt de Therios, c'est la que mon mari est partie combattre.

Le spectre se mit en route. arriver la bas, les combats faisaient rage. Il y avait déjà beaucoup de mort. Arlequin était déjà présent entrain de pourfendre les ennemis.

Lord Nergal sortit sa Lyre et commença a y jouer.

Tout a coup, la voix inconnu recommença a lui parler dans sa tête.


TUE LES TOUS, ALLEZ TUE LES...


Encore une fois, Lord Nergal changea de teint, recommença a baver et reprit une posture inhumaine.


PHENICIENS...VOUS ALLEZ CREVER.......

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par yamreg le Sam 7 Avr 2012 - 21:46

**Ouest de la forêt, cinquième jour à l'aube.


Alors que la petite troupe de Yamreg avançait en direction de Therios, le jour commençait doucement à se lever. Lorsqu’elle fut près de la forêt, la troupe se cacha dans un bosquet. Bien qu’Illidan ne fût pas encore là, il fallait planifier l’attaque.

Avec la complicité d’Oristée, Yamreg décida d’envoyer deux éclaireurs vers l’entrée de la forêt. Connaissant mieux ses hommes, Oristée en envoya deux que l’on remarquait à peine.
Les deux hommes revinrent nous informer de la situation après une dizaine de minute.

« Nous avons avancé prudemment vers l’ennemi. En montant dans un arbre, nous avons aperçu l’armée Phénicienne. Il semble qu’il soit rentré par l’Ouest de la forêt mais leur progression semble ralentie. »
Les deux soldats, leur rapport finit, s’éloignèrent et laissèrent Oristée et Yamreg s’entretenir.

« Bien ! Il est temps d’agir. Profitons de leur problème pour les attaquer par l’arrière. Quelles sont nos forces ? »

Oristée prit la parole :
« Mes troupes se composent d’archer et d’épéiste. Je propose de bloquer leur repli avec nos boucliers tandis que les archers tireraient des flèches dans leur direction ! »

« Soit ! Je préfère vous laisser les commandes. Après tout moi aussi je suis un soldat ! Par contre, je propose d’envoyer un messager à la rencontre de l’armée d’Hadès. Avez-vous des hommes ? » Ajouta finalement le diplomate.

Oristée alla chercher un de ses hommes et pendant ce temps Yamreg écris un mot sur un bout de papier. Ce dernier remis le message au coursier, ainsi que les plans qu’Illidan avait dérobés. Il donne quelques consignes :

« Prend ceci et apporte le à Eraste de la part de Yamreg. Pour éviter de rencontrer l’ennemi, contourne la forêt par l’Est et fait route vers le Nekiomention. Sur le chemin tu devrais rencontrer l’armée d’Hadès, du moins je l’espère. »

Après ces mots, le messager s’en alla avec le précieux message.

Yamreg retourna auprès d’Oristée et de ses hommes. Il était temps de passer à l’action. La troupe de soldat fit marche vers l’entrée de la forêt, Oristée et Yamreg en tête. Arrivée à porter des Phéniciens, les soldats sortirent leurs armes tandis que les archers bandèrent leur arc. D’un geste de la main, Oristée lança les hostilités. Alors que nos archers tiraient des flèches, les premiers phéniciens se retournaient pour comprendre ce qu’ils leur arrivaient. Le spectre de la Tortue se ruai sur le premier soldat qu'il vit et lui détruit son bouclier.
La bataille était maintenant lancée.


Contenu de la lettre pour Eraste:
Capitaine Eraste,
Les Phéniciens se trouvent à l'Ouest de la forêt. Leur progression est stoppée tandis que Oristée et ses hommes ainsi que moi-même les empêchons de faire demi tour. Le port est presque désert de Phéniciens, mais Illidan m'a informé qu'un bateau ennemi était reparti du port. Illidan essaie d'empêcher les navires d'accoster grâce à la naïade. Avec ce message, je vous confie les plans de l'armée phénicienne qu'Illidan a réussi à dérober à l'ennemi. Ils seront plus utiles entre vos mains qu'entre les miennes.
Avec tout mes respects, Yamreg, diplomate de sa majesté.

yamreg
Diplomate de Hadès
Diplomate de Hadès

Nombre de messages : 2630
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2006

Feuille de personnage
Niveau: 12

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Arlequin le Lun 9 Avr 2012 - 1:00

**Ouest de la forêt de Therios. Cinquième jour. Matin.**

Le tumulte de la bataille faisant, l’Arlequin demeurait confiné dans sa bulle. Seul résonnait à ses oreilles l’appel de la Justice, ou comment punir ceux qui avaient osé défier Hadès sur ses propres terres.

Autour de lui, les hommes se battaient sans démériter. L’affrontement se faisait d’égal à égal. Les soldats faisaient face à des villageois au courage sans failles, luttant jusqu’à leur dernier souffle pour défendre leur familles, leur avenir. Bien qu’entrainés à tuer et partir en guerre, les phéniciens ne pouvaient qu’être surpris par l’organisation et la ferveur avec laquelle cette poignée de paysans combattaient. Ceux à qui l’ont avait promis une conquête rapide, faite de viols et d’incendies se trouvaient désormais pris en étau, roués de flèches et prit pour cibles par d’épaisses haches d’artisans.
Le plan suivait son court, rejoignant minutes après minutes les dires des Dés du Bouffon.

La sueur perlait sur les fronts et les armures. Le sang giclait, tapissant des visages tuméfiés, tordus par la rage. Les muscles étaient contractés, les mains glissantes. Soldats et chasseurs hurlaient de ci et de là. Par-dessus cet amas de voix emmêlés se détachait celle des chefs, qu’ils soient Phéniciens ou Thériossiens.


[…]
« Les laissez pas soufflez !.... Frappez !... Frappez ! … »


[…]
« Tenez les rangs !... Les rangs ! Encerclez-les !... »


Dos à dos avec Sylphe, l’Arlequin tâchait de contenir le flot constant d’ennemis qui tentaient de les submerger, économisant ses forces autant qu’il le pu. Il savait que ce genre de batailles n’était pas remportées par la seule puissance, fut-elle cosmique ou physique. S’abandonner à une lutte aveugle n’était pas une solution adéquate. Il fallait user de mouvements de troupes, déstabiliser l’ennemi pour finalement lui asséner un coup fatal…

« Couper la tête du Roi… » murmura le bariolé.

En effet, toute armée était dirigée. Abattre le cerveau adverse revenait bien souvent à décrocher la victoire. Les pions ne pensent pas, ils appliquent. Et dès lors qu’ils cèdent au chaos, ils deviennent des proies. Le futur de cette bataille apparaissait désormais clairement aux yeux du Fou.
D’un geste de main, il déploya une vague cosmique, repoussant deux soldats trop entreprenants. Profitant de ce court répit, il s’extirpa de la masse d’une puissante impulsion puis laissa son aura s’emparer des lieux, comme pour multiplier l’impact de ses prochains mots.


« Buch’rons! R’PLIEZ VOUS ! Archers ! COUVREZ LA R'TRAITE ! », hurla t’il en visant du doigt Beran.

Les puissants paysans reculèrent immédiatement, portés par les ordres incessants de Sylphe. Au même moment, une pluie de flèche s’abattit sur l’armée Phénicienne. La coordination était parfaite.
Dans un plaisir non dissimulé, l’Arlequin leva son bras puis l’abaissa aussitôt.


« Lâchez les pièges ! »

Plusieurs rondins d’arbres dégringolèrent des hauteurs, réduisant encore le goulot et brisant par la même occasion quelques chevilles. Quelques cris de stupeur s’élevèrent au sein de l’armée phénicienne, laissant place à des grognements de douleur. Leur mobilité était atteinte.

« Archers! Ceinturez-les! Guerriers! CHARGEZ! »

A la manière d’un seul homme, la masse de bucherons s’élança sans trembler sur l’ennemi. Sylphe tenait la tête, brandissant sa hache ensanglantée. Le fracas des armes résonna à travers la forêt, s’en suivi celui des peaux tranchés, des os brisés.
Arlequin resta immobile. Ses yeux parcoururent l’Armée adverse… Le Roi, le Chef, où était-il?
L’espace d’un instant, le Bouffon cru apercevoir un être plus avisé que les autres. Son regard enveloppait toute l’Armée, comptant à chaque secondes ses hommes et ennemis. Etait-ce lui? Ou un leurre? Il fallait en avoir le cœur net.
Il tendit son bras en direction du prétendu chef adverse…


« Viens…Si t’ose…» , lâcha t’il d’un souffle.

C’est alors qu'une faible onde de choc fut expulsée de sa main. Faisant fi des combattants, alliés ou ennemis, l’orbe se dirigeait tout droit vers le présumé cerveau phénicien.
Une provocation, un bluff.


Arlequin
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 1531
Date d'inscription : 28/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Lord nergal le Lun 9 Avr 2012 - 22:19

**Ouest de la forêt de Therios. Cinquième jour. Matin.**


Alors que Lord Nergal entra dans la bataille dans un état second, Arlequin dirigeait les troupes avec fermeté.
Les premiers phéniciens qui se mirent au travers de la route du spectre du rat, Lord Nergal les tua avec grande facilité.Mais un phéniciens l'attaqua par derrière d'un grand coup de point dans la nuque. Le Lyriste s'écroula sur le sol. Par chance, une flèche tua le phéniciens avant qu'il n'eu le temps de porté un coup fatal a Lord Nergal. Le coup permit au spectre de retrouvait ces esprits.


Qu'est ce que...encore cette voix...


Lord Nergal ne se souvenait encore que de la voix qu'il avait entendu et ensuite le trou noir. Il se releva mais une nouvelle difficulté se mit face a lui, les habitants de Therios ne sachant pas de quel coté le spectre était se mirent également a l'attaquer.


Non...je suis de votre coté...


il esquiva les flèches tant bien que mal.
Au même moment un phéniciens se rua, épée en main, vers Lord Nergal. Il tenta de tranché la tête du spectre. De justesse le Lyriste esquiva et riposta d'un coup de point puissant. L'ennemi s'écrasa au sol. Le spectre sentit quelque chose coulé sur son visage. le phéniciens l'avais toucher à la joue. Le spectre gardera certainement une cicatrise.


Il faut clairement que je fasse attention si je veux survivre


Tout a coup, le spectre vit un enfant sur le champ de bataille. Une petite fille était au centre du combat, impuissante, tentant en vainc de s'échappé du chaos.


Mais que fait un enfant en plein champ de bataille? Pas de temps a perdre.


Le spectre fonça a toute allure , se battant férocement pour aller rejoindre l'enfant, il prit quelques coup au passage mais arriva à elle. La petite était apeuré et quand le spectre la prit dans ces bras, elle se débattit. Le spectre la sera contre lui et chercha une faille pour pouvoir s'échappé et la mettre en lieu sur.


Aucun moyen se s'échappé.


Le spectre était maintenant encerclé totalement par les phéniciens et il lui était impossible de se battre avec la petite fille dans ces bras.

accroche toi ma petite...ne t'inquiète pas, je vais te sortir de la.

Les phéniciens attaquèrent le spectre, il commença a esquiver les coups mais il ne tiendrai pas longtemps comme cela. Dans la mêlée , il se prit encore un coup qui l'étourdit , le spectre posa genou a terre, tout en tenant fermement l'enfant.De justesse, des habitants de Therios , qui avait vu le spectre se ruait pour sauver l'enfant arrivèrent pour le sortir de là.


une brèche...


Le spectre s'échappa, slalomant d'ennemi en ennemi. il s'éloigna du champs de bataille, s'engouffrant dans la forêt. arriver assez loin, il s'arrêta.


tu est en sécurité maintenant.


il regarda l'enfant, la petite s'était évanouit. Le spectre la déposa dans un arbre creux.


une fois la bataille fini, elle sera retrouvé son chemin. Aller la bataille n'est pas fini.
.
Lord Nergal repartit en direction du champ de bataille.

Lord nergal
Spectre supérieur
Spectre supérieur

Nombre de messages : 2290
Age : 31
Localisation : belgique, mons
Date d'inscription : 05/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 14

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par yamreg le Lun 9 Avr 2012 - 22:39

Le combat faisait rage. L'effet de surprise fut total et les premiers Phéniciens tombèrent rapidement. Mais cet avantage ne pouvait durer et l'armée ennemie se ressaisit rapidement.Maintenant en position, la progression de la rébellion ne progressait plus, mais les hommes du port tenait bon.

Yamreg continuait d'attaquer l'homme devant lui. Soudain, une flèche vint se planter à côte de sa jambe tandis qu'une autre passa à côté de sa tête. Déboussolé, la tortue ne fit pas attention à son adversaire. Ce dernier l'avait bien remarqué et il fonçait sur le diplomate. Alors qu'il abattait son coup d'épée, une autre flèche sauva le spectre car elle se planta dans la jambe du Phénicien qui perdit l'équilibre. Yamreg donna un grand coup de pied à son adversaire pour l'éloigner de sa position.

Le spectre s’arrêta un peu et scrutant le champ de bataille, il remarqua que plusieurs de ses hommes avaient des flèches dans leur corps. Oristée du le remarquer également car il cria :

-"Repliez-vous! Repliez-vous!"

L'armée suivit ses ordres et se trouva maintenant hors de portée de tir. D'où pouvait bien venir ces tirs. L'armée ennemi ne pouvait pas en tirer au risque de blesser les leurs. Une seule explication était possible, une bataille devait avoir lieu plus loin. Le spectre de la tortue s'approcha d'Oristée:
-"Ces flèches ne sont pas Phéniciennes. Une autre lutte à lieu plus loin. Évitons de tirer des flèches, nous pourrions blesser des spectres ou des alliés." préconisa-t-il.

Oristée donna l'ordre d’arrêter de tirer en l'air. Mais fin stratège qu'il était, il repositionna immédiatement ses hommes. Les lanciers formaient un mur de protection tandis que les archers étaient positionnés derrière.

Les Phéniciens étaient maintenant libres de sortir du goulot. Ils se mirent à charger la petite troupe. L'étroitesse du goulot lui permettait de ne pas être directement encerclé. La première vague de Phénicien arriva, Oristée choisit ce moment pour faire passer les archers. Ils tirèrent une première salve de flèche droit devant eux. Des Phéniciens tombèrent sur le coup, les autres vinrent s’empaler sur les lances et boucliers des soldats.

Le nombre de Phénicien était bien trop important pour que la stratégie fonctionne suffisamment. Ainsi la troupe fut d'engager le corps à corps.

Tandis que chaque hommes protégeaient sont voisins, Yamreg aperçu son adversaire. D'un geste, ce dernier retira la flèche plantée dans sa jambe. Il cria et, comme si aucune douleur ne lui traversait le corps, fonça vers la bataille. Il se retrouva nez à nez avec le spectre.

Le combat débuta à nouveau entre les deux hommes. La rage du Phénicien faisait chanceler la tortue. Mais ce dernier ne céderait pas.

yamreg
Diplomate de Hadès
Diplomate de Hadès

Nombre de messages : 2630
Age : 26
Date d'inscription : 16/05/2006

Feuille de personnage
Niveau: 12

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Nikiolas le Mar 10 Avr 2012 - 1:15

**Ouest de la forêt de Therios. Cinquième jour. Matin.**

La mêlée était en place, les lames s'entrechoquaient et le sang commençait déjà à couler. Une nuée de flèches avaient transpercé une partie de l'armée phénicienne, tandis que l'autre se ruait sur les hommes qui se trouvaient face à eux. Non comptant que les arbres formaient une sorte de goulot d'étranglement qui empêchait les forces phéniciennes de se déployer avec toute l'aisance nécessaire, que certains tombaient dont ne savait où sur les corps déjà blessé des phéniciens. Les défenseurs profitaient pleinement de cet avantage. Le chef des envahisseur semblait perplexe, comme si la sûreté de sa victoire ne tenait qu'à un fil dans son esprit alors qu'elle était totale quelques instants avant cette attaque. Mais alors qu'il pensait à une ruse pour se défaire de ce piège, il fut frapper par une étrange force. Il n'en fit pas état, mais avait repéré d'où elle venait. Sans doute un spectre se dit-il, mais pour le moment, il avait autre chose à faire que de se laissé aller à un plaisir personnel de combattre un adversaire à sa taille ... sans doute bientôt.

D'un geste de la main, le chef de l'armée phénicienne ordonna à ces hommes d'opérer une retraite stratégique afin de regarnir les rangs. Il profita du recul de la plupart de ses hommes pour permettre à ses archers d'officier. Une petite partie de l'armée continuait tout de même à se battre contre ces satanés bûcherons qui ne lâchaient pas leurs "proies". Les archers étaient peu nombreux et la densité des arbres ne leurs permettaient pas de faire grands dégâts mais ils parvinrent tout de même à décocher quelques flèches. Quelques dizaines de leurs ennemis tombaient au sol occis par des flèches phéniciennes ou tout simplement blessés par celles-ci. Le chef ordonnait maintenant, après cette salve, a son armée de repartir au combat. Mais quelle tactique allait pouvoir adopter maintenant les défenseurs ? Allaient-ils défendre de front et recevoir cette vague d'attaquant de plein fouet ? Ou allaient-ils eux aussi faire appel aux flèches de leurs archers ?


Dernière édition par Nikiolas le Ven 13 Avr 2012 - 14:03, édité 1 fois

Nikiolas
MJ Divin de Hadès

Nombre de messages : 8222
Age : 33
Date d'inscription : 19/05/2007

Feuille de personnage
Niveau:

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par gotchi le Mar 10 Avr 2012 - 17:35

**Ouest de la forêt de Therios. Cinquième jour. Matin.**
Gotchi accélérait de plus en plus le pas, il allait bientôt arriver sur les lieux de la bataille. Il pouvait entendre au loin le bruit des épées se fracassant les unes contre les autres, le sifflement des flèches au travers des arbres. L’inquiétude commençait à le gagner. Il avait peur de perdre son ami, l’Arlequin. La peur de ne pas le faire boire au moins une fois dans sa vie, de goûter à cette chaleur qui traverse nos entrailles lorsque la bonne gnole s’écoule dans tous les recoins du corps ! Oh oui, il devait absolument vivre une fois cela dans sa vie. Mais comment faire ? Il n’avait aucun moyen de le contacter, et même s’il le voyait durant la bataille, ce n’était pas tout à fait le moment de boire du bon rhum ou de l’absinthe, non l’heure était au combat ! Sa mission aujourd’hui était de sauver le village et un maximum de villageois ! Tel était son devoir !

Cela faisait quelques minutes que Gotchi était plongé dans ses pensées, il entendait de plus en plus les ravages que causaient la bataille et soudain il put apercevoir les bucherons reconvertis en archers pour l’heure. Ils venaient tout juste de décrocher une salve dévastatrice qui obligea l’ennemi à reculer. Le spectre était maintenant au cœur de la bataille, dans la partie la plus importante du plan dicté par le bariolé. En effet, sans les archers, les simples bucherons finiront par crouler sous le nombre bien plus important des phéniciens. Ils étaient le pilier central de cette guerre. Il ne fallait en aucun cas les perdre. Le chef phénicien devait probablement l’avoir constaté et cette retraite était probablement là pour endormir les habitants.
Gotchi aperçut Beran et alla tout de suite à sa rencontre :

« - Beran, je suis Gotchi, un compagnon de l’Arlequin ! Peux-tu me dresser un bilan actuel ? »

Beran se retourna, il avait en effet déjà croisé le spectre, et il savait qu’il pouvait lui faire confiance. Ce dernier avait en effet protégé la flèche d’Artémis toute une nuit et même face à un autre spectre, ce qui prouvait qu’il pouvait avoir foi en lui.

[Beran]
« -Nous arrivons parfaitement à contenir l’ennemi, nous sommes guidés par l’Arlequin ! Mais doit-on avoir peur pour la suite ? »

Bien qu’ils aient eu le courage de prendre les armes, la peur demeurait présente, il fallait à tout prix les rassurer, les encourager… Mais la peur restait aussi une arme très dangereuse et bien utilisée, elle pouvait être dévastatrice. Sur ces pensées, Gotchi
répondit calmement à Beran :

« - En effet, je crains fort que l’ennemi envoit une petite troupe vers vous ! Mais n’ait crainte, je resterai avec vous, le bariolé attendra. Et puis je suis parvenu à convaincre la Dryade de nous aider. Elle sera l’une de nos meilleures alliées dans cette bataille ! »
Gotchi leva alors sa lance :
« - Beran, tu vas prendre quelques hommes et vous allez venir avec moi ! Nous allons au-devant voir si des phéniciens sont la ! »
Beran choisit alors quelques-uns de ses hommes, ils s’armèrent de leur fidèle hache. Il eut le temps de désigner un leader pour la troupe d’archers qui resterait sur place et partirent avec moi.

Le groupe eut à peine le temps de marcher 10 minutes qu’effectivement des phéniciens leur tombèrent dessus. Ils n’étaient que quelques un, pensant probablement se trouver face à un des rebus de bataille, ne sachant que tirer à l’arc. Mais devant eux se trouvaient des bucherons fiers de leur patrie et prêt à tout donner, même la vie, pour sauver ce qui leur est chère. Un combat s’engagea alors entre d’une part les phéniciens armés d’épées et de boucliers et les chasseurs, tenant fermement leur hache, à leur tête Gotchi, prêt à montrer l’exemple…

gotchi
Etoile terrestre
Etoile terrestre

Nombre de messages : 2695
Age : 26
Date d'inscription : 26/06/2006

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: Débarquement phénicien

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 14:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum