GODAIME

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

GODAIME

Message par godaime le Mar 31 Oct 2006 - 12:23

L’aube allait se lever sur Sparte, c’était un jour d’été et j’avais alors sept ans. La veille papa avait battu maman, j’ai voulu allé la voir pour m’assurer qu’elle ne souffrait pas trop mais en allant à sa chambre, je rencontrais mon père qui m’ordonna de faire demi tour et de vite aller me coucher. Cette nuit là je n’entendis point ma mère qui pleurait. Je voulais la voir mais je savais que mon père n’était pas loin donc je ne fis rien de peur des représailles de ce père qui buvait trop le soir venu. Le lendemain quand mon père sorti pour aller encore acheter son eau de vie je me précipitais dans la chambre de ma mère et je vis une scène atroce. Ma mère étais étendu sur son lit et ne respirais plus. Mon père buvait beaucoup et quand il était dans cet état il battait souvent ma mère sans aucune raison précise. Un sentiment de haine montait en moi. Je ne me suis jamais connu comme cela. J’avais envi de tout casser et par-dessus tout j’avais envi de venger la mort de ma mère en tuant l’être qui l’avait tué. Mon père rentra au moment ou moi je sortais de ma chambre. A la main je tenais une bouteille de verre à moitié fracassé et je savais qu’avec cette arme je pouvais tuer mon père qui se trouvait face a moi. Je n’hésitais pas et je fondit sur mon père comme charge une armée sur son adversaire. Mon père fut surpris et ne pu rien tenter. Je l’avais coupé à la gorge et son sang se répandait déjà sur le sol. Je ne pouvais plus rester chez moi, alors je pris le glaive de mon père, un peu de nourriture et je suis sorti de la ville. J’ai dit aux personnes que j’avais croisées que mon père m’envoyait chasser.

Une fois les enceintes de la ville passées je me suis enfui, je me suis mis à courir, le plus loin que j’ai pus, j’avais honte, tellement honte, et peur aussi, mais qu’aurais je pus faire d’autre ?
Les premières semaines se passèrent tranquillement, une fois mes réserves de nourriture épuisées je me suis nourri des animaux que je chassais, la providence m’ayant épargné la rencontre de loups et d’ours, je l’en remerciais. Un jour, tandis que je me baignais dans une rivière tout en songeant à ce que je pourrais faire et à ce que j’allais devenir, j’entendis quelque chose entrer dans l’eau, quelque chose de lourd, de massif… Je me retournais lentement et retint un cri de justesse. La peur m’empêchait de bouger, à quelques mètres de moi se trouvait un ours brun de plus de deux mètres qui me fixait de ses petits yeux noirs. Ma respiration s’accélérait, l’ours approchait de moi et parcouru la distance qui nous séparait en deux ou trois pas, il se mit alors à me tourner autour, à me renifler…J’avais envi de hurler, la peur me prenait au ventre, je ne voulais pas mourir !

C’est alors qu’un homme d’armes, monté sur un cheval noir, vint me porter secours, il attira l’ours vers lui. Mon cœur se mit alors à battre si fort dans ma poitrine que je crus qu’il allait se décrocher. Le cheval, certainement habitué aux batailles, ne semblait pas effrayer par l’ours et répondait à chacune des demandes de son cavalier, mais malgré cela l’ours lui attrapa le poitrail de sa puissante mâchoire, le cavalier profita de cette ouverture pour atteindre la tête de l’ours et lui porter le coup de grâce. Il avait gagner, mais à quel prix ! J’accourais vers cette homme, les joues baignées de larmes, en le remerciant et en m’excusant, pourrait il un jour me pardonner cette perte ? C’est alors qu’il posa sa main sur mon épaule et me dit ses mots, des mots que je n’oublierais jamais « Il y a des choix à faire dans la vie, Styx était un bon cheval, bats toi pour ce que tu crois et non pour ce que tu as, je tenais à ce cheval mais le but de sa présence à mes côtés était de m’aider à protéger ce en quoi je crois, à protéger le grand dieu Hadès. » Je séchais alors mes larmes, cette assurance, cette dévotion totale qu’il avait envers Hadès quoi qu’il arrive…Il était impressionnant.

Ce jour là j’ai rencontré plus qu’un homme, mais un véritable tuteur. Me voyant seul il m’a emmené avec lui et à reprit en main mon éducation, c’est au milieu des autres guerriers d’Hadès qu’il m’apprit l’écriture, le calcul, la stratégie et l’art du combat. Pendant neuf ans, tous les jours, il m’apprit et m’aida à perfectionner mon maniement des armes, je n’avais pas une minute de répit durant ses heures d’entraînement, il exigeait de moi le meilleur, mon maximum, et je lui donnais. En vivant à ses côtés, au milieu des hommes d’armes, j’ai intégré leur façon de vivre, leur manière de penser, de percevoir les choses. Les salles d’entraînement, les chevaux, les glaives qui s’entrechoquent, les guerriers ayant trop bu et provoquant des bagarres pour un rien, la discipline militaire…C’est dans cet univers que j’ai grandit et me suis épanouis, j’ai découvert là bas un sens à ma vie. Ses hommes qui riaient et buvaient un soir, tout en racontant des histoires salaces, se jetaient tête baisée dans une marre de sang le lendemain, glaive à la main, prêts à donner leurs vies pour celui qu’il vénérait. Certains vouent leur vie à une femme, à leur famille, eux la vouaient à Hadès et leur famille était les autres guerriers, et c’est devenu ma famille aussi. J’ai comme eux appris par cœur le culte d’Hadès, que je répétais quotidiennement, j’ai appris à aimer ce dieu et j’ai choisis de le défendre de ma vie quoi qu’il arrive.
Sur le domaine où je vivais, il y avait pratiquement que des hommes, de grands guerriers, tous aussi puissant les uns que les autres mais je fis la connaissance d’une femme. Comme nous elle avait vouait son culte à notre seigneur Hadès. Dans ces bras elle tenait un bébé, elle n’avait pas plus d’un an. Je décidais d’aller parler à cette femme, c’était la première fois que je voyais une guerrière dans nos rangs.

-bonjour, madame.
-bonjour mon garçon, que me vaut ta venu ?
-rien de bien important, pour moi c’est la première fois que je rencontre une femme dans l’armée d’Hadès et je voulais venir lui parler, c’est pourquoi je suis venu vous interpeller.
-j’en suis honoré, mon garçon, mais au faite quel est ton nom ?
-je m’appel Godaime, et vous ?
-Pour le moment je ne peux te le dévoiler mais bientôt je le ferais. Pourrais-tu te tourner Godaime pendant que je donne à manger à mon enfant ?
-je peux vous laisser tranquille si vous le désirez, je ne veux pas vous déranger.
-non tu peux rester, on en profitera pour parler un peu puisque c’était le sujet de ta venu.
-d’accord. Comment s’appel votre enfant ?
-c’est une fille, elle s’appel Cybèle.
-et son père comment se prénomme-t-il ? Peu être que je le connais.
-tu n’as pas pu le connaître, il n’est pas de notre clan, et puis maintenant il est mort, à quoi cela sert de connaître des noms qui ne pourront jamais être connu.

De là s’enchaînèrent un flot de questions et le dialogue entre nous commençais à s’installer, chaque jours, à la fin de mes entraînement avec mon tuteur, je venais voir la femme et son bébé Cybèle. La femme me donnait souvent le bébé dans les bras pour qu’elle puisse se familiariser avec moi. Elle était calme et joueuse. Autour de son coup elle avait un pendentif, et un jour j’avais posé la question de ce que pouvait représenter celui-ci mais encore une fois j’eux une réponse évasive. J’aime prendre la petite dans mes bras, sa me rappelait combien j’aurais aimé avoir une petite sœur et en prendre soin, mais je ne voulais pas repenser à mon passé donc je chassais ces idées et profité de l’instant présent.

A partir de seize ans les hommes de guerres commencèrent à m’emmener avec eux dans les batailles et les guerres, un soir du mois d’avril nous primes une ville qui pratiquait le culte du dieu de la mer, poséidon. Ironiquement, ce soir là, nous aurions pu l’appeler le dieu de la mer de sang. Je tuais avec sang froid hommes, femmes et enfants jusqu’à ce que j’aperçoive un visage qui m’était familier, un visage enfantin, une jeune fille de petite taille. C’est uniquement en m’approchant de plus près que je la reconnu enfin, elle venait tout comme moi de Sparte, j’était éperdument amoureux d’elle lorsque j’étais enfant et nous nous retrouvions aujourd’hui dans un impasse. Tout m’indiquait qu’elle aussi m’avait reconnu, elle se mit à pleurer et se jeta dans mes bras, désemparé je ne savais plus que faire. Son parfum m’enivrait et c’est alors que j’entendis un cri au loin, celui de l’homme à qui je devais la vie, il venait d’être tué par un partisan de poséidon. La rage monta alors en moi, je repoussais la fille en lui demandant de ne plus me considérer comme je pouvais l’être dans mon enfance quand je suis parti de sparte. Cela me fit du mal à moi comme à elle mais je ne voulais plus me rappeler de mon ancienne vie mais plutôt de mes futurs actes pour mon seigneur Hadès. Je sorti mon glaive et je partis tuer l’assaillant qui avait tué mon maître d’arme, l’homme qui m’avait tout apprit. Un grand nombre d’entre nous perdit la vie en cette nuit fatidique, mais nous avions remporté la victoire. J’avais quand à moi vaincu le tourment d’un amour passé et montré ma dévotion envers Hadès, plus rien ne pourrait me détourner du chemin que j’avais emprunté. Moi mis à part, les survivants étaient tous de grands guerriers craints et respectés dans toute le Grèce.

Le soir venu, on rentrait tous à notre village pour pouvoir nous reposer et se restaurer mais à notre grande surprise il avait était pillé par une armée de guerriers, il y avait beaucoup de cadavre aux sols, des alliées comme des ennemis. Il ne faisait parti d’aucun dieu, c’était juste des pilleurs bien organisés. Je fus horrifié de ce spectacle qui se présentait devant mais yeux. Il n’y avait pas que des hommes sur le sols plein de sang, des femmes et de jeunes enfants y jonchaient aussi et d’un coup dans ma tête je me mis à penser à la femme et à Cybèle, je me précipitais aussi vite que je le pouvais à leur chaumière et je vis la femme qui était morte devant sa maison, dans ces mains elle tenait encore une arme, elle avait protégeait sa maison ainsi que son enfant. Les larmes me montaient aux visage mais ce qu’il me surprit le plus c’est que je n’entendais pas de pleure dans la maison. Mon cœur se mit à s’emballer brusquement je m’imaginais au pire des cas. J’avais peur de rentrer dans cette maison. Je venais de perdre mon tuteur, la femme était morte et je ne voulais pas voir la petite morte dans son lit. Mes pas étaient lents, je me maintenais aux murs de la maison pour ne pas vaciller. Je voyais le lit de l’enfant, mais aucun signe ne me montrait que les assaillants avaient pénétré dans la maison. Dans le lit, je vis des formes en dessous de la couverture, l’enfant était caché par celle-ci et mon cœur se mit a battre de plus en plus fort et de plus en plus rapidement, je pris le linge dans ma main et je le fis glisser délicatement pour voir ce qui restait. Il n’y avait aucune tache de sang, je pris le bébé dans mes bras et je sentis en lui battre son cœur, et je pleurais sans retenu. J’avais le bébé serré contre moi poitrine. Ce soir là mon cœur fût meurtrie, j’avais perdu des être chers mais personne avait pris celle de Cybèle. J’avais décidé de faire son éducation et de l’emmener avec moi dans le clan qui servait le dieu de la mort, le clan du Seigneur Hadès.

A partir de cette époque là je pris place aux côtés de ses hommes, mon nom valait à présent le leur, les champs de batailles sont mes Edens, je ne met pas ma vie en jeu pour Hadès, je suis son bouclier, de ma vie j’éloignerais ceux qui lui veulent du mal ou le trahissent en vénérant d’autre dieu que le tout puissant Hadès. J’ai aujourd’hui dix-neuf ans et je mène une des armées de notre dieu, Cybèle est devenu ma disciple et je la protégerais du mieux que je pourrais, je lui jure fidélité et je te jure ô Hadès, que je mènerais mes hommes à la victoire, pour toi mon dieu.





[/hrp]edit: oups nieb ct un oublie [hrp]


Dernière édition par le Mer 1 Nov 2006 - 15:03, édité 1 fois

godaime
Ordre infernal du Styx

Nombre de messages : 8297
Age : 30
Date d'inscription : 27/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: GODAIME

Message par Niebelungen le Mer 1 Nov 2006 - 13:32

[hrp] en italique le rp Wink [/hrp]

Niebelungen
Ancien Oracle de Hadès
Ancien Oracle de Hadès

Nombre de messages : 1443
Age : 38
Localisation : Château d'Hadès
Date d'inscription : 08/04/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: GODAIME

Message par godaime le Sam 10 Mar 2007 - 19:18

Au fur et à mesure que j’avançais dans ce nouveau clan je me fis plusieurs amis, mais je ne voulais me lier à personne de peur d’être une fois de plus déçu du genre humain. Je ne mis pas longtemps à me trouver une légion qui pourrait me plaire, en effet je recherchais plus quelque chose qui était offensif, je voulais exercer l’art que mon maître m’avait appris avant de mourir et je voulais lui faire honneur sur les champs de bataille. Une légion toute fraîche venait d’être instauré et je me décidais très rapidement pour essayer d’y appartenir. Son chef ce nommé krateros, je fis la connaissance des autres membres à mon arrivé qui fut mugen, skrii, alucard, l’olath, akira et shinigami, que je connaissais déjà car elle était en quelque sorte ma moitié. Nous nous entraînions souvent ensemble pour pouvoir nous parfaire dans notre art similaire. Nous étions vraiment très proche et je commençais à savourer cela. Un jour nous reçûmes une convocation de notre responsable pour nous avertir d’un danger et que l’on devait partir en mission. Des nymphes avaient envahi le mont olympe et il fallait partir pour pouvoir les combattre, nous allions enfin pouvoir faire notre première mission en tant qu’Eridanais. Les nymphes étaient de vaillantes guerrières et chacun de nous avait du mal à se défaire de son adversaire, l’olath avait perdu ainsi que krateros, alucard et mugen, il ne restait plus que shinigami, skrii et moi-même. J’avais vraiment du mal à rivaliser avec celle-ci mes forces commençaient à me quitter, je me battais avec l’énergie du désespoir. Je sentais les cosmos de mes amis faiblir et tout à coup celui de shinigami disparu et monta dans le ciel. Une peine et une haine monta en moi, mon cosmo s’intensifia, il changeait dans la manière d’osciller, mon maître m’avait toujours dit que quand j’étais au bord de l’épuisement et qu’il mettait mes nerfs à vif je retrouvais des forces que je ne savais pas que je possédais, comme si j’avais une autre personnalité en moi. Et en ce genre de situation j’avais de plus en plus de mal à me contrôler.

Je cherchais du regard le combat de shinigami mais je ne vis rien du tout, je remis mon regard sur mon adversaire pour esquiver une suite de coup, j’avais retrouvé de la vitesse et de la vigueur et mon ennemi s’en aperçut et recula d’un bond comme si elle était apeuré. Par la suite mon cosmos se mit à s’accroître très rapidement. Une fois arrivé à son paroxysme, je fondis sur mon adversaire pour en découdre et secourir la femme que j’aimais. Je ne mis pas longtemps car elle aussi était épuisé et son corps gisait inerte sur le sol, j’étais à bout de souffle mais je partis quand même en direction de la dernière once d’émission du cosmos de shinigami. Je la trouvais non loin de la scène de mon combat, elle était par terre dans l’herbe qui était immaculé de son sang. Je me baissais pour la prendre dans mes bras mais elle n’était plus, je ne sentais plus aucune vie en elle, j’avais perdu ce qui me resté de ma vie. J’avais toujours dit que je la protègerais et j’ai faillit à cette tâche. Je m’en voudrais toujours de ne pas l’avoir secouru attend. Skrii avait pris la suite du combat pour la venger, j’en avais plus eu la force, j’éprouvais à la fois de la peine et une grande haine mais je n’arrivais pas à me relever. Une fois que skrii eut achevé son adversaire il me rejoignit et me fit reprendre mes esprits, on avait une quête à finir. Je pris la dépouille du corps inerte de shinigami pour le confier à un temple qui était non loin de ce lieu, je ne pouvais pas la laisser là. Je l’avais confié à un prêtre lui avais adressé une dernière prière et je repartis à l’assaut de ces monstres qui avait pris la vie de la femme que j’aimais. Une haine grandissante émanait de ma cosmo énergie, je fondis sur la première nymphe qui s’était présenté devant moi et elle avait perdu la vie peu de temps après et ce fût le cas pour trois autres de ces créatures, mais je commençais à ressentir les contres coups de mes différents combats, et sur la cinquième nymphes je perdis mon combat, j’avais eu l’espoir de retrouver shinigami dans les méandres de la mort mais ce souhait ne pus être réalisé, je m’étais retrouvé à l’infirmerie du nekyomantéion avec quelques bandages. Je ne savais pas ce qu’il s’était passé par la suite mais tout ce que je me rappelais c’est que shinigami avait péri et que moi j’avais survécu, je devais vivre ou plutôt survivre en ayant encore perdu une personne qui m’était cher, la seule personne qui pouvait me rester pouvant me rappeler mon passé et mon enfance. J’avais mis du temps à reprendre mes activités mais le seigneur Hadès nous donna une autre mission et nous partions une fois de plus à l’aventure. Cette offensive fût une belle démonstration de force, aucun de nous n’avait succombé aux coups de nos adversaires mais à notre retour un grand changement allait bouleverser notre légion.

En effet notre responsable avait décidé de s’insurger contre nos oracles et donc de quitter notre communauté, quelques spectres le suivirent tels que alucard et l’olath. Krateros avait essayé d’enrôler plus de personnes mais nous n’étions pas assez fou pour tenter des actions contre notre clan. Une grande période de vide s’abatis sur notre légion, nous étions tous redevenu de simple spectre sans légion ni but précis. Au bout d’un moment les oracles nous redonnèrent une seconde chance et nous pûmes reformer la légion Eridan et par la suite j’en devins le responsable. De nouvelle recrue virent le jours tel que senzu shi, naevius, morphilus, gotchi et la toute dernière yoruichi san. Notre groupe était composé de puissant guerrier avec chacun un caractère qui lui était propre. Tout les membres de l’Eridan avait choisi de venir dans cette légion à l’exception d’une seule personne, yoruichi, elle avait retenu mon attention et elle avait un grand potentiel. J’avais donc décidé de la faire rentré au sein de l’Eridan et de devenir son mentor. J’avais donc deux disciples sous mon aile, yoshi et cybèle.

Juste avant que celle-ci intègre notre légion le groupe avait reçu une mission important qui avait nécessité toutes les légions que le clan Hadès peut posséder. Peu de monde avait réussi à allait jusqu’au bout mais sa en valait la chandelle en effet a la suite de la quête trois armures s’éveillèrent et trois guerriers armurés virent le jours. Ces guerriers étaient lobo, pirithoos et moi-même. J’étais devenu l’étoile terrestre de la dissimulation. Je portais l’armure du leprechaun et j’en étais très honoré que se soit l’étoile qui me choisisse. Maintenant je devais donc continuer à montrer ma bravoure, mon honneur et mon courage avec ce surplis. Mais je n’en oubliais pas moins les sacrifices que j’avais vécu jusque là. Es ce que mon futur allait être meilleur que mon passé ? Es ce que j’allais retrouver quelque chose que j’aurais perdu ? j’allais le découvrir en continuant d’avancer.

godaime
Ordre infernal du Styx

Nombre de messages : 8297
Age : 30
Date d'inscription : 27/10/2005

Feuille de personnage
Niveau: 8

Revenir en haut Aller en bas

Re: GODAIME

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:24


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum