Fingolfin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fingolfin

Message par Fingolfin le Mer 17 Jan 2007 - 0:00

Fingolfin est né il y a dix-huit ans dans un village voisin de la cité d'Eleusis, ses parents cultivaient le blé du domaine de Démeter, nécessaire au culte du cycle sacré des récoltes célébré par le grand-prêtre de la cité.

Son enfance fut donc rythmée par les évènements de la vie agraire, des semailles aux récoltes, ainsi que par les célébrations des cultes de Déméter. Il reçut une éducation soignée par son oncle, ancien magistrat de la cité, qui lui répétait souvent cette phrase lors de ces leçons :

-Nombreux sont ceux qui vivent et qui méritent la mort. Et certains qui meurent méritent la vie. Peux-tu la leur donner? Alors ne sois pas trop prompt à dispenser la mort en jugement.

A l'âge de douze ans, Il lui fut proposé de rejoindre l'école martiale de la cité, afin de lui permettre d'entrer à la garde du domaine de Démeter, qu’il rêvait d’intégrer. Ces graves jeunes hommes chargés de protéger le sanctuaire de la déesse le fascinait en effet depuis son enfance.

L'entraînement y fut dur, mais Fingolfin y acquit une étonnante habileté au maniement des armes, et en particulier au glaive, où ses parades virevoltantes faisaient l'admiration de ses instructeurs.

A l'issue de son apprentissage, il prêta serment de fidélité éternelle à Deméter et Perséphone, et put ainsi être accepté parmi les candidats à l’initiation aux mystères de la cité. A la fin de l’hiver suivant, lorsque le moment fut venu de son initiation aux mystères, il dut se purifier par un bain dans la mer, avant de rejoindre la procession vers le Télestérion, lieu de l’initiation, où il jura avant la fermeture des portes du lieu saint de ne divulguer à aucun prix la nature des mystères. Tout au plus est-il autorisé à dire que ceux-ci tournent autour des notions de mort et de résurrection, symbolisées par la décomposition de la graine dans la terre puis sa réapparition sous la forme d'un être vivant s’élevant vers la lumière.

Après neuf jours et neuf nuits, les portes du Télestérion se rouvrirent, et Fingolfin, exténué par l’épreuve mais heureux d’être devenu myste, reparut à la lumière. Il entra à partir de ce jour dans la Garde du domaine Cérien, son rêve se réalisait.

Deux années s’écoulèrent sans événement particulier, jusqu’à cette nuit où en faction devant le Teléstérion, une voie inconnue l’interpella :

-Holà jeune homme!

-Qui va là?

répondit-il en pointant aveuglement son glaive dans l’obscurité.

-Moi et mes amis désirons simplement visiter ce temple…

-Vous n’en avez pas le droit, je le défendrai! A moi la…

Mais les mots qui suivirent, Fingolfin ne put les crier. Une puissance qu’il ne connaissait pas était à l’œuvre, lui ayant retiré l’usage de la parole. Sentant ses forces faiblir, il ne recula cependant pas, et se mit en garde, prêt à défendre chèrement le lieu sacré. Ses assaillants lui apparurent alors enfin à la faveur d’un rayon de Lune : ils étaient cinq, tous revêtus de vêtements chatoyants dans la nuit, qui semblaient refléter le pâle éclat de l’astre. Puis le combat commença.

Fingolfin esquivait les coups avec un talent indéniable, sans pour autant réussir à atteindre ses adversaires qui lui semblaient toujours hors de portée. Cette situation s’éternisa de longues secondes, jusqu’à ce qu’il reçoive un coup sourd sur le crâne…

Lorsqu’il se réveillât le lendemain matin, les habitants faisaient cercle autour de lui dans la rue, et le grand-prêtre Polyxène lui faisait face. Sans laisser à Fingolfin le temps de s’expliquer, celui-ci lui annonça que par sa faute le sanctuaire avait été profané, et que plusieurs reliques qui y étaient conservées avait été dérobéess. Pour ce crime, il allait être banni de la cité, et ce jusqu’à sa mort, ou qu’il retrouve les reliques et châtie leurs profanateurs.

Fingolfin fut donc chassé sans ménagement, et il passa les semaines suivantes errant sur les chemins, se nourrissant du maigre fruit de ses chasses et buvant l’eau des torrents, jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’Aréthuse, un vieux prêtre d’Hadès qui parcourait la Grèce de cité en cité afin d’y accomplir les sacrifices à son dieu, sacrifices que les habitants refusaient habituellement de faire eux-mêmes, de peur d’attirer la mort sur eux.

To be continued...

Fingolfin
Soldat
Soldat

Nombre de messages : 360
Age : 27
Localisation : Le Mans/Angers
Date d'inscription : 12/12/2006

Feuille de personnage
Niveau: 4

http://www.civfr.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum