Dieu_des_glands

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Mer 21 Fév 2007 - 16:05

Feuille de personnage :

Nom : Dieu Des Glands (vrai nom David Des Galans)
Sexe : Masculin
Age : 22 ans lors de son entrée au serviece d'Hades
Taille : 1m79
Poids : 77kg
Apparence générale : musclé, air décidé, petit air de paysan, parfois
Couleur de la peau : bronzé
Couleur des yeux : verts
Couleur des cheveux : brun-gland
Signes particuliers : balafres
Pays ou ville d'origine : Gray (village)
Principales qualités : persévérance, courage, prudence
Principaux défauts : méfiant, parfois trop direct
Surplis : aucun

Compétences :

-Cuisine 20%
-discrétion 80%
-éloquence 10%
-empathie 10% + pendentif = 22%
-endurance 20%
-escalade 20%
-herboristerie 70%
-natation 30%
-perception 70% + pendentif = 82%
-pistage 70%
-survie 100%
-vigilance 80% + pendentif = 92%
-volonté 20%

+ pendentif Achéron : intuition : lvl*2% empathie, perception, vigilance quand un ennemi est présent

Informations sur ces compétences :

Pendant 6 ans, il vécut dans la forêt et sur la route. Il lui fallut se débrouiller.
N'ayant pas acquis de compétence en profondeur durant sa vie de fermier, la plupart lui vient de la période qui a suivi son départ du village.
Avoir des sens aiguisés, pouvoir pister, poursuire ou attaquer à distance une proie, tout en se faisant discret, se faire à manger, pouvoir nager et se soigner sont des compétences essentielles qu'il a bien été forcé d'apprendre, lui demandant un minimum de volonté.


Dernière édition par le Dim 7 Oct 2007 - 14:47, édité 3 fois

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Mer 21 Fév 2007 - 16:07

Histoire personnelle

David Des Galans vivait dans un village paisible nommé Gray.
Le village n'était composé que d'une centaine de paysans et ne proposait au goût de David que trop peu d'activités intéressantes.
A vrai dire les seules activités possibles étaient les tâches de paysan : labourer,semer, récolter, traire.
Il est vrai que cette affirmation était un peu exagérée : en fait il était aussi possible lors de la grande fête annuelle de participer au concours de comptage de brins d'herbe.
David, né dans une famille de paysans (rien d'étonnant dans ce village) dut dès son enfance participer aux tâches que chaque paysan se doit d'accomplir (pour son plus grand malheur).

David n'aimant pas ces travaux, il ne travaillait pas vraiment de son mieux, c'est d'ailleurs pour cette raison que certains garçons commencèrent par l'appeler 'Gland'.
Gland.. Ce surnom n'était pas si désagréable en fait. Après tout, la vie d'un gland est autrement plus palpitante et risquée (hé oui, il y a des écureuils) que celle d'un fermier !

Un beau jour, lorsqu'il eut 16 ans et commença à savoir se débrouiller tout seul, il décida de fuir le village et de partir à l'aventure.
Il ne comptait certainement pas passer le restant de ses jours à Gray !
Les histoires des chevaliers, de quêtes, ça, c'était quelque chose qui l'intéressait et il aurait donné n'importe quoi pour devenir l'un d'eux.
David vécu ainsi deux ans, à errer dans la forêt, en chassant, en se battant (car il fallait savoir se défendre lors d'attaques de brigands et il s'était trop de fois retrouvé nu, sans affaires au beau milieu d'un chemin).
Constatant qu'il avait acquis des capacités plus que respectables en matière de combat, il décida de partir à la recherche d'un maître pour devenir chevalier et servir un dieu.

Quelques mois plus tard, il rencontra un jour un maître enseignant déjà à quelqu'un, il lui donna ses motivations et il fut accepté.
La vérité est qu'il ne donna pas l'entièreté de ses motivations : il prétendit être fort et agile et avoir envie de servir un dieu.
Il ne précisa pas qu'il désirait se perfectionner dans l'art du combat simplement parce que c'était la seule chose à laquelle il s'intéressait.
Après une semaine, le maître remarqua que le jeune David ne semblait pas avoir de morale et pire, qu'il refusait de l'apprendre : au cours de l'entraînement il combattait l'autre élève, Kerygan sans ménagement et sans se soucier des séquelles que pourrait subir son adversaire.
Aussi celui-ci ne manquait pas de lui faire la morale à la première occasion.
David se montrait certes doué et suivait bien le rythme de l'entraînement, mais le maître avait peur qu'il serve le mal et il décida de le renvoyer au bout de quelques jours d'entraînement.

David était furieux. Furieux contre les hommes, furieux contre son maître et contre ce Kerygan qui lui paraissait si grotesque, à lécher les bottes de son maître.
Il décida de partir en guerre contre les hommes.
Il erra et changea, explorant le monde, continuant à s'entraîner seul, se montrant sans pitié avec les gens qu'il croisait.

Il finit par rencontrer un groupe de personnes.
Méfiant de nature, il se prépara à se défendre.
Un des autres, le plus grand, prenant ce geste pour un défi, s'avança et l'attaqua.
David se défendit tant bien que mal mais ne tint pas le coup face à cet adversaire hors du commun.

Couché par terre, les muscles tout endoloris, il demanda à l'étranger : 'qui es-tu ?'
'Un chevalier d'Hades, répondit-il. tout comme mes compagnons. Je dois reconnaître que tu es drôlement fort, je suis sur que notre Dieu serait ravi de te compter parmi ses fidèles, cela te permettrait de devenir encore plus fort.'
'Je sais me débrouiller tout seul, dit alors David en tentant de se relever'

L'autre s'avança, s'agenouilla près de lui et lui chuchota d'un ton lugubre : 'Je vois la haine en toi, comme mon maître l'a vue en moi à mes débuts, et comme tous les serviteurs d'Hades.
Rejoins nous et venge toi des autres hommes, tous ceux qui t'ont rejeté, les gens normaux, serviteurs d'Athéna et tous les autres!'

Entendant ces paroles, David compris qu'il n'était pas le seul à avoir été rejeté et à haïr les autres hommes.
Les membres de ce groupe, semblant avoir vécu des situations semblables et qui servent apparemment Hades, lui inspiraient un certain respect (chose qui n'était encore jamais arrivée auparavant) et il décida de se joindre à eux, se faisant connaître sous le nom de Dieu_des_Glands, et décida de lui aussi, partir pour le temple d'Hades et de le servir, dans sa guerre contre les autres dieux.
C'est ainsi que la vie de David s'acheva, laissant place à Dieux_Des_Glands, spectre d'Hades.

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Mer 21 Fév 2007 - 16:29

Flash-back divers (et développement de l'histoire)

La naissance

La naissance de David des Galans fut sans doute l'évènement le plus mouvementé de toute son enfance.
Ses parents aimaient voyager et étaient les dirigeants d'une petite caravanne, chargée de transporter des biens pour le commerçe.
En fonction des bénéfices, ils pouvaient s'accorder plus ou moins de mercenaires pour les protéger.
Ce qui devait arriver arriva : ils manquèrent de fonds pour leur voyage, mais celui-ci devait leur rapporter gros, raison pour laquelle ils décidèrent de l'entammer.
L'aller se passa bien mais c'est sur le chemin du retour qu'ils se firent attaquer. Les brigands n'étaient pas tendres et n'ont laissé aucun survivant.
C'est dumoins ce qu'il leur sembla quand ils quittèrent la caravane.
Evelyne, la mère de David était encore en vie.
Peu de temps passa avant qu'un serviteur de poséidon passa par là et ramena la femme au village le plus proche.
La pauvre femme était enciente et donna sous peu la vie à un enfant : David.
A cause de ses blessures, elle ne put survivre longtemps malgré les soins peu efficaces des guérisseurs du village; elle eut cependant le temps de demander une dernière faveur : ramener l'enfant à Gray, où son fère s'en occuperait et l'élèverait.

L'enfance

L'oncle Romuald, paysan dans l'âme depuis son plus jeune âge, éleva David du mieux qu'il put, ce qui ne donna pas grand chose.
A cinq ans, David n'était sans doute pas loin d'être "l'homme" le plus intrépide du village, mais malheureusement pour lui, à Gray, ça ne servait à rien.

Cassant les oreilles de son oncle pour qu'il lui raconte encore et encore l'histoire de sa naissance et de ce valeureux marina, il n'arrivait à obtenir de Romuald qu'un bref résumé d'un ton ennuyé.
La même chose se passait lorsqu'il voulait entendre l'histoire de son ancêtre, qu'on appelait "Tarod l'Indomptable"

Après quelques années, David compris avec horreur qu'il était destiné à vivre à la mannière des paysans : labourer les champs, traire les vaches
Quand il eut l'âge d'aider son oncle, malgré qu'il n'était pas du genre frêle, il essayait de s'éclipser dès que possible, préfèrant rêver de grandes aventures chevaleresques, plutôt qu'à travailler et occuper ses journées comme tout le monde le faisait en ce lieu.

Les années passèrent et de plus en plus, il subissait les moqueries des autres : "Tu n'es qu'un bon à rien. Gland ! Gland ! Gland ! Gland !".
Il tenta bien de leur flanquer une raclée, mais à force de labourer, les autres étaient plus musclés que lui.
Comme personne dans le village ne semblait s'entendre avec lui, il se retirait régulièrement à l'orée de la forêt, pensant à son avenir qui lui semblait invivable.

Plus il grandissait, plus il y repensait : "je ne veux pas vivre comme ça toute ma vie, être paysan..."; c'est comme cela qu'un beau jour de printemps, à ses seize ans il pris sa décision : il quitta le village pour de bon, prenant soin de s'habiller chaudement et de prendre quelques provisions.
Ni frêle, mais ni très fort, mais poussé en avant par la volonté de quitter le lieu de son enfance, il parti pour l'aventure, maudissant celle qui avait eu l'idée de le confier à son oncle.

Une existence solitaire dans la fôret

David, enfin libre et décider à se débrouiller seul, n'avait peut-être pas mesuré avec exactitude les difiicultés qui l'attendaient sur sa route. Bon à rien, il ne savait même pas chasser, c'est pourquoi il eut beaucoup de mal à survivre à ses débuts.
Pour manger, il dut se contenter de ce qu'il arrivait à chasser, ce qui ne représentait pas un repas frugal. De plus, sans armes et incapable d'en créer, il devait se débrouiller à mains nues ou avec un bâton. Embusqué dans un buisson ou un arbre, il tentait de surprendre les bêtes pour les tuer.

Mais le temps passa et il parvint à s'habituer à sa condition, parvenant à survivre seul et supportant la solitude qui n'avait en fait rien de nouveau pour lui, à ceci prêt, qu'il cotoyait au moins les gens, lorsqu'il était au village, même s'il ne leur parlait pas.
Dans la forêt, il n'y avait personne d'autre que lui et les bêtes.
Et lorsque par hasard il rencontrait quelqu'un quand l'envie lui prenait de voyager sur la route, ce quelq'un n'était pas toujours disposé à le laisser partir sans lui voler ses réserves de nourriture (il n'avait d'ailleurs rien d'autre).

Cela faisait maintenant neuf mois qu'il avait quitté Bray et ces neuf mois laissaient sur lui une trace visible, que ce soit au niveau mental ou physique : David était devenu un jeune homme bien bâti, musclé à force de tuer des bêtes de ses propres mains, de voyager à pied ou encore de nager lorsque cela s'avérait nécessaire. Sur le plan psychologique, le tableau était par contre plus négatif : mener une vie solitaire pendant tous ces mois, ne rencontrant que bêtes et brigands n'avaient pas fait de lui quelqu'un de très fréquentable.
Pour lui, tous les hommes semblaient mauvais ou sans intérêt, ils ne pouvaient rien lui attirer de bon.
Il ne comptait qu'une exception à cette règle : les hommes en armure.

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Ven 4 Mai 2007 - 21:35

Une rencontre instructive

Lorsque loin de chez lui, dans cette forêt au beau milieu de nulle part, le jeune homme aperçut une femme d'un certain âge qui chantonnait en ramassant des herbes, sa première réaction fut la surprise.
Un peu méfiant comme toujours, il s'approcha dicrètement, intrigué.
L'étrange femme, qui lui tournait le dos tout en ramassant ses herbes se comporta alors d'une manière qui surpris réellement David. Sans se tourner pour voir qui était là, elle lui demanda simplement :
"Puis-je t'inviter à prendre une tasse de thé ?"

David toura la tête à gauche et à droite, se retourna mais ne vit personne et du se rendre à l'évidence : cette femme était bien en train de l'inviter à boire du thé chez elle.
Coupant David dans sa réflexion, elle se retourna alors vers lui et au lieu d'être effrayée par un jeune homme sale, couvert d'égratinures, et seul au miliei d'un forêt, d'un grand sourire elle lui fit : "alors c'est oui ?"

David ne put que bredouiller "je... euh..." et comme elle le regarda bizarrement, levant un sourcil, "oui, d'accord, c'est d'accord."

"Très bien c'est par ici, dans ce cas." Elle se tourna de l'autre côté et marcha d'un pas rapide pour son âge.
C'était déconcertant aux yeux de David de voir cette femme mince, aux cheveux blancs, qui débordait d'énergie.

Ils atteignirent rapidement à ce qui ressemblait vaguement à un chemin, dumoins les brousailles y étaient moins nombreuses, et l'herbe plus courte ou piétinée.
Enfin ils arrivèrent en vue d'une sorte de mini clairière au miliei de laquelle se trouvait une cabane d'une certaine taille, qui semblait solide et en bon état.

Une fois la cabane atteinte, la veille femme se retourna et lui fit remarquer qu'il empestait la saleté. En effet cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas lavé; il faisait passer la survie avant l'hygiène.

"Une rivière passe tout près de cette cabane, dans cette direction", fit-elle en tendant le bras vers l'Est.

"Je vais te fournir des vêtements, les tiens semblent usés et sales et feu mon mari n'a plus aucune utilité des siens, là où il repose maintenant."
Elle entra dans la cabane, laissant la porte ouverte, et David eut le temps de constater que la cabane était également en parfait état de l'intéreur. Elle contenait des étagères pleines de livres et de pots en tous genres, ainsi que plusisuers beaux tableaux.
Elle était spacieuse, propre et bien rangée.
Quand la dame eut fini de fouiller dans un beau meulble en bois solide, elle revint en direction du jeune homme et compara sa taille avec celle des vêtements.

"Je pense qu'ils t'iront à merveille. Prends les, va te laver et reviens quand tu sera à nouveau propre et bien habillé. A j'oubliais, tu devrais avoir besoin de ceci, dit-elle en montrant une lame. Tu aurais bien besoin de te raser. Ah et ceci sont des feuilles que tu pourra utiliser pour te laver en les frottant sur toi."

Toujours ébahi par le caractère énergique de cette curieuse personne, il s'éxécuta sans mot dire; il trouva la rivière et laissa ses vieux vêtements crasseux et serrés sur le bord. Il tâta la température l'eau avec son pied et rentra dedans sans hésitatiion.

Il était habitué à vivre dans toutes les conditions et sa résistance s'était fort développée ces derniers mois, sa musculature, son agilité et ses sens également, pensa-t-il.
Malgré qu'il aurait pu tuer cette femme en un éclair et malgré son air effrayant, elle n'avait pas montré le moindre signe de peur.
Pour la première fois de sa vie, il ressentait un certain respect pour une personne qu'il avait rencontrée, cette vieille femme qui vivait seule au beau milieu de l'environnement hostile qu'était la forêt.

Une fois lavé, il regarda la lame que lui avait fournie la vieille dame et appréhenda son premier rasage.
Utilisant les produits qu'il avait reçu, il appliqua la lame sur sa joue puis la bougea prudemment. Les animaux des environs eurent droit à une injure de paysan, lorsqu'avec surprise, David se coupa.
Tant bien que mal, il continua et après de multiples coupures, maudit la pilosité qui accompagnait le visage des hommes.

Une fois lavé et rasé, il rentra à la cabane avec ses nouveaux vêtements. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était plus senti aussi frais. La porte était ouverte et reniflant une odeur de nourriture, il eut l'eau à la bouche.
Rentré, il découvrit son hôte en train de verser le contenu d'une casserole dans deux bols.

"Ah te voilà, c'est mieux ainsi n'est-ce-pas ?" et sans lui laisser le temps de répondre : "Tu peux poser tes affaires dans ce coin, en fin de compte, c'e n'est déjà plus l'heure du thé mais celle du souper ([Hrp] L'heure du dinner pour les Français[/Hrp]). Viens mangeons, ensuite je soignerai tes éraflures et nous pourrons discuter un petit peu"

Une fois de plus, David s'exécuta et eut droit à une bonne portion d'un délicieux potage accompagné de quelques morceaux de viande, dont il se demanda d'où ils venaient, la vieille dame n'étant certainement pas capable de chasser.

Après qu'il fut repus, des baumes furent appliqués sur ses diverses blessures. Certains servaient, d'après celle qui les appliquait, à apaiser les blessures encore ouvertes et d'autres à éviter les infections.

Venait maintenant l'heure des explications. Ils s'assirent à table avec une tasse de thé chacun et la vieille femme lui appris notamment qu'elle s'appellait Salvia, qu'elle vivait ici en ermite depuis que son mari s'était fait assasiner.

"Je mène maintenant une vie tranquille, parmi les les animaux et les plantes. J'étudie les plantes, les utilise pour soigner, manger.
Autrefois je les aurait utilisées comme poisons également, ajouta-t-elle plus doucement, d'un air triste.
Je chasse aussi par moi-même, j'avais certaines capacités dans ma jeunesse, tu sais.
Mais maintenant peut-être devrais-tu me raconter ton histoire, dit-elle en prenant un air plus sérieux, le regardant droit dans les yeux".


David hésita, puis pensant à la gentillesse et à la générosité de son hôte, se dit qu'il devait bien fournir quelques explications.

"Hé bien avant de vous rencontrer..."

"Non, tutoyes moi, appelles moi Salvia, ou tante Salvia, même si tu préfères"

"Bon, alors avant d'arriver ici, je vivais dans un petit village et..."

David lui résuma alors l'histoire de sa naissance, de son enfance et ce qu'il le poussa à partir.
Silvia le laisse parler, se contentant de le regarder et de l'écouter quand il parlait et lorsqu'il eut fini, elle resta trente secondes dans la même position, fixant David gravement, en silence, avant d'enfi prendre la parole.

"Je comprend mieux maintenant... Tu as besoin d'aventure. Je comprend ton sentiment, tu es jeune et veut vivre une vie active.
Ecoutes, ce n'est pas chez moi que tu vivras cette vie, mais je te propose de rester ici quelques temps. Je pourrais t'enseigner certains petites choses qui te seront utiles sur ta route, car je t'apprécie.
Je te préviens, en contrepartie, tu devras m'aider dans mes tâches, tu ne resteras certainement pas à rien faire.
je peux t'enseigner le pouvoir des plantes, et pourquoi pas quelques petits trucs qui te serviraient en combat, mais essentiellement l'utilisation des plantes.
Cela te convient-il ?"


"Oui Silvia, ça me convient", répondit david, curieux d'apprendre comment une personne aussi âgée qu'elle pouvait lui enseigner des techniques de combat.

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Ven 4 Mai 2007 - 21:38

Une fois cet arrangement règlé, Salvia entendait bien à ce que son nouveau protégé lui obéisse sans discuter. Aussi décrèta-t-elle qu'il était temps de dormir, car la journée du lendemain serait dure.

La cabane contenait deux chambres et c'est ainsi que l'une d'elles devint celle de David. Il s'y installa sous l'oeil bienveillant de Salvia et goûta enfin au plaisir oublié qu'offre un lit. Il ne lui fallut pas deux minutes pour s'endormir.

Le lever, par contre fut autrement plus pénible que le coucher...
"Debout fénéant !!!" fut le cri qui accompagna son réveil, aidé par un assourdissant bruit de cloche; cloche que Salvia secouait à quelques centimètres de son oreille.

En avant pour les exercices du matin. Lève toi, tu n'aurai pas un instant de paix ni une miette de nourriture tant que tu n'aura pas fait tes exercices ! Suis moi, nous allons dans la clairière.
David, était habitué à vivre à la dure, mais n'aimait pas se presser le matin. Cet exercice, qui allait accompagner chaque lever du jour jusqu'à la fin de son séjour, commençait déjà à l'agacer.

Tous deux firent des étirement. Quand l'adolescent vit sa tortionnaire - c'est comme cela qu'il la voyait en cet instant - faire le grand écart, il cria et se précipita sur elle, persuadé qu'elle s'était fait mal, mais le seul résultat fut un coup sur la tête de la part de l'intéressée.
"Tu commencera à t'inquiéter pour moi quand tu m'arrivera à la cheville, gamin!"

"Vous... Euh, t'arriver à la cheville ? Tout de même, je suis un homme habitué à vivre à la dure", répondit-il spontannément.

Salvia se redressa sans mot dire et fit face à David, plantant ses yeux dans les siens. Ce dernier curieusement se sentit menacé. Ce n'était pourtant qu'une vieille ermite...
Soudain, elle prit la parole, pour lui faire une proposition à laquelle il ne s'attendait pas.

"-Frappes moi.
-Hein? te frapper, mais...
-Frappes, te dis-je !
Très bien puisque tu n'attaques pas, c'est moi qui vais le faire!


La vieille dame qui se trouvait à moins d'un pas de David, prit une pose qui semblait être une pose de combat et lança son poing dans l'estomac du garçon, qui, sans comprendre quoi que ce soit, se retrouva à se tordre à terre. La vieille dame, elle, trouva cela tordant apparemment car elle se mit à rire.

Hahaha ! tu devrais te voir, tes yeux sont aussi ronds que si tu avais rencontré Had... Je veux dire, que tu as l'air très surpris.
Plus sérieusement. Crois-tu qu'une vieille femme sans défense pourrait survivre en forêt, seule ? Depuis le temps que tu la parcours, tu devrais savoir que non.
Je suis plus forte que tu ne le penses, et je te demande de comprendre que tu dois prendre au sérieux les exercices que je t'imposerai.


David, abasourdi, ne put qu'acquiescer et continuer l'exercice, de manière beaucoup plus rigoureuse.

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Dim 7 Oct 2007 - 15:57

Salvia avait de tout évidence beaucoup à lui apprendre en dépit de son grand âge, et il était loin de maitriser parfaitement les exercices qui lui étaient demandés, qu'il s'agisse d'exercices de souplesse, d'endurance, de concentration ou de combat pur.

Mais le temps passa et David se débrouilla mieux, en règle générale.
Plus calme, grâce à la compagnie de Salvia, il excellait dans certains domaines demandant une grande sérénité, comme le repérage des êtres vivants, ou au contraire la discrétion. Il appris également le pouvoir des pantes. Salvia se refusa cependant de lui apprendre la fabrication des poisons. Reconnaitre les plantes utiles à la guérison était suffisant pour guérir quelqu'un.

David et Salvia avaient passé plusieurs années ensemble et ça avait été très bénéfique au jeune homme. La vieille dame, quand à elle, disait toujours que ça la changeait de la solitude habituelle. David essaya a de nombreuses reprises de la questionner sur son passé et la raison de son exil au milieu de la forêt, mais n'obtint jamais de réponse.
Les entrainements s'étaient succédés et à tous les niveaux, il sentait avoir progressé. Au combat notamment, il avait remarqué que ce n'était plus lui qui deamndait à faire une pause comme au début, mais Salvia. C'est ainsi qu'un jour, à la fin d'une journée, il parût très sérieux et ennuyé aux yeux de son hôte, qui le connaissait bien.

"Y a-t-il quelque chose dont tu voudrais me parler, mon garçon ?" lui demanda-t-elle, inquiète.

"Oh euh, eh bien..."

il réfléchit à ce qu'il alalit dire pendant que la vieille femme attendait patiemment.

"Eh bien voilà, je voulais te demander ton avis... Penses-tu que je sois prêt à partir, à présent ? Je veux dire, j'apprécie beaucoup ta compagnie et j'ai beaucoup appris, et pas seulement sur le plan physique. J'aimerais avoit ton avis : suis-je prêt ou non pour aller parcourir le monde, rencontrer des gens, et aussi... Et aussi pour tenter de gagner une armure ?"

il n'aimait pas lidée de quitter la vieille femme, mais il ne pouvait tout de même pas passer sa vie dans la forêt. Il voulait découvrir le monde et chacun d'entre eux savait qu'il allait partir un jour. En prononçant ces mots, il la regarda droit dans les yeux.

Salvia parut un court instant triste, puis afficha un sourire, apparemment contente qu'il ose poser la question.

"Tu es jeune, et tu as encore beaucoup à apprendre. Cependant, je ne suis plus aussi fringante que dans ma jeunesse et je ne suis pas la mieux placée pour continuer à t'entrainer. Il te faudra trouver un maître. Tu as aussi l'ambition de posséder une armure, un jour.
Tout celà est très bien mais sais-tu qui tu vas choisir?"


David ne connaissait personne en dehors de Salvia et les paysans de son village.
Surpris par cette question, il répondit simplement "non, je n'y avais pas vraiment pensé"

"Mmmh, et sais-tu pouqioi tu veux posséder une armure ?"

David fut plus surpris par sa réponse que par la question elle-même.

"Je... pourquoi ? Mais..."

"C'est bien ce que je pensais. Ecoute, techniquement je te pense prêt. Psychologiquement... tu as beaucoup progressé, mais tu devras bientôt faire des choix importants, sois en sur. Surtout reste humble et demande toi pour quelles raisons tu te bats et agis. Je ne pourrai pas t'aider dans ces choix. Tu m'a dit avoir été sauvé par un chevalier marina, étant bébé...Réfléchis bien, c'est à toi de choisir..."


Sylvia parut fort ennuyée et sérieuse, en parlant du marina, ce qui troubla David autant que tout le reste.

"Enfin ! Il est temps pour toi d'aller dormir, demain sera une rude journée si tu comptes partir."


Le lendemain matin... David et Sylvia se réveillèrent à l'aube mais ne firent aucun entrainement. Après avoir fait ses ablutions dans la rivière, le jeune homme prépara son baluchon et mangea une dernière fois avec celle qui avait été son maître pendant des années. A la fin de se repas, celle-ci lui proposa de quoi se nourrir, mais David refusa, prétendant qu'il n'aurait aucun mal à s'en procurer lui-même et Salvia sourit de fièreté à sa réponse.

Eh bien bonne route, mon garçon. N'oublie pas mes enseignements. Fais de bons choix, après les avoir murement réfléchi, reste humble et n'oublie pas que tu seras toujours le bienvenu dans ma demeure.

"Merci Salvia. Merci pour tout. Je repasserai te voir, mais pour l'heure, j'ai des choses à découvrir, et tu m'en a donné les moyens! On se reverra !"

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Rentaï le Mar 30 Oct 2007 - 9:58

u]La rencontre avec le maître[/u]

Grâce à Salvia, David avait beaucoup appris, notamment en sagesse et il se sentait prêt pour intégrer le clan des marinas - c'était un membre de ce clan qui l'avais sauvé, lorsqu'il était encore dans le ventre de sa mère.

Il gagna un village à l'orée de la grande forêt dans laquelle il avait vécu pendant une longue période. c'était très déstabilisant de constater à quel point il n'était plus habitué à cette vie. Il se souvenait bien de ses longues années au village de Gray, mais, s'il s'était senti différent des autres, avant, maintenant il avait appris à comprendre les autres - grâce à des mois de vie commune avec une seule et même personne, sans doute - et ça ne le dérangeait pas d'entrer dans le village.

"Tant que ce n'est que de temps en temps, pourquoi pas", s'était-il dit.

Ses vêtements étant en lambeaux, il alla en acheter des nouveaux avec le peu de sous qu'il avait acquis - de pauvres fous avaient tentés de s'en prendre à lui, ils étaient repartis les pieds devant, et leur bourse derrière...

Se sentant plus présentable, David entra dans une auberge et commanda une choppe de bière. Il en profita pour demander à la serveuse où il pouvait trouver un maître pour s'entraîner.
La serveuse lui affirma qu'un maître était passé par le village il y avait peu. S'il se dépêchait, il pourrait les rejoindre, lui et son élève.

David ne se le fit pas répéter deux fois. Il vida sa choppe cul sec et avança dans la direction que lui avait indiquée la serveuse. Heureusement, il avait plus, pas longtemps avant, et il n'eut aucun mal à suivre les traces des deux personnes. En un jour, il les rattrappa.
Comme à son habitude, il les observa avant de s'avancer vers eux. C'était à la fois par prudence et par curiosité.
Il se cacha dans un buisson et regarda le maître. Il avait une certaine carrure, commencait à grisonner, mais David était certain de sa puissance. L'homme était très calme et dégageait même pour les mouvement les plus insignifiants, une aura de puissance et de confiance en soi.

Une jeune homme - "probablmeent son élève", se dit David - se trouvait à côté et s'entraînait à frapper sur un tronc d'arbre avec ses poings. Il était plutôt du genre freluquet mais semblait utiliser sa cosmoénergie d'une manière efficace et son poing semblait dévastateur. David était impressionné que ce maître soit capable d'enseigner ça à une personne si frêle.

Il tourna sa tête vers le maître, mais celui-ci avait disparu !

"Tu cherches quelque chose, petit ?", entendit David derrière lui.

Avec des yeux abasourdis, il regarda l'homme qui l'avait surpris et reconnu le maître qu'il avait observé un peu plus tôt.

Une fois que la surprise fut passée, il se pencha en avant de manière respectueuse et dit "Bonjour. Je suis à la recherche d'un maître qui veuille bien m'aider à intégrer le clan des marinas ! Désolé, je voulais voir à quoi vous ressembliez avant de vous rencontrer"

"Bien. Je peux me permettre d'avoir deux élèves. Nous sommes en route vers le Cap Sounion, moi et mon élève Kerygan. Tu n'a qu'à nous accompagner, je te testerai sur la route. Si je constate que tu n'as pas les qualités nécessaires, je devrai te laisser choisir ta propre voie tout seul. Cela te convient-il ?"

David était enchanté "Oui maître !", s'écria-t-il.

Le maître avança vers la clairière.

"Bien, il est temps de faire les présentation à présent. Kerygan, arrête toi un peu, j'ai quelqu'un à te présenter."
Le dénomé Kerygan parut surpris puis avanca respectueusement vers son maître.
"-Oui maître.
-Je te présente David, je vais le predre à l'essai pendant le temps qu'il faudra. Nous continuerons comme d'habitude et peut-être David restera-t-il avec nous et deviendra mon élève au même titre que toi. Ca ne dépend que de lui."

Ca n'avait pas l'air de plaire plus que cela à l'élève qui se trouvait devant David, mais il répondit de manière neutre.

"-Très bien maître.

-Bien, maintenant que les présentations sont faites, il est temps que je puisse juger de ce que tu sias faire, David. Je te propose un petit test. Kerygan va sera ton adversaire et tu devras essayer de le faire tomber sur le dos au moins une fois. Kerygan gardera une main derrière son dos, afin d'équilibrer le combat."

Entendant les mots du maître, Kerygan bomba le torse fièrement comme si la Grèce entière l'admirait.
"Quel imbécile", pensa le jeune homme des bois. Mais il était impatient de prouver ce qu'il valait et déposa sans attendre ses affaires sur le sol et tous deux avancèrent au milieu de la clairière, suivis du maître un peu en retrait.

David jaugea son adversaire et s'apprêta à passer à l'action mais juste à ce moment là, alors que le maître tournait la tête, il lui fit un signe de la main qui signifiait qu'il n'avait pas peur de lui. De la pure provocation. Au moins, David était sur qu'il n'allait pas ménager le jeune élève, il l'aurait bien mérité.

David se précipita sur son adversaire, comme un loup, lui donna un coup qui fut paré puis le frappa avec puissance dans le ventre, l'autre n'ayant pas droit à son autre main, utilisant les techniques que Salvia lui avait enseignées.
Kerygan recula mais se rétablit vite et attaqua à son tour, privilégiant les attaques avec les jambes. David ne put parer le coup, qui était très rapide, mais il était très résistant et broncha à peine. Il profita de la position dangereuse de son adversaire pour lui donner un grand coup de coude dans le dos qui le plaqua au sol.

Mais c'était son dos qui devait toucher le sol et Kerygan, toujours aussi rapide, se releva. Il lanca de petites attaques rapides; dures à parer et qui ne permettaient pas de riposter, alors David laissa délibérément un grand trou dans sa défense pour pousser Kerygan à attaquer franchement.

Le piège fonctionna et David subit l'attaque, plus puissante que le première, et parvint malgré qu'il avait le souffle coupé, à aggriper son adversaire et le propolser contre un arbre. Il y avait mis de la force et Kerygan fut plus lent à se relever cette fois. Trop lent car à peine commencait-il à se relever que David était sur lui et le taclait par derrière, ce qui fit tomber le jeune homme sur son dos.

Le maître avait délibérément gardé une expression neutre, mais était impressionné que son élève se fasse battre par un nouveau venu. Cet élève promettait. Kerygan toutefois, aurait sans doute pu vaincre ou tout du moins tenir tête à son adversaire s'il avait pu disposer de ses deux bras.
Il allait garder cet élève. Cependant quelque chose le troublait. Ce n'était sans doute qu'une impression, mais il lui avait semblé reconnaitre quelque chose de familier dans la technique de David et dans son semblant d'aura.

Le maître chassa ces idées - probablement venant de son imagination - de sa tête et gratifia David d'un sourire en disant :

"Eh bien bravo, David, je suis impressionné que tu ais réussi à faire tomber Kerygan si rappidement. Toutefois tu as beaucoup à apprendre et n'oublie pas que ton adversaire n'avait droit qu'à un bras. Je vois que tu as déjà reçu des notions de combat, tu vas pouvoir directement passer à l'entraînement que Kerygan est occupé à suivre. Je t'expliquerai tout ça en temps voulu."

Il tourna sa tête vers son élève.

"Quant à toi, ta tactique n'était pas mauvaise, mais tu aurais pu vaincre si tu avais mieux maîtrisé l'exercice que je t'ai donné à faire, tes coups auraient été moins légers."

Le maître déclara alors que ses élèves avaint bien mérité de se reposer et qu'il était temps de manger le repas.
Mais les repas ne tombaient pas du ciel. Il leur fallut chercher de quoi manger par eux-même et David n'eut aucun mal à se procurer un sanglier qui passait par là. Kerygan paraissait jaloux et David en était heureux. L'autre élève ne lui plaisait pas, il était trop suffisant à ses yeux.

Le soir, l'entrainement commença pour David. Le maître lui appris l'existance de l'énergie cosmique et lui dit qu'elle se manifesterait un jour chez lui de manière franche. En attendant, il n'était pas certain qu'il serait capable d'en libérer ne fut-ce qu'un fragment avant un certain temps.
Kerygan et David durent frapper sur des troncs d'arbre en essayant "de se concentrer". Kerygan, qui avait pu s'exercer plus tôt que David, parvenait au prix de grands efforts à abimer l'arbre. David, lui, n'arrivait qu'à se faire mal aux mains.

"C'est normal, c'est normal, rassura le maître. Ca viendra, mais il faut travailler."

Ils continuèrent ainsi jusqu'à ce qu'on n'y put plus voir, et qu'il fut temps de dormir.

Le lendemain, ils se levèrent à l'aube et marchèrent à bonne allure jusqu'à midi. Ils mangèrent et s'entraînèrent. Cette fois, ce fut un entraînement un contre un (à armes égales cette fois) et David put constater que Kerygan était meilleur que lui. Pour l'instant, pensa-t-il.

Malgré ses efforts, David ne put que donner quelques coups à Kerygan, qui lui en rendait beaucoup plus. David était épuisé tandis que Kerygan commencait à peine à s'essoufler.
Lorsque David fut au sol, Kerygan regarda son maître avec un grand sourire, fier de lui. Le maître annonça que le combat était terminé tandis que David se disait "mais comment ais-je pu me faire battre par se crétin ?".

Le maître répondit à sa question intérieure lorsqu'il dit "C'est normal, David. Kerygan est plus expérimenté. Ca viendra sans doute avec le temps."

Puis le maître fit une série de remarques à ses deux élèves afin de leur montrer quelles erreurs ils avaient faites et comment ils auraient du agir. David sentit qu'il pourrait apprendre beaucoup de cet homme et de ses précieux conseils...

Le maître annonca qu'il était temps de faire une pause, et qu'ensuite il faudrait se remettre en route.
Tandis que les deux élèves prenaient une pause bien méritée chacun de son côté, le maître médita, se posant des questions sur David. Il y avait quelque chose qui clochait, mais quoi ?

à suivre...

Rentaï
Ordre infernal du Cocyte

Nombre de messages : 2257
Age : 30
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 24/04/2006

Feuille de personnage
Niveau: 7

Revenir en haut Aller en bas

Re: Dieu_des_glands

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:53


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum